Dans le cadre des violences après le match Reims/Bastia, une procédure est annulée contre deux supporters corses

Publié le Mis à jour le
Écrit par avec AFP

La cour d'appel de Bastia a annulé une procédure contre deux supporters du club de football de Bastia (SCB, L1) interpellés après la découverte d'engins explosifs artisanaux lors d'une manifestation en février 2016, en soutien aux autres supporters bastiais interpellés à Reims une semaine plus tôt.

La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Bastia a annulé mercredi une procédure contre deux supporters du club de football de Bastia (SCB, L1) interpellés après la découverte d'engins explosifs artisanaux lors d'une manifestation en février 2016. Cette manifestation s'était déroulée devant la préfecture de Haute-Corse en soutien aux autres supporters bastiais interpellés à Reims suite à des incidents après le match Reims / Bastia du 13 février 2016.

Les avocats de Julien Muselli, 22 ans, et Adrien Matarisse, 23 ans, avaient déposé une requête en nullité de la procédure concernant la récupération des pièces à conviction dans ce dossier. Les deux hommes, placés en détention provisoire au centre pénitentiaire de Borgo, près de Bastia, depuis novembre 2016, devaient être remis en liberté mercredi.

Ils avaient été interpellés après la découverte d'une dizaine de grenades artisanales, en l'occurrence des boules de pétanque évidées et remplies de matière explosive, près de la préfecture de Haute-Corse à Bastia lors d'une manifestation le 20 février 2016. 

MM. Muselli et Matarisse étaient poursuivis pour "fabrication, détention et transport" d'explosifs et "association de malfaiteurs en vue de commettre des délits". Trois autres jeunes supporters du SCB ont été placés sous contrôle judiciaire dans cette affaire.

Le rassemblement avait été organisé en soutien à d'autres supporters du SCB interpellés à Reims, le 13 février 2016, lors d'incidents avec la police. L'un d'eux, Maxime Beux, grièvement blessé, avait perdu l'usage d'un oeil, lors de ces incidents.