Escrime : trois jeunes Rémoises à l'assaut des podiums

A 15 et 16 ans, Emma, Guillemette et Marie sont déjà championnes d'escrime. Surclassées, ces trois jeunes fleurettistes du cercle de Reims représentent la France dans les compétitions internationales. Une équipe devenue inséparable au fil des années.
Guillemette Calmus, Emma Mika et Marie Boëte, trois espoirs du cercle rémois d'escrime.
Guillemette Calmus, Emma Mika et Marie Boëte, trois espoirs du cercle rémois d'escrime. © Raphaël Doumergue / France 3 Champagne-Ardenne
Emma Mika, Guillemette Calmus et Marie Boëte forment une équipe d'escrimeuses parmi les meilleures françaises de leur catégorie. A 15 et 16 ans, ces fleurettistes se confrontent à des filles jusqu'à six ans plus âgées qu'elles. "Il y a beaucoup moins de pression, apprécie Emma Mika. On se détend plus, j'ai moins peur. C'est quand je suis surclassée que je fais les meilleurs matchs."

De nature réservée, Emma n'est plus la même une fois qu'elle enfile sa tenue : "Quand on est sous notre masque, ça nous libère, on peut faire tout ce qu'on veut."

A chaque assaut, ces jeunes filles se transforment en combattantes, car la première qui lance une attaque et touche le buste de son adversaire avec la pointe de son arme l'emporte.
 

Trois styles, trois caractères

Au fil des années, chacune a développé son propre style, un atout pour les confrontations par équipe. "Elles se complètent, assure Cyrille Dardé, maître d'armes au cercle d'escrime de Reims. Elles ont des caractères différents, un jeu différent. L'une est plus calme, l'autre plus lunatique ou encore plus technique."

Depuis leur début il y a presque dix ans, elles sont devenues inséparables. Emma, Guillemette, Marie mais aussi Cyrielle Dardé, la 4e du groupe. Fille du maître d'armes, elle est aujourd'hui en pôle France et ne s'entraîne plus à Reims.

Ces adolescentes forment une équipe indéfectible. Et complice. "C'est une super amitié, reconnaît Guillemette. C'est un peu comme mes soeurs. Je partage ma vie avec elles."
 

Un investissement gagnant

Du côté des parents, l'investissement est conséquent. Leurs filles sont en compétition presque chaque week-end, en plus des trois entraînements hebdomadaires au cercle de Reims.

Un rythme soutenu mais gagnant. Ces escrimeuses ont remporté la fête des jeunes 2017, l'équivalent des championnats de France pour les moins de 15 ans. La saison dernière, elles ont également décroché le bronze en national 1.

Malgré leurs bons résultats, ces jeunes filles sont prévenues : en escrime, les élues sont peu nombreuses.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
escrime sport