Déconfinement : à Reims, très forte affluence pour la distribution de masques aux plus de 60 ans

Jeanine et Françoise viennent de recevoir leurs masques. / © Matthieu Mercier / France Télévisions
Jeanine et Françoise viennent de recevoir leurs masques. / © Matthieu Mercier / France Télévisions

Ce lundi 11 mai, la distribution des masques aux plus de 60 ans était fortement attendue à Reims. Une file d'attente impressionnante s'est constituée au complexe sportif René Tys. La distribution de 30.000 masques, très encadrée, va durer trois jours. 

Par Matthieu Mercier

Le vent est glacial et il fait huit petits degrés seulement au thermomètre ce lundi 11 mai. Le soleil est un lointain souvenir. Ce premier jour du déconfinement est synonyme de distribution de masques aux habitants de Reims âgés de plus de 60 ans. La file d'attente est longue de plusieurs centaines de mètres autour du complexe sportif René Tys. Mais pas de signes d'impatience derrière les visages résignés. Tous sont masqués de manière artisanale. Certains ressortent pour la première fois depuis mi mars. On distingue celles et ceux qui ont fait jouer leur talent de couturières. L'ambiance est bon enfant dans cette enfilade de seniors. Et l'annonce de cette distribution arrive comme un soulagement pour Jeanine et Françoise.

"Les masques, ça coûte cher, alors on est bien contentes que la Ville les distribue. Et en plus, ceux là sont réutilisables et lavables". Jeanine en a récupéré un seul. Mais la distribution est massive. 30.000 masques de type MK5 et MK7 sont attendus et seront distribués aux seniors. Des masques réutilisables 10 fois, lavables en machine à 60 degrés. Un mode d'emploi accompagne la distribution de ces masques barrières. Fabriqués par l'entreprise Mortelecque, dont le siège est à Provin, dans le Nord-Pas-de-Calais. 

 VIDÉO : la file d'attente devant le complexe René Tys à Reims
Distribution de masques à Reims : la grosse attente


Caméra thermique à l'entrée

Ce lundi 11 mai, la distribution a démarré à 8h30, elle continuera jusqu'à 18h30 sans interruption. Vers midi, plus de 3.000 personnes ont été recensées sur place. Cela ressemble à un bureau de vote, en plus médical. Car il faut d'abord passer devant une caméra thermique, inspectée par du personnel de la protection civile. Cette caméra détecte à distance la température des habitants. Les consignes de distanciation physiques sont rappelées régulièrement. Puis un énorme bidon de gel hydroalcoolique est à disposition.

Un agent municipal oriente ensuite les habitants "seniors" vers l'une des 13 tables de distributions. Les agents municipaux, tous volontaires, gantés et masqués, vérifient l'identité des demandeurs, âge et adrese de domicile et le formulaire rempli. Avant de distribuer - sans contact - masques et lanières, avec une demi-feuille A4 sur laquelle sont écrites les consignes d'utilisation. "le bas du masque doit couvrir le bas du menton, le haut du masque doit être à mi hauteur du nez, remmlacez le masque après 4 heures d'utilisation". Parmi les agents, Alice, habituellement au service de la direction des sports. Elle explique, distribue, écoute aussi. 

 
La caméra thermique, installée à l'entrée, détecte la température des habitants. / © Matthieu Mercier / France Télévisions
La caméra thermique, installée à l'entrée, détecte la température des habitants. / © Matthieu Mercier / France Télévisions
Surveillance par la protection civile. / © FTV
Surveillance par la protection civile. / © FTV
 
La distribution des masques, sans contact. / © FTV
La distribution des masques, sans contact. / © FTV
 
Orientation vers les 13 tables de distribution de masques. / © Matthieu Mercier / France Télévisions
Orientation vers les 13 tables de distribution de masques. / © Matthieu Mercier / France Télévisions


Avec ses trois équipages, le chef de la police municipale, Nicolas Roche surveille le dispositif. Il rassure, veille à ce que la file d'attente ne se transforme pas en bataille rangée. Ce n'est pas le cas. Ici on prend son mal en patience. "Les masques sont made in France, et validés par la DGA (Direction générale de l'armement), nous affirme-t-il, mais le souci, c'est qu'on ne les pas encore tous reçus. Alors qu'ils ont été commandés il y a un mois. Cette distribution constitue un galop d'essai pour le reste des distributions à toute la population, quand on aura reçu la commande".

Sur la page Facebook de la Ville de Reims, Virginie salue cette opération : "Félicitations pour cette organisation. Un instant de panique à la vue de la queue impressionnante et puis... pas de pb ça avance très vite, en 30 minutes je suis repartie avec mes 10 masques pas que pour moi, les voisins aussi". De son côté, Delphine fait part se ses craintes : "Faire attendre pendant des heures des personnes âgées debout franchement c'est déplorable et en ne respectant pas les distances. Je me demande à quoi sert le confinement"
 


Fatima est arrivée vers 9h30. Elle n'évoque même pas l'attente de ce matin, elle est rassurée car ces masques lui seront utiles pour se rendre dans les lieux publics. "Si j'ai rendez-vous à La Poste, par exemple". Hélène, elle, est venue en prendre pour ses jumeaux handicapés, âgés de 35 ans, qui n'ont pas mis le nez dehors depuis 55 jours. Elle aussi se sent rassurée. Elle est également astucieuse, cette distribution lui servira à réaliser un patron pour en confectionner elle-même.

On va copier ce modèle et on va en fabriquer.
Hélène, habitante de Reims


D'autres, comme Claude et Simone, s'interrogent sur le fait que cette distribution soit vraiment réservée aux plus de 60 ans. Simone, octogénaire, a vu des gens beaucoup plus jeunes dans la longue file d'attente... Explications, certains comme Danièle 72 ans, ont donné une procuration. "Ce qui m'étonne c'est le parcours pour arriver ici, c'est un peu long", ajoute Claude, sa canne dans la main droite. Fatigue et stress, ajoutés au froid, n'ont pourtant pas empêché la foule d'être au rendez-vous. 

 
Claude et Simone viennent d'obtenir leurs masques. / © Matthieu Mercier / France Télévisions
Claude et Simone viennent d'obtenir leurs masques. / © Matthieu Mercier / France Télévisions


Quant aux personnes vulnérables et isolées, inscrites dans le registre de la veille sanitaire à Reims, elle bénéficieront d'un portage à domicile à partir du 13 mai 2020. Pour le reste de la population, la distribution sera échelonnée dans les jours à venir. Mais encore faut-il que les masques commandés arrivent à destination. Il faudra donc encore patienter un peu. Et ne pas oublier de se couvrir, la météo s'annonce fraîche, en cette semaine de retour à une vie... nouvelle. 
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus