• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Marne. Fismes, 5400 habitants, et bientôt des caméras de vidéosurveillance

Les abords de la mairie de Fismes seront placés sous vidéosurveillance / © Johanna Albrecht / France 3 Champagne-Ardenne
Les abords de la mairie de Fismes seront placés sous vidéosurveillance / © Johanna Albrecht / France 3 Champagne-Ardenne

D’ici à la fin de l’année prochaine, à Fismes, dans la Marne, des caméras de surveillance seront installées dans 11 sites. La commune serait la 25e dans la Marne à s'équiper en vidéosurveillance. Mais pourquoi cette petite ville de 5.400 habitants a-t-elle lancé ce projet ?

Par Johanna Albrecht

L’air humide et froid des longs automnes champenois flotte au dessus des maisons de briques de Fismes. Seul le balais des voitures sur les deux axes principaux vient troubler la torpeur de la petite ville. Sur la place de l’Eglise, ou à quelques dizaines de mètres, sur celle de la Résistance, à côté de la mairie, les véhicules s’arrêtent, le temps d’une course, avant de repartir. Le centre-ville de Fismes ne fait pas partie de ces centaines de coeurs de ville à l’agonie. Trois cafés-bar, six salons de coiffures, et même, encore, une librairie. Les habitants des villages alentours viennent encore faire vivre les commerces. Mais d’ici à quelques mois, ces allers-et-retours se feront sous l’oeil de caméras de vidéosurveillance.
 

11 sites bientôt placés sous vidéosurveillance

Un appel d’offre est en cours, pour rechercher l’entreprise qui, bientôt, installera le nouveau dispositif de vidéoprotection de la petite ville marnaise. Onze sites devraient être équipés en caméras, de la place de l’Eglise, aux Promenades (la coulée verte qui traverse le village), en passant par le mémorial 14-18, la salle des fêtes, l’école de musique, et bien sûr, les principaux giratoires de la ville. Fin 2019, les lieux de vie, et les principaux axes de circulation de la ville seront surveillés par des caméras.

Dans cette ville d’un peu plus de 5.400 habitants, Marine le Pen est arrivée largement en tête du premier et du second tour de la présidentielle de 2017 (40 et 55% des suffrages). Beaucoup de Fismois accueillent la nouvelle avec bienveillance. "Avec les problèmes qu’il y a … les jeunes, les dégradations. Au moins, on saura" explique un passant, la cinquantaine d’année. "Le parc, aussitôt c’est fait, aussitôt c’est dégradé"  raconte une commerçante de la ville.

Ces dégradations dans le parc, la vandalisation de l’aire de jeux qui y est installée, la plupart des riverains y font référence lorsqu’on leur demande si la ville a des problèmes de délinquance. Les autres préfèrent parler de "jeunes qui s’ennuient".

"Dans Fismes, tout est assez calme maintenant" assure un badaud d’une trentaine d’années. Les temps ont peut-être changé. Alors que la vidéosurveillance faisait polémique en France il y a encore quelques années, aujourd'hui ceux qui grimacent à l’annonce du projet semblent être plus résignés qu’autre chose : "Pour quoi faire?"  soupire une fismoise "Pour surveiller les jeunes qui font des bêtises ? Je ne vois pas l’utilité."
 

Coût du dispositif pour la commune : un peu plus de 97.000 euros

A Fismes, les images filmées par les caméras ne seront pas surveillées en direct. Le dispositif envisagé par la mairie prévoit qu’elles soient enregistrées dans un "ordinateur dédié spécialement", et consultées seulement sur "réquisition d’un Officier de Police Judiciaire". Selon les règles de CNIL, ces images ne peuvent pas être conservées plus d'un mois.

Selon une estimation de la commune, donnée le 15 février 2018 en conseil municipal, le projet devrait coûter un peu plus de 184.000 euros. Dont 61.000 devraient être financés par l’Etat, sous forme de DETR (Dotations d’équipement des territoires ruraux), et environ 97.000 euros resteraient à charge de la municipalité.
 
En février 2018, la municipalité estimait 184.000 euros le coût du dispositif de vidéosurveillance / © Compte-rendu du conseil municipal du 15 février 2018 / Capture d'écran
En février 2018, la municipalité estimait 184.000 euros le coût du dispositif de vidéosurveillance / © Compte-rendu du conseil municipal du 15 février 2018 / Capture d'écran


Toujours selon la mairie, ce dispositif devrait permettre de faire diminuer le taux de délinquance. D’ailleurs, le 5 octobre 2017, plusieurs mois après avoir voté ce projet, les fameuses dégradations du parc ont même été évoquées au cours d’un autre conseil municipal : 

"L’aire de jeu sur les Promenades a été rouverte suite aux dégradations volontaires de l’été. Le projet de videosurveillance, qui concernera notamment ce secteur, devrait permettre d’apporter à terme une partie des solutions à ce vandalisme récurrent." 
- Le maire de Fismes, Jean-Pierre Pinon, en conseil municipal le 5 octobre


Difficile d’évaluer cette délinquance dans la ville, la gendarmerie ayant refusé de communiquer les chiffres de la commune pour l’année 2017. Mais, trois ans plus tôt, en 2014, dernière année dont les statistiques sont disponibles, ces chiffres étaient en dessous des moyennes départementale et nationale. Par exemple, environ 21,44 actes de vols et dégradations ont été rapportés pour mille habitants dans la ville, quand cet indicateur monte à 33,72 dans la Marne, et à 30,56 en France.

Une pression de l'Etat 

Pour justifier l’installation du dispositif de vidéosurveillance, une autre raison, plus étonnante, a été à plusieurs reprises invoquée par le maire, Jean-Pierre Pinon : "Une pression forte des forces de sécurité de l’Etat" (23 mars 2017).

Interrogé le 2 mars par une conseillère municipale sur une réunion d’information prévue le 8 mars concernant la vidéosurveillance, c’est d’ailleurs la seule explication qu’il fournira : "Les communes reçoivent des pressions de plus en plus fortes de la part de l’Etat pour mettre en œuvre des systèmes de vidéoprotection de l’espace public."
 
La synthèse du projet de vidéosurveillance, présentée par le maire de Fismes en conseil municipal / © Compte-rendu du conseil municipal du 23 mars 2017 / Capture
La synthèse du projet de vidéosurveillance, présentée par le maire de Fismes en conseil municipal / © Compte-rendu du conseil municipal du 23 mars 2017 / Capture


Le maire refuse de s'expliquer

Impossible d’en savoir plus. Sollicité, le maire refuse de répondre à nos questions, malgré nos nombreuses demandes d’interviews, invoquant la confidentialité due à la procédure d’appel d’offre en cours.

Cependant, cette règle ne concerne que l’appel d’offre en lui-même : les caractéristiques techniques des éléments demandés (et de ceux proposés) par la mairie, le déroulement des travaux, et bien sûr, tout ce qui concerne le choix de l’entreprise qui en sera chargée. Les maires sont bien entendu toujours libres de s’exprimer sur les choix politiques qu’ils ont pris. Ce ne sera donc pas le cas de Monsieur le Maire de Fismes, sur ce dossier.

Plus de 81 communes surveillées en Champagne-Ardenne

Il est parfois difficile de savoir combien de communes ont déjà installé des caméras dans leurs rues. Pourtant, l'information est publique, les maires sont même soumis à l'obligation de l'afficher. Certaines préfectures ont mis jusqu'à plus de deux semaines, et de nombreuses relances, à nous la communiquer. 

En Champagne-Ardenne, plus de 81 villes et villages sont déjà équipés en caméras de vidéosurveillance: 
 

  • 32 communes dans les Ardennes, et 4 communautés de communes
  • 15 communes dans l'Aube
  • 24 communes dans la Marne
  • 10 communes en Haute-Marne
  •  

Sur le même sujet

REIMS. Gilets jaunes et forains

Les + Lus