Hausse du prix des énergies : "Les petites PME sont en réel danger", explique un brasseur de bière de la Marne

Publié le
Écrit par Matti Faye .

La brasserie La Bouquine, à Cormontreuil dans la Marne, subit comme de nombreuses entreprises de fortes hausses de prix pour le gaz et l'électricité. Avec un surcoût de plus de 60 000 euros par an, son patron affirme être en "réel danger".

La brasserie La Bouquine, installée à Cormontreuil près de Reims dans la Marne, produit chaque année autour de 2 000 hectolitres de bière, vendus essentiellement à des professionnels. "On fait partie des grosses brasseries chez les petits, et des petites chez les grosses", explique son patron, Mathieu Aubert.

Mais le fonctionnement de l'entreprise est fragilisé depuis quelques mois par la hausse des prix de l'énergie. Comme de nombreuses sociétés, la brasserie voit ses factures de gaz et d'électricité flamber.

Pour Mathieu Aubert, ça a commencé au mois de mai 2022 par le gaz, quand son fournisseur lui annonce brutalement qu'il met fin à son contrat. Le brasseur doit alors trouver une alternative pour que son entreprise puisse poursuivre son activité. Mathieu Aubert sollicite des courtiers en énergie pour comparer les offres disponibles. "Quand j'ai vu les tarifs, c'était de la folie, raconte-t-il. Ça montait chez certains à plus de 250 euros le kilowatt, quand j'étais jusqu'ici à un petit peu plus de 20 euros."

Finalement il parvient à trouver un tarif de 85 euros, mais la hausse est déjà substantielle. "Ça correspond à 30 000 euros d'augmentation annuelle et on ne parle que du gaz !"

Un mois plus tard, son contrat d'électricité arrive à échéance. Et là aussi, les nouveaux tarifs proposés explosent. On lui propose 400 euros au lieu des 80 euros qu'il payait jusqu'ici. Il fait à nouveau jouer la concurrence et parvient à souscrire un contrat à 257 euros le mégawatt. "Cela correspond à une augmentation de 33 000 euros sur l'électricité par an."

"Ça va commencer à être très compliqué"

La hausse des factures d'énergie de son entreprise est donc de plus de 60 000 euros par an. "On est une société qui va très bien. J'emploie 7 personnes, on a une très bonne trésorerie. Mais d'un seul coup on se dit que ça va commencer à être très compliqué", affirme-t-il. "Pour nous, c'est plus que considérable. Je ne fais pas 30 000 euros de résultat. Mais 63 000 encore moins."

Et l'énergie n'est pas la seule chose qui augmente. "Le verre a pris 36%, des cartons ont pris 30%, le houblon 35%, le malt 60%. Je ne parle même pas des capsules en métal."

Pour faire face à ces coûts, le patron devrait donc augmenter "de plus de 30 centimes du litre" les prix des bières qu'il produit pour amortir la hausse. Mais une telle augmentation fragiliserait sa compétitivité face aux grands acteurs du secteur. Il n'a donc pas encore pris sa décision.

Les petites PME comme nous sont en réel danger face à des augmentations qui sont incontrôlables

Mathieu Aubert, président de la brasserie La Bouquine

Jeudi 22 septembre, Emmanuel Macron a appelé les petites entreprises et les collectivités à ne pas signer des contrats d'énergie à des prix exorbitants. "En ce moment parfois quand vous êtes une petite entreprise, une collectivité locale, un bailleur social, on vous propose un prix de l’électricité pour renégocier vos contrats à des prix fous: ne les signez pas aujourd’hui !", a indiqué le président de la République dans une interview diffusée sur BFMTV.

"Nous sommes en train de renégocier les prix du gaz et de l’électricité, de refaire fonctionner nos marchés du gaz et de l’électricité. Dans les prochaines semaines, on va veiller collectivement en Européens et avec les Américains et d’autres à retrouver des prix plus raisonnables et donner de la visibilité sur les prix du gaz et de l’électricité pour que tout cela soit soutenable", a-t-il ajouté.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité