Ils ont changé de vie : ancien coiffeur, il est devenu sommelier à Sainte-Menehould

Sébastien Julien en profite pour déguster le champagne de l'une des exploitantes marnaises qu'il a mis à sa carte. / © Isabelle Griffon / France 3 Champagne-Ardenne
Sébastien Julien en profite pour déguster le champagne de l'une des exploitantes marnaises qu'il a mis à sa carte. / © Isabelle Griffon / France 3 Champagne-Ardenne

A Reims, les meilleurs sommeliers du monde étaient réunis le 7 octobre pour les 50 ans de l'Association de la sommellerie internationale. L'occasion de découvrir ce métier passion avec un sommelier, ancien coiffeur de Sainte-Menehould. Un parcours atypique.

Par Isabelle Griffon

Sous la lumière jaune si particulière des halles du Boulingrin de Reims, le vin coulait à flots en ce début octobre. Des sommeliers du monde entier étaient réunis pour les 50 ans de leur association internationale. Des Argentins, des Japonais, des Chinois, des Américains, des Français, une soixantaine de nationalité étaient représentées. Parmi eux, le Marnais Sébastien Julien savoure son plaisir. "J'ai rencontré les meilleurs sommeliers du monde ici, certains sont de véritables stars du vin, confie-t-il. Ce n'est pas un milieu fermé comme on pourrait le croire, c'est un métier de bons vivants où l'on partage plein de choses."

Son métier de sommelier, Sébastien Julien en est "très fier". A 35 ans, il l'exerce au Cheval Rouge, une institution à Sainte-Menehould (Marne) créée en 1892. "Les patrons me connaissent depuis que j'ai 15 ans, j'ai grandi avec eux, c'est comme ma seconde famille."

De la coiffure...

C'est dans cet établissement familial que le jeune Ménéhildien commence sa carrière dans la restauration comme apprenti serveur. Son CAP-BEP restauration en poche, il change d'orientation. A 20 ans, il intègre le Centre de formation de Châlons pour apprendre le métier de coiffeur. "J'ai suivi un ami et cela m'a bien plu."

Son CAP coiffure obtenu, il exerce ses nouveaux talents pendant dix ans dans un salon rémois réputé. En parallèle, il continue de travailler "en extra" au Cheval Rouge. Et exerce son palais lors de soirées dégustation qu'il organise avec ses copains restaurateurs, serveurs ou cavistes. "Chacun ramenait une bonne bouteille et on goûtait plein de choses, j'ai toujours gardé ce petit lien avec le vin." 

...à la sommellerie 

Sébastien revient à ses premiers amours, presque par hasard. "Je venais de quitter le salon où je travaillais quand le Cheval Rouge m'a appelé pour me proposer de venir travailler chez eux comme serveur." Il n'hésite pas, délaisse ses ciseaux de coiffeur et retourne à Sainte-Menehould. Très vite, les patrons lui proposent de prendre le rôle de directeur, mais aussi celui de sommelier. "J'ai hérité d'une carte des vins qui ne me plaisait pas trop, ils m'ont laissé carte blanche pour la changer."

Le vin, c'est fait pour être partagé, c'est un lien social.
- Sébastien Julien, sommelier à Sainte-Menehould

Sa passion du vin, Sébastien la puise dans ses souvenirs d'enfance. "Chez moi, on a toujours bien mangé et bien bu, j'ai une maman qui adorait cuisiner." Le jeune épicurien évoque les grandes tablées familiales et le premier vin qu'il a goûté à l'âge de 12 ans, un Châteauneuf-du-Pape. "Cela piquait, se souvient-il, mais je trouvais le nom très joli."
 

330 références

Le jeune autodidacte a depuis appris à apprécier le vin, et ceux du Rhône en particulier. "'J'adore les Croze-Hermitage, les Gigondas, ou les Saint-Joseph. Jeunes ou vieux, ce sont des vins très expressifs." Aujourd'hui, le jeune homme propose 330 références de vins, dont de nombreux champagnes forcément. "J'aime tous les vins que je propose, et surtout je connais tous mes vignerons."

Dès que je peux, je vais rendre visite à mes vignerons, c'est important de voir comment ils travaillent, sur quelles terres, comment sont leurs vignes. C'est un métier de lien entre le client et le vigneron.
- Sébastien Julien, sommelier à Sainte-Menehould

Sébastien sélectionne ses vins "par coup de coeur". "Ma carte a d'ailleurs beaucoup évolué, les goûts changent en fonction de l'âge, des rencontres et des saisons."  Son travail été distingué au niveau national par le magazine Terre de vins qui a classé sa carte des vins parmi les meilleurs de France dans la catégorie "restaurants traditionnels et gourmets". 

 



Sur sa carte, le jeune sommelier ne propose que des vins à des prix abordables. "Le vin doit être accessible, assure-t-il. On peut se faire plaisir avec des vins pas chers." Cette notion de plaisir revient souvent dans les propos de Sébastien.

L'une des qualités indispensables pour être un bon sommelier ? Aimer les gens et vouloir leur faire plaisir.
- Sébastien Julien, sommelier

Adhérent de l'association régionale de sommellerie, il s'occupe notamment de la communication sur les réseaux sociaux. Son engagement est salué par ses pairs. "C'est quelqu'un de volontaire, de courageux, qui aime son métier, affirme Eric Arnaud, président de l'association des sommeliers de Champagne-Ardenne, il n'était pourtant pas prédestiné à faire ce métier-là. Mais quand la passion est là, on peut faire des choses remarquables."

Aujourd'hui, tout en dégustant un champagne blanc de blanc, il l'assure : "Le métier de coiffeur ne lui manque pas du tout".

Sur le même sujet

Quentin Bigot

Les + Lus