Terrain de foot saccagé par les sangliers : le financement participatif patine

Germaine (Marne), petit village, a vu des sangliers retourner son terrain de football. Un financement participatif avait été lancé en février, mais le compte n'y est pas encore tout à fait. Mi-mai, l'étendue d'herbe a tout de même retrouvé un peu de superbe.

Un petit terrain dans un petit village de 530 âmes, mais qui avait fait beaucoup parler. À Germaine (Marne), le terrain de foot local avait été retourné par une harde de sangliers.

Déconfits, les joueurs du club avaient dû ranger le ballon, et contempler le désastre. Mais la résistance à l'adversité, ça les connaît. Une cagnotte en ligne a été lancée, et permis de récolter plus de 3 000 euros en trois mois.

C'est hélas un peu loin de l'objectif fixé (10 000 euros). Mais Jérôme Lejeune, le président du club joint à nouveau par France 3 Champagne-Ardenne, se montre confiant. "On a reçu quelques autres dons en dehors de la cagnotte, et des promesses d'entreprises sont toujours en cours. Donc il ne nous manque plus beaucoup de participations. Si dix personnes versent chacune 20 euros..."

Le club peut aussi compter sur la générosité d'un de ses joueurs, Grégory Piraux, le patron de la boulangerie d'Épernay. Il est connu pour ses crookies (mélange de croissant et cookie), mais va bientôt sortir un pain de campagne dont les bénéfices de la vente seront reversés au club de Germaine. 

C'est pour bientôt

La semaine passée, le terrain (longtemps détrempé à cause des pluies incessantes) a reçu ses premiers soins d'un paysagiste germinois qui a bien voulu mettre la main à la patte. "Ça y est, il est en réfection. Le paysagiste a retourné la terre, nivelé le terrain."

"Il fallait agir avant fin juin pour que le gazon repousse. Le paysagiste n'a plus que ça à gérer : ça devrait être fait sous quinze jours." Des interventions qui ont un coût, mais qui sera "échelonné dans le temps" (voir la localisation du terrain sur la carte ci-dessous).

Replanter le gazon aurait été mieux avant le mois de mai, mais la pluie n'a pas aidé. La mairie, de son côté, doit encore faire voter en conseil municipal une subvention de 500 euros. Cette petite somme devra permettre de "consolider le grillage là où il est faible"

Du reste, à compter de cette semaine du 20 mai, la maison du chasseur a été mandatée pour réaliser de petits travaux d'entretien sur la végétation, prélude à l'installation d'une clôture électrique. "Elle voulait le faire avant, mais comme il pleuvait tout le temps..." La fée électricité devrait permettre de repousser pour de bon - c'est l'espoir - les sangliers. 

Un festival de rock organisé tout près

Et si les sangliers reviennent malgré tout ? "Oh, c'est la dernière fois", lâche Jérôme Lejeune. "On ne va pas faire ça tous les ans." Mais pas de crainte à avoir : cette fois-ci devrait être la bonne. "On prévoit la double-sécurité : grillage rigide, et clôture électrique." Si la cagnotte ne réunit pas suffisamment de fonds, peut-être qu'"un bal" ou un évènement du même acabit sera organisé pour gagner un pécule supplémentaire.

Pour l'anecdote, Germaine n'est pas si mal lotie. Sur un terrain de Châlons (Marne), ce sont des oies qui sont venues jouer les trouble-fêtes. En attendant de retrouver les crampons des joueurs, la pelouse en régénération du stade germinois verra s'installer tout près un festival de rock, Mégafaune, le samedi 25 mai à 17h00.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité