Meurtre de Vitry-le-François : quatre hommes mis en examen

Mourad, 35 ans, a été froidement abattu de plusieurs balles ce vendredi 15 juin 2018. / © Antoine Laroche / France 3 Champagne-Ardenne
Mourad, 35 ans, a été froidement abattu de plusieurs balles ce vendredi 15 juin 2018. / © Antoine Laroche / France 3 Champagne-Ardenne

Trois majeurs, âgés de 24 à 38 ans, et un mineur de 17 ans appartenant à la même famille ont été mis en examen ce dimanche 17 juin dans le cadre de l'enquête sur le meurtre de Mourad, à Vitry-le-François.

Par IG

Quatre des cinq personnes, placées en garde à vue samedi au lendemain de l'assassinat de Mourad, ont été déférées ce dimanche 17 juin devant un juge d'instruction. Tous appartiennent à la même famille. Il s'agit de trois majeurs âgés de 24 à 28 ans et d'un mineur de 17 ans.

Deux des trois majeurs ont été mis en examen des chefs d’assassinat et tentative d’assassinat sur Mourad, 35 ans, et son frère Abdelhakim Chegrouche. Le troisième majeur et le mineur ont été mis en examen des chefs de complicité d’assassinat et complicité de tentative d’assassinat.

Le trentenaire a trouvé la mort lors d'un barbecue organisé avec des voisins pour fêter l'Aïd-el-Fitr le vendredi 15 juin dans le quartier Rome Saint-Charles, de Vitry-le-François. Vers 22h30, il est passé à tabac devant de nombreux témoins puis achevé froidement de plusieurs balles. Une scène d'une rare violence. Son frère, touché lui aussi, a été blessé.
 

 

Des antécédents judiciaires

Deux des trois majeurs ont "déjà été condamnés pour des faits d’atteintes aux personnes, atteintes aux biens, infractions routières, infractions économiques et financières ou encore infractions à la législation sur les produits stupéfiants", précise le Procureur de la République de Reims, Matthieu Bourrette, dans un communiqué.

Le troisième majeur et le mineur n’ont jamais été condamnés. Les quatre suspects ont été incarcérés.

Les trois majeurs encourent la réclusion criminelle à perpétuité. Le mineur encourt une peine de 20 ans de réclusion criminelle, sauf si l’excuse de minorité n’était pas retenue. En ce cas, il risquerait jusqu’à 30 ans de réclusion criminelle.

 
© Gendarmerie nationale
© Gendarmerie nationale

L’enquête, à présent dirigée par un juge d’instruction du pôle criminel de Reims, est confiée à la section de recherches de la gendarmerie de Reims.


 

Ce dimanche 17 juin, près de 400 personnes ont défilé dans les rues du quartier lors d'une marche blanche organisée en l'honneur de la victime.
 

Voir notre reportage :


 

Voir les précisions d'Inès Tayeb lors du 12/13 de ce lundi 18 juin :  

 


 

"Territoires oubliés : la poudrière" avec François Cornut-Gentil

Notre émission Dimanche en politique sera consacrée aux quartiers périphériques et au milieu rural, territoires délaissés par l'Etat depuis 30 ans.
Education, justice, sécurité... L'action de l'Etat n'est pas équitable sur tous les territoires selon un rapport parlementaire du député François Cornut-Gentil. Il y a urgence à trouver des solutions nouvelles et adaptées, sous peine de voir ces quartiers exploser.
Le député LR de Haute-Marne sera l'invité de Nicole Fachet ce dimanche 24 juin, à 11h25.

A lire aussi

Sur le même sujet

À la découverte de la fabrication de l'eau de Soultzmatt

Les + Lus