Champagne : pas d'accord sur les rendements 2020, le prochain bureau exécutif prévu le 18 août

Après une réunion d'une heure trente ce mercredi 22 juillet, les différents acteurs du monde du champagne n'ont pas réussi à se mettre d'accord sur les rendements 2020. Après la crise sanitaire, ils devaient décider du nombre de kilogrammes de raisin à récolter par hectare. 

Un viticulteur penché sur ses vignes dans la commune des Riceys, dans l'Aube.
Un viticulteur penché sur ses vignes dans la commune des Riceys, dans l'Aube. © Céline Lang / France 3 Champagne-Ardenne
La presse avait été convoquée à 11h30, ce mercredi 22 juillet, au sein du bâtiment du Comité Champagne à Epernay pour connaître la décision prise par les différents acteurs du monde du champagne concernant les rendements 2020. Seulement, après une heure-trente de négociations, pas d'accord et silence radio de la part de Jean-Marie Barillère, président des Maisons de Champagne et de Maxime Toubart, président du Syndicat général des vignerons. Ambiance ! La décision était pourtant très attendue par la profession, puisque c'est ce qui devait déterminer le nombre de kilogrammes de raisins récoltés autorisés par hectare. Le prochain bureau exécutif se tiendra le 18 août.
 

Le prix du champagne en question

Il faut dire que la situation est particulièrement préoccupante cette année. Après des mois de crise sanitaire, ce sont 100 millions de bouteilles qui n'ont pas été vendues, soit une perte estimée à 1,7 milliard d'euros.

L'enjeu de ce mercredi 22 juillet était donc de connaître les volumes de raisin à cueillir cette année afin de limiter les dégâts de la crise. Avec un stock déjà très important avant le début du confinement (presque 4 ans de stocks), les maisons de Champagne redoutent qu'un haut rendement entraîne la baisse des prix du breuvage. De plus, avec l'arrêt des ventes, environ 100 millions de bouteilles n'ont pas été vendues durant la période, elles manquent de trésorerie pour acheter de grandes quantités de raisin aux viticulteurs.

De leur côté, les vignerons indépendants craignent que des rendement trop faibles aient de lourdes conséquences sur les ventes à venir. Si la météo ne joue pas de tour d'ici là, les vendanges s'annoncent exceptionnelles. Eux ont besoin de vendre leur production et réclament de pouvoir cueillir 8.500 kg par hectare, contre 7.000 ou moins pour les grandes maisons. "Avec 8.500 kg, on pourra tenir le coup, assure Hervé Jarriau, viticulteur à Oger dans la Marne. En-dessous de 8.000, on sera cuits. Ça ne sera plus gérable."
 

Un premier divorce fin juin

Cela fait plusieurs semaines que les rendements suscitaient la polémique. Fin juin, les vignerons indépendants quittaient le syndicat général des vignerons (SGV). "Cela fait des semaines que l'on entend dire dans le vignoble que le rendement sera de 5, 6, 7.000 kilos de l'hectare, en tout cas pas plus de 8.000 kilos, nous expliquait Christine Scher-Sevillano, vice-présidente de la Fédération des Vignerons Indépendants, en juin dernier, au moment où son syndicat quittait le SGV. Notre président, Yves Couvreur, a mis en avant lors des réunions de crise qui ont eu lieu dernièrement, les problématiques des manipulants en général. Il a eu rapidement le sentiment que nous ne serions pas entendus. Le Syndicat général des Vignerons prenait surtout en compte la situation des vendeurs de kilos". Les vendeurs au kilo sont aujourd'hui majoritaires en Champagne, puisque 80% des raisins champenois sont vendus et partent au Négoce.

En mai dernier, le comité Champagne avait déjà pris des décisions pour faire face à la crise, comme permettre de payer la récolte 2020 en deux fois, ou encore augmenter le pourcentage de raisin acheté pour les vignerons ne disposant pas du label "négociant".

Les discussions vont donc se poursuivre en coulisses, pour une décision qui devra bien être prise avant le début des vendanges. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
champagne culture gastronomie économie coronavirus santé société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter