Coronavirus : le maire de Reims, Arnaud Robinet, dévoile son plan de déconfinement

Lors d'une conférence de presse, mardi 5 mai, le maire de Reims, Arnaud Robinet a annoncé le plan de déconfinement qui sera mis en place à partir 11 mai. Achats de masques, réouverture des écoles, aide aux commerces, on vous dit tout ou presque.

Arnaud Robinet, maire de Reims présente à la presse son plan de déconfinement.
Arnaud Robinet, maire de Reims présente à la presse son plan de déconfinement. © Sophie Dumay / France Télévisions
Le rendez-vous avec les médias était fixé à 14h30 à l'hôtel de ville de Reims ce mardi 5 mai mais la conférence était également retransmise en direct via la page facebook de la ville. Dans un discours de près de 40 minutes, Arnaud Robinet a énuméré les différentes mesures prises par sa municipalité pour s'assurer que son déconfinement "sur-mesure" soit réussi. 

Et le maire (LR) de Reims, a d'emblée débuté par une attaque au gouvernement. "Malgré les grandes déclarations de l'Etat central sur les masques et les fournitures de ceux-ci à la population, sur le terrain, la réalité est toute autre. La réalité, c'est que ces masques n'existent pas... Et les collectivités ont dû se substituer à l'Etat". 
 

Deux masques par habitant

La Ville de Reims a passé commande de 200.000 masques en tissus pour qu'ils soient distribués aux Rémois. Chaque habitant recevra donc gratuitement un masque de la ville mais aussi de la communauté urbaine, soit deux masques par habitant. Des masques qui, pour l'heure, n'ont pas encore été livrés. "Nous attendions la livraison pour hier mais je vais être franc, nous ne les avons pas à ce stade. Nous espérons une livraison progressive courant de la semaine prochaine", confie Arnaud Robinet. Il regrette que "que ces masques gratuits soient en attente de livraison alors que certaines grandes enseignes vont vendre ces masques grand public dans les jours qui viennent", et s'interroge sur la non-réquisition de ces masques par l'Etat. 

A Reims, la distribution des masques aura lieu dans huit centres répartis dans la ville. Il s'agit des gymnases Géo André, Vasco de Gama, Europe-Thiolettes, Prieur de la Marne, Georges Hébert et Courcelles, ainsi que du complexe René Tys et des halles du Boulingrin. Sur présentation d'un formulaire à compléter, d'une copie des pièces d'identité de chaque membre du foyer et d'une attestation de domicile, chacun pourra obtenir un masque. "La possibilité de le faire avec une procuration sera bien sûr ouverte", précise le maire de Reims. 
 
Voir cette publication sur Instagram

Les #halles #boulingrin @villedereims @reimstourisme @reimsgourmand #reimscity #reimstagram #igersreims #gastronomie #pictureoftheday #photooftheday 📸 @merciematthieu

Une publication partagée par France 3 Champagne-Ardenne (@france3champagneardenne) le



En attendant, des masques chirurgicaux seront donnés aux personnes les plus vulnérables dès cette semaine. Cela concerne plus de 2.000 personnes contactées par les services de la Ville. A partir de lundi 11 mai, ce sera au tour des commerçants.

Lors de cette allocution, Arnaud Robinet se savait très attendu au sujet de la reprise de l'école. Là encore, il a tenté de répondre à toutes les questions que se posent les parents d'élèves, le personnel des établissements scolaires et les enseignants.   


Reprise des cours à partir du 18 mai

Satisfait que le gouvernement redonne la main aux collectivités sur les questions d'éducation nationale, le maire de Reims a tenu à rappeler qu'il "prendra toutes ses responsabilités". 

