Covid : la rentrée scolaire vue par les enfants

Il sont adolescents et s'apprêtent à retrouver le chemin de l'école après les vacances. Des vacances particulières. Une rentrée étalée selon les niveaux, avec un nouveau protocole sanitaire. Qu'en pensent les premiers concernés? Victoire, Louis et Gaspard nous répondent.

Louis, Victoire et Gaspard terminent des vacances studieuses pour cause de Covid en attendant une rentrée étalée
Louis, Victoire et Gaspard terminent des vacances studieuses pour cause de Covid en attendant une rentrée étalée © Jérémy Durieux @FranceTelevisions

Ce n'est pas un week-end comme les autres pour Louis. Ce samedi 24 Avril, ce collégien fête ses 14 ans en vacances chez ses grands-parents à Betheny, dans l'agglomération rémoise. Un anniversaire célébré en famille entouré notamment de son cousin, Gaspard, élève en 4e et sa cousine Victoire, 15 ans, en classe de seconde tous deux à Courbevoie en région parisienne. Un samedi festif en famille, ou chaque membre de la famille a le plaisir de se retrouver, non sans toutefois émettre quelques regrets. "Je suis content d'être ici, mais je suis dégouté parce que normalement je devais partir à Rome pour les vacances" confie Louis. Et Victoire d'ajouter : "et moi je devais partir avec mes parents en Cote d'ivoire, mais à cause du Covid ce n'est pas possible".

Grands-parents vaccinés

Pour Louis, à défaut de savourer une glace italienne aux abords de la fontaine de Trevi, les deux semaines de congés se sont déroulées chez les grands-parents, d'abord en Bretagne, puis dans la Marne ; ses parents étant autorisés à dépasser la limite des dix kilomètres pour conduire leurs enfants en famille, qui plus esrt, chez des grands-parents vaccinés. 

Ce sont des vacances bizarres

Gaspard, 14 ans, élève en 4e

Passionné de trottinette, Gaspard attend avec impatience la réouverture des boutiques spécialisées
Passionné de trottinette, Gaspard attend avec impatience la réouverture des boutiques spécialisées © Jérémy Durieux FranceTelevisions

 

"Ce sont des vacances bizarres" ajoute Gaspard, "la première semaine on s'est amusé, mais la seconde il a fallut travailler à cause de la reprise du travail en distanciel la semaine d'après. En plus à cause du confinement, je n'ai pas pu voir mes copains".  Sa soeur Victoire d'ajouter : "moi le covid ca ne m'a pas empéché de voir mes amis, j'ai fait des balades dans Paris, mais c'est un peu limité parce que le matin malgré les vacances je dois travailler on a beaucoup de devoirs à faire pour la reprise étant donné qu'on n'est pas en présentiel les profs nous avancent les cours qu'on a râté. Ils ont étalé le programme sur les vacances. mais ça va. Quand on a un soucis ou une question à poser on peut facilement contacter les profs par Teams, par téléphone ou leur envoyer un mail 

Rentrée étalée

Particularité de cette reprise, la rentrée en classe est étalée comme l'a précisé Jean Castex ainsi que son ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer. Ce lundi 26 avril,  retour en classe pour les élèves d'école maternelle et élémentaire. Pour les collégiens et lycéens comme Louis, Gaspard et Victoire, la semaine de cours sera en distanciel, à domicile.  "Plutôt que de rentrer à Bordeaux et Gaspard à Paris, on va rester ici comme ça on va travailler mais aussi s'amuser ensemble". Car les deux cousins ne reprendront le chemin de l'école que le lundi suivant, le 3 mai. "On ne sait pas trop comment cela va se passer" concède Victoire, je pense qu'on n'aura pas le droit d'aller à l'école tous les jours. C'était déjà comme ça avant les vacances. D'ailleurs mon lycée a même fermé car on a eu 54 cas de covid".

Présentiel, distanciel, ou demi-jauges

En effet, le lundi 3 mai retour en classe pour les collégiens et lycéens, en demi-jauge pour les lycéens, avec une alternance entre présentiel et distanciel. En présentiel, pour les collégiens à l'exception des élèves de 4e et 3e des 15 départements les plus touchés par la pandémie, qui feront aussi leur rentrée en demi-jauge (Nord, Aisne, Oise, Yvelines, Seine-et-Marne, Seine-saint-Denis, Hauts de Seine, Val d'oise, Val de Marne, Essonne, Paris, Sarthre, Loire, Rhône, Bouches du Rhône). 

 

Louis, en vacances chez ses grands-parents dans la Marne, reprendra l'école ce lundi 26 avril en distanciel, et en classe le lundi 3 mai étant collégien
Louis, en vacances chez ses grands-parents dans la Marne, reprendra l'école ce lundi 26 avril en distanciel, et en classe le lundi 3 mai étant collégien © Jérémy Durieux @Francetelevisions

Protocole et test salivaire

Pour cette rentrée, le gouvernement a dévoilé ce jeudi le protocole sanitaire pour le retour en classe. 400.000 tests salivaires vont être réalisés la semaine prochaine dans les écoles élémentaires alors que 64 millions d'autotests ont été commandés pour les personnels et les lycéens. Par ailleurs, les classes fermeront dès qu'il y aura un cas de Covid. Les gestes barrières comme le lavage des mains, le port du masque et l'aération des salles sont toujours de mise.

Victoire, élève en seconde, va encore suivre ses cours pendant une semaine à la maison avant de retourner au lycée.
Victoire, élève en seconde, va encore suivre ses cours pendant une semaine à la maison avant de retourner au lycée. © Jérémy Durieux @Francetelevisions

64 millions d'autotests commandés

Dans le même temps,  64 millions d'autotests (prélèvement nasal) ont été commandés. Ils dévoilent un resultat sous 15 minutes.  "Ils seront proposés à tous les personnels de l'Éducation nationale dès la semaine prochaine, puis à tous les lycéens à partir de la semaine du 10 mai", a précisé Jean Castex. "Moi ça me dérange pas. D'ailleurs je n'ai jamais fait de test PCR, mes copains m'ont dit "on te met un baton dans le nez" c,'est vrai que ça ne fait pas très envie" confie Louis.  Que Louis se rassure la Haute Autorité de Santé a recommandé dans un premier temps de ne pas proposer cette méthode de test nasal aux moins de 15 ans, "mais se prononcera en début de semaine prochaine" sur l'opportunité de l'étendre à un public plus jeune. "De toutes façons, on n'a pas le choix, il faut que tout le monde soit vacciné, parce que sinon on ne va pas s'en sortir" conclut Victoire.

En attendant, bonne rentrée!

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société éducation