De Florentino Perez à Just Fontaine: l'adieu du monde du foot à la légende Raymond Kopa

Publié le Mis à jour le
Écrit par R.D avec AFP

De Florentino Perez, président du Real Madrid, à Just Fontaine, inséparable coéquipier en équipe de France, le monde du football est venu rendre mercredi à Angers un dernier hommage au légendaire Raymond Kopa, décédé vendredi à 85 ans.

La cathédrale Saint-Maurice, qui peut accueillir jusqu'à 1.200 personnes, était pleine à craquer pour les funérailles du "Napoléon du football", l'un des très nombreux surnoms associés à Raymond Kopa au cours de sa carrière de footballeur.

Et la pluie et la bruine fine qui tombaient sur les bords de la Maine en matinée, ont eu la bonne idée de s'arrêter en début d'après-midi pour permettre aux Angevins qui n'avaient pas trouvé place dans l'édifice de suivre la cérémonie de près de deux heures sur le petit parvis balayé par un vent froid.

« Nous avons perdu un grand joueur du Real Madrid, un joueur qui a marqué une époque. L'histoire du Real Madrid s'est faite parce qu'il y a eu des joueurs comme Raymond Kopa, qui ont rendu Madrid magique, et qui ont porté ses
valeurs dans tous les pays du monde
», a expliqué le président du Real Madrid Florentino Perez, en français dans le texte.
Les présidents des trois clubs professionnels - Angers (1949-1951), Reims (1951-1956 et 1959-1968) et Madrid (1956-1959) - pour lesquels Kopa a joué étaient ainsi présents pour ses obsèques. Tout comme le président de la Fédération française de football, Noël Le Graët.

Un tapis de fleurs, pour la plupart blanches en référence à ses années au sein de la Maison blanche madrilène avec laquelle il a gagné trois Coupes d'Europe des clubs champions (1957, 1958, 1959), était posé devant l'autel et le cercueil.
Ballon d'Or en 1958, 3e de la Coupe du monde et vainqueur de la Coupe d'Europe des clubs avec le Real Madrid la même année, Kopa « était un très grand bonhomme. Quand dans les corons un gars dribblait trop, on lui disait : tu te prends pour Kopa », a lancé le président du club de Lens, Gervais Martel. « La ligne d'attaque en 1958 a marqué 23 buts, moi 13. Raymond m'en a fait marquer pas mal et moi je lui en ai fait marquer aussi. C'était un gars formidable », s'est souvenu Just Fontaine, son indissociable partenaire chez les Bleus et qui détient, avec 13 réalisations, le record de buts marqués en un seul Mondial.

Un parterre de plusieurs dizaines de personnalités, dont le ministre français des Sports Patrick Kanner, avaient fait le déplacement. « Nous enfants d'immigrés, savons ce que nous devons à cette France ferme, courageuse et généreuse, qui s'ouvre à ses enfants, qu'ils s'appellent Kopa, Hidalgo, Platini ou Zidane », a-t-il lancé au cours de la cérémonie oecuménique.

Le maire de la ville, Christophe Béchu (droite) va proposer le 27 mars, lors du prochain conseil municipal, de rebaptiser le stade Jean-Bouin en stade Raymond-Kopa. Histoire de rappeler aux plus jeunes supporters du club local la légende Kopa.






L'hommage du Stade de Reims
Pour son premier match à domicile depuis la disparition de Raymond Kopa et à l’occasion de la rencontre contre l’Ac Ajaccio pour le compte de la 29e journée de Ligue2, le Stade de Reims souhaite lui rendre un hommage appuyé. Jeudi à 17h 30, 12 500 billets ont trouvé preneur. 

Plusieurs événements sont prévus :


- Un grand tifo sera déployé en l’honneur du milieu français.

- Les joueurs du Stade de Reims porteront un maillot spécial en hommage.

- Le public est invité à deux minutes d’applaudissement, entre la 7e et la 9e minute, en référence aux deux numéros sur le maillot de Kopa à Reims et à Madrid.

- Deux places sont offertes aux abonnés à retirer à la boutique Chanzy jeudi et vendredi. Et aux guichets du stade Delaune vendredi.

- Les messages des supporters -via Twitter- seront diffusés sur les écrans du stade Delaune.