Il est aujourd'hui impossible de faire rentrer tous les élèves de maternelles et de primaires en même temps, la semaine du 11 mai, au regard des 60 pages du protocole sanitaire que nous venons tout juste de recevoir
Arnaud Robinet, maire de Reims


Arnaud Robinet a donc décidé d'une reprise "partielle et progressive" des cours à Reims à partir du 18 mai. Une décision qu'il justifie par le fait "de prendre le temps de sécuriser au maximum les 104 écoles de la ville". Ce retour à l'école concernera dans un premier temps les classes de CP, CE1 dédoublé c'est-à-dire en REP et REP+ ainsi que les classes de CM2, de 8h30 à 11h30 et de 14h à 17h. Pour les autres, la continuité pédagogique via des cours à distance devra être assurée par l'Education Nationale selon le maire. Par ailleurs, la municipalité étudiera, selon les retours des questionnaires envoyées aux familles, la possibilité d'ouvrir, à partir du 25 mai, d'autres classes, en priorisant les grandes sections de maternelle.

 



A noter enfin que les restaurants scolaires seront ouverts et que le périscolaire sera assuré les après-midis jusqu'à 17h45.
"Toutes les mesures seront prises pour assurer la sécurité sanitaire. Les enseignants et le personnel de la ville de Reims seront équipés de matériel de protection tels que masques, blouses et gants", assure Arnaud Robinet. 

 

Les écoles rémoises ne rouvriront pas avant le 18 mai
Les écoles rémoises ne rouvriront pas avant le 18 mai © Thierry Thorel / MaxPPP

 

Quatre millions d'euros pour créer un choc de consommation

En plus des mesures gouvernementales et régionales, la Ville de Reims souhaite soutenir d'avantage le tissu économique local. Les élus ont voté lundi 4 mai, lors d'un conseil municipal en visioconférence, une exonération pour six mois des droits et redevances versés à la municipalité pour les commerçants. "On parle bien ici d'annulation et non de report", souligne Arnaud Robinet. A cela s'ajoute une aide aux loyers pour les commerces "qui ont été obligés de fermer leurs portes pendant deux mois". Mais la mesure la plus forte consiste à créer un choc de consommation. 

La ville offre, via un bon d'achats distribué dans tous les foyers rémois, la possibilité d'aller chez tous les commerçants qui souhaitent participer à ce dispositif. Cela permettra d'injecter quatre millions d'euros sur trois mois
Arnaud Robinet, maire de Reims
 

Un déconfinement réussi pour le maire de Reims, ce n'est pas seulement le respect des gestes barrières et le port de masques.
 

Plus de 8.000 tests par jour

Arnaud Robinet souhaite pouvoir réaliser des tests. Aujourd'hui le CHU de Reims réalise plus de 300 tests par jour, une cadence que le groupe hospitalier va pouvoir augmenter. "L'ARS accompagne le CHU et aura la capacité de faire plus de 8.000 tests par jour", annonce t-il. Les laboratoires Bioxa vont également augmenter leur rythme de cadence de tests. "Mais pour que ces tests soient accessibles, la Ville de Reims a décidé de mettre en place un drive pour tester les publics prioritaires". 

Ce drive, qui devrait se situer à proximité du complexe René Tys, viendra en complément de celui déjà installé au pied de la clinique Courlancy. Pour bénéficier d'un dépistage au covid19, il faudra prendre rendez-vous auprès d'un laboratoire. 
 

Déconfinement et mobillité

Cela sera aussi le cas dans les transports publics où le port du masque sera obligatoire et la distanciation sociale appliquée. Le réseau de transports en commun sera opérationnel à 75% de son fonctionnement normal. A cela s'ajoute des pistes cyclables provisoires. En partenariat avec l'association Vél'Oxygène, la ville a élaboré 8,5 km d'itinéraires spéciaux afin de favoriser les trajets domicile/travail. Les aménagements débuteront ce soir pour une mise à disposition fixée autour du 13 et 14 mai. 

 



Vous l'aurez compris, le retour à la vie d'avant la crise sanitaire n'est pas pour tout de suite. Et l'installation, dans les prochaines semaines, de 1.700 points de distributions de gel hydroalcoolique dans les écoles et les services publics sont là pour nous le rappeler. 
 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus déconfinement santé société économie éducation
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter