Cet article date de plus de 5 ans

Le supporter de Bastia Maxime Beux témoigne pour la première fois

Maxime Beux a témoigné dans l'émission "6 minutes pour trancher" animée par Yves Calvi sur RTL ce jeudi matin, dénonçant "le mensonge grotesque" des policiers. Ce supporter a été blessé en marge de la rencontre de Ligue 1 Reims-Bastia le 13 février dernier.
© Photo portrait Maxime Beux via Facebook (G) Pascal Pochard-Casabianca / AFP (D)

Le supporter de Bastia, grièvement blessé le 13 février à Reims lors d'incidents avec la police, a affirmé jeudi avoir été victime d'un tir de flash-ball, dénonçant le "mensonge grotesque" des policiers qui assurent qu'il s'est blessé en tombant sur un poteau. "On est tombé dans un guet-apens, les caméras de surveillance en attestent", a-t-il déclaré ce jeudi sur RTL.

"Les lésions sont tellement importantes que ce ne sera pas vraiment compliqué de démontrer scientifiquement que c'est impossible que ce soit une simple chute sur un poteau qui a entraîné un tel choc", a-t-il aussi précisé, dans ce premier entretien accordé depuis les incidents.

"On s'est fait interpellé de manière très, très, très musclée, violente"

L'étudiant de 22 ans a expliqué sur RTL qu'il avait "définitivement perdu la vue de l'oeil gauche, désormais irrécupérable", la phase de cicatrisation devant déterminer dans quelques semaines si l'oeil lui-même sera perdu ou pas. Il a assuré avoir été pris à partie avec un groupe de supporters, après le match, "par des forces de l'ordre en civil qui ont été très provocatrices toute la journée".

"On s'est fait interpellé de manière très, très, très musclée, violente", a ajouté Maxime Beux, défendu par l'avocat Eric Dupont-Moretti. Il assure aussi avoir entendu "des insultes racistes virulentes" de la part des policiers.

Versions divergentes

Le jeune homme, par la voix de ses proches, a toujours assuré avoir été blessé par un tir de Flash-Ball des forces de l'ordre dans les incidents du 13 février. Le parquet de Reims affirme de son côté qu'il se serait blessé en tombant sur un poteau alors qu'il était poursuivi par des policiers.

Une information judiciaire pour "violences volontaires" a été ouverte pour clarifier les circonstances des incidents et l'Inspection générale de la police nationale a été saisie.


Ecoutez ici le témoignage de Maxime Beux

(Document RTL)

Maxime Beux (document RTL - 03/03/2016)

Emission "6 minutes prour trancher", animée par Yves Calvi (8h20) - RTL

Rappel des faits
En marge du match Reims-Bastia (13/02/2016), un supporter corse a été blessé et huit autres ont été placés en garde à vue après des échauffourées samedi soir dans le centre-ville rémois avec la police.

Lors d'une conférence de presse (15/02/2016), le procureur de Reims, Fabrice Belargent, indique qu'une vingtaine de supporters bastiais ont été identifiés avant le match déambulant avec des explosifs agricoles. Ils ont été escortés jusqu'à l'entrée du stade, sans encombre.
Après le match, de nouveaux incidents ont eu lieu avec une dizaine de personnes qui n'avaient pas regagné leur bus. Des tirs tendus de fumigènes ont été observés envers les policiers à proximité du fast-food Mc Donald rue de Vesle. À l'occasion de ces tirs, les policiers ont riposté à une reprise faisant usage de leur Flash-Ball. Une personne aurait reçu le projectile au niveau de l'abdomen et aurait pris la fuite sans conséquence.
Ce n'est qu'ultérieurement qu'il y eût une course poursuite entre un fonctionnaire de la Bac (Brigade anti-criminalité) et un individu qui aurait commis des dégradations sur un véhicule de police. Ensuite, l'agent de police le fit chuter pour l'immobiliser. Ce serait à ce moment que le jeune Maxime (22 ans) aurait heurté un potelet métallique (poteau de mobilier urbain) bordant le tracé du tramway. Selon monsieur Belargent, "des expertises médicales complémentaires sont à mener pour déterminer précisément comment le supporter bastiais a perdu son œil".
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
affaire reims-bastia football stade de reims sc bastia ligue 1 sport faits divers justice société