Coronavirus : la PEEP crée une cagnotte pour aider les étudiants précaires

Afin d'aider les étudiants précaires qui ne parviennent plus à se nourrir correctement, l'association de parents d'élèves de l'enseignement public (PEEP) d'Epernay dans la Marne, vient de lancer une cagnotte en ligne. Son objectif, réunir 15.000 euros en une semaine pour distribuer des bons d'achat.
Une cagnotte pour aider les étudiants dans précarité
Une cagnotte pour aider les étudiants dans précarité © Maxppp - Xavier de Fenoyl
La précarité des étudiants s'amplifie. En Champagne-Ardenne, 20% vivent en-dessous du seuil de pauvreté, 30% travaillent pour payer leurs études et près d'un tiers sont boursiers. Avec la crise sanitaire, leurs conditions de vie se sont fortement dégradées. Les restaurants scolaires sont fermés, et beaucoup ne parviennent plus à s'alimenter correctement.

"On a plusieurs profils," précise Matéo Mevizou, président d'Intercampus à l'URCA, l'Université Reims Champagne Ardenne. "Des étudiants français qui étaient déjà dans la précarité et dont la situation s'est encore aggravée," explique-t-il,"et des étudiants internationaux qui souvent font des petits jobs de livraison pour payer leurs études. Or toutes les activités sont arrêtées et ils ne peuvvent plus travailler."
 

Une cagnotte solidaire

Les associations de parents, comme la Peep, l'association des parents d'élèves de l'enseignement public dans la Marne et la FAGE, la fédération des associations générales étudiantes ont décidé d'aider des étudiants en difficulté. Elles ont mis en place une cagnotte éphémère pour les aider à acheter de quoi manger et des produits de première nécessité.

Béatrice Lutz, présidente de la PEEP, l'une des initiatrices de cette cagnotte, explique ses motivations : "Nous ne pouvions pas rester sans rien faire. Les étudiants sont notre bâton de vieillesse, nous devons être solidaires avec eux. C'est pourquoi nous avons monté cette cagnotte."

La PAGE Grand-Est s'efforce également d'aider les étudiants en difficulté. Toutes les Agorae, les épiceries sociales et solidaires sont restées ouvertes. Le traitement des dossiers des étudiants est accéléré. La seule difficulté, c'est le temps d'attente pour voir un psychologue. Or, il est le seul à autoriser à ouvrir un dossier. Cet argent doit permettre de distribuer dans l'urgence des bons d'achat.
 

Un élan de générosité

Béatrice n'a pas ménagé ses efforts et son enthousiasme paye. "En deux jours, nous avons récupéré près de 6.000 euros. Nous nous sommes donnés comme objectifs au moins 15.000 euros en une semaine. Nous remettrons l'argent à la FAGE." L'argent doit aider la FAGE à payer la livraison de repas aux étudiants les plus précaires. Pour les dons, les associations ont mis en place un système de cagnotte en ligne.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
solidarité société confinement : conseils pratiques santé