Au tournoi de football des soignants, "c'est bien de pouvoir se vider la tête"

La Fédération Hospitalière de France (FHF) et la Ligue de Football Professionnel (LFP) s'unissent de nouveau pour organiser ce 3 juin la troisième édition du tournoi de football des soignants. L'événement, organisé à Reims et labellisé Grande Cause Nationale 2024, rassemble des soignants de seize groupements hospitaliers de France.

Sous un soleil qui se montre enfin, Lucas échange quelques passes avec son collègue au centre d'entraînement du Stade de Reims. Ce lundi, le gardien de but du Groupement Hospitalier de Territoire de la Loire (GHT), qui représente Saint-Etienne, a le sourire. "J'y étais hier !" lance-t-il. Fan des Verts, il a assisté à la qualification de son équipe pour la Ligue 1, après un match de barrages fou face à Metz et les débordements qui s'en sont suivis. 

De quoi galvaniser Lucas pour son prochain match, qui l'oppose à ses collègues du GHT Nord Yonne d'Auxerre. "Je suis externe en médecine, donc encore étudiant. Ça permet de sortir un peu la tête des révisions, ça me sort la tête de l'eau. Il fait beau, on profite, et c'est super sympa. Et en plus, on a vu Robert Pirès, donc on a pas à se plaindre" se réjouit-il. 

Seize équipes, des matchs sur demi-terrain 

Le Rémois Robert Pirès, champion du monde 1998 et champion d'Europe 2000, joueur iconique des Gunners d'Arsenal, parraine l'événement. L'ancienne gloire aime trouver des points communs entre le milieu hospitalier et celui du football. "Dans le foot, il y a une certaine communion, une certaine communication et surtout une solidarité. Sur un terrain, on peut se retrouver un peu en difficulté, mais on sait qu'on peut compter sur son partenaire. Pour les infirmiers, infirmières, brancadiers, médecins, c'est la même chose" compare-t-il. "L'important, c'est de mettre des valeurs, de la discipline et du respect comme base des deux mondes". 

Deux mondes, un ballon, un demi-terrain, et beaucoup d'amusement. Pour certains, cet événement n'est pas une première. "On y était à Montpellier, lors de la première édition" nous confie Guillaume, anesthésiste réanimateur à Angers, et entraîneur du GHT Maine-et-Loire. "Il y a un esprit d'équipe à l'hôpital, qu'on retranscrit ici. J'y suis très attaché, et là sur le terrain on retrouve exactement la même chose. Ça nous fait sortir de notre milieu, et puis finalement, on vit notre passion qu'est le football" conclut-il, à quelques minutes d'encourager son équipe. 

Ca nous fait sortir de notre milieu, et puis finalement, on vit notre passion qu'est le football

Guillaume, réanimateur anesthésiste à Angers

De l'autre côté du terrain, des maillots rouges et blancs. Nous reconnaissons l'équipe du CHU de Reims. Ils viennent de perdre leur premier match 1-0 et attendent leur deuxième rencontre de la phase de poules face à Rodez. "Dans notre CHU, la politique c'est qu'on ne joue qu'une fois, car il y a beaucoup de demandes pour jouer ce tournoi" explique Anna, psychomotricienne en service pédiatrique. Parmi ses collègues, il y en a deux "qui postulent depuis trois ans, et ils ne sont toujours pas sélectionnés". La milieu de terrain est conquise. "C'est un chouette moment. En plus, on rencontre de nouvelles personnes au sein même de l'équipe. C'est bien de pouvoir se vider la tête, et le sport c'est super important pour tout ce qui est santé mentale" conclut-elle. 

Anna entre en jeu quelques minutes plus tard, pour un match très rythmé face à Rennes. Les deux équipes se neutralisent finalement, sur le score de un but partout. "C'était un beau match nul, même si on se prend un but à la dernière minute" regrette Simon. Ce technicien hospitalier breton, spécialisé en épidémiologie compte sur cet événement pour lâcher prise. "On ne parle pas boulot avec les coéquipiers. On parle plutôt sport"

Le tournoi, qui s'est terminé en fin d'après-midi, a vu l'équipe du GHT Hainaut-Cambrésis, qui représente Valenciennes, remporter l'événement. 

L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Grand Est
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité