Condamné pour violences conjugales, il arrache son bracelet électronique et récidive sous les yeux de ses enfants

À Reims, un homme a été placé en garde à vue après avoir agressé sa compagne avec des ciseaux et arraché son bracelet électronique mardi soir.

Un homme de 34 ans a été placé en garde à vue après avoir agressé sa compagne et arraché son bracelet électronique mardi soir à Reims, indique le procureur de Reims, François Schneider. Il a déjà été condamné pour des faits similaires sur la victime.

La police est intervenue au domicile du suspect après avoir été alertée par les voisins du couple. Ils ont découvert sur place la victime, qui a reçu des coups de ciseaux au visage. Ses enfants, un bébé et un garçon de 11 ans, étaient aussi dans l'appartement.

Rébellion face aux policiers

Le suspect a jeté des meubles par la fenêtre et s'est rebellé contre les policiers lors de son interpellation. Une enquête est ouverte pour "violences sur personnes dépositaires de l'autorité publique" et "violences volontaires par conjoint".

Les faits se sont produits vers 23h35, l'homme était déjà connu pour des violences conjugales. Il risque désormais la prison, confirme le procureur, car en cassant son bracelet, l'homme, né en 1990, est considéré comme évadé. 

On ignore si sa compagne bénéficiait des deux bracelets anti-rapprochement, mis en place à Reims, à disposition des juges. Ils devaient compléter d'autres dispositifs déjà existants pour lutter contre le fléau des violences conjugales : l'éviction du conjoint dès le stade de l'enquête ou les téléphones grave danger (six sont attribués actuellement dans la Marne).

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Grand Est
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité