Coronavirus : à Reims, un bus gratuit pour le personnel soignant, "on reçoit 400 appels par jour"

Chaque jour, plus de 200 trajets sont effectués grâce aux navettes gratuites de la Citura. Le réseau des transports publics de l'agglomération de Reims participe à la lutte contre le coronavirus en mettant en place un service de transport à la demande pour le personnel des établissements de santé.

Le bus mis à la disposition des soignants à Reims est le service le plus demandé des réseaux de transports en France.
Le bus mis à la disposition des soignants à Reims est le service le plus demandé des réseaux de transports en France. © Document remis
Depuis plus d'un mois, le réseau de transports de l'agglomération de Reims, Citura, a décidé de proposer un service de transport à la demande (TAD) gratuit pour permettre aux personnels des hôpitaux, cliniques, Ehpad rémois mais aussi aux personnes chargées des soins à domicile de se rendre sur leur lieu de travail pendant l'épidémie de covid19.

"L'idée, c'était d'offrir une solution à nos usagers car le réseau était arrêté sur ses horaires normaux et il y avait un fonctionnnement réduit", explique Virginie Noirez, présidente de Transdev Reims (réseau Citura). Et à en croire le nombre d'appels quotidiens, l'offre était plus qu'attendue par les usagers dont la plupart sont des infirmières, des aides-soignants mais aussi des agents d'entretien ou de restauration travaillant pour ces établissements de santé. Le TAD du réseau rémois est aujourd'hui le plus sollicité de France.

On reçoit 400 appels par jour pour environ 200 trajets qui sont effectués,
-Virginie Noirez, présidente de Transdev Reims, (réseau Citura)

La navette ne désemplit pas.
La navette ne désemplit pas. © Document remis

Comment ça marche?

Les réservations sont à effectuer par téléphone avant 17 heure la veille du voyage. Quatre opérateurs sont disponible au 07 64 23 00 00, du lundi au vendredi de 9h à 19h et le samedi de 9h à 12h pour prendre les rendez-vous. Il suffit de présenter une attestation d'employeur pour bénéficier du service. Une fois l'heure et le lieu fixés, une navette vient chercher le client à son domicile et le déposer à l'arrêt de bus Citura le plus proche de son entreprise.

Les minibus circulent tous les jours de 5h à 9h et de 19h à 23h, en dehors des heures de circulation du réseau Citura. 
"La plupart des gens réservent pour plusieurs jours d'affilés en fonction de leurs besoins et de leurs plannings", précise la directrice de la Citura. 

Des soignants très satisfaits

Patricia, auxiliaire de vie à domicile depuis plus de quinze ans est très satisfaite du service rendu. Elle utilise la navette trois à quatre fois par semaine, week-end compris. La rémoise vit dans le quartier Clairmarais et fait appel au TAD pour rendre visite à ses patients vivants dans le quartier Maison Blanche, soit à une heure de marche de chez elle. 

"C'est une aide précieuse. On est moins fatigué car on n'a plus à attendre le bus ou à marcher. Moi qui fais parfois des remplacements à Wilson et dans le centre-ville", confie Patricia. "On fait des jolies rencontres. On discute avec le chauffeur mais aussi avec du personnel soignant autre que ceux de notre association, parce qu'on n'est pas beaucoup dans le bus", poursuit-elle. Car à bord des bus de la Citura, la distanciation sociale s'applique.  

Les usagers sont installés un siège sur trois et une bache en plastique sépare le chauffeur des passagers. Alors pour répondre à la demande, cinq navettes de neuf places et quatre véhicules de vingt places ont été mis à disposition. Un partenariat avec des taxis a même été conclu pour faire face à cette forte demande. Pour Elodie, infirmière au CHU et habituée des transports en commun, le transport à la demande est une bonne solution. La jeune femme qui travaille de nuit l'a utilisé plus d'une dizaine de fois en deux semaines et apprécie entre autre le fait qu'on vienne la chercher chez elle.

C'est aussi plus sécurisant au vu de la situation actuelle. On n'est pas au contact de la population.
-Elodie,  infirmière au CHU de Reims

Un point de vue que partage Estelle, aide-soignante à l'Ephad les Parentèles de Reims. La maman soucieuse de ne pas rapporter le virus à la maison et aux résidents de la maison de retraite, apprécie les trajets en petit comité. "Selon mon planning, je peux être amenée à effectuer deux à cinq allers-retours par semaine, alors ça m'arrange bien de pouvoir le prendre. Ça limite les contacts", confie Estelle. 

 

Et après le 11 mai ? 

Le transport à la demande dédié au personnel soignant semble avoir fait l'unamité auprès de ses utilisateurs. A tel point que Patricia redoute un retour à la normale, le 11 mai prochain."J'appréhende un peu la fin du confinement. J'espère que le TAD va continuer, souhaite l'auxiliaire de vie à domicile.

Pour l'heure à la Citura, on assure que le TAD ne s'arrêtera pas brusquement le 11 mai. "On est potentiellement amené à poursuivre après le 11 mai après pour combien de temps, je ne peux pas vous le dire. Nous sommes en réflexion avec les collectivités", conclut la présidente de la compagnie de transports. Nul doute que le succès de ce service de transport à la demande dédié au personnel soignant a révélé un besoin nouveau. Reste à savoir si la Citura aura les moyens d'y répondre lorsque tous les bus du réseau seront de nouveau en circulation. 




 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports économie coronavirus santé société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter