INSOLITE : à Reims, pour battre le record du monde de visionnages d'un film, il compte voir 200 fois Kaamelott au cinéma

Le Rémois Arnaud Klein, monteur audiovisuel et youtubeur, s'est lancé un défi à la fois insolite et titanesque : aller voir 200 fois le film "Kaamelott : 1er volet" au cinéma. L'objectif : battre le record du monde du plus grand nombre de visionnages du même film au cinéma, détenu par un Américain.
Arnaud Klein tente de battre le record du monde du plus grand nombre de visionnages d'un seul et même film au cinéma.
Arnaud Klein tente de battre le record du monde du plus grand nombre de visionnages d'un seul et même film au cinéma. © Arnaud Klein

Sept semaines et deux jours, à raison de 4 séances par jour : c'est le temps qu'il faudra à Arnaud Klein pour relever cet incroyable défi : voir 200 fois le film "Kaamelott : 1er volet" au cinéma. Un record du monde que le Rémois compte bien dérober à l'Américain tenant du titre, Ramiro Alanis, qui avait vu 191 fois le film "Avengers : Endgame" en 2019. "Kaamelott, c'est un film français qui est une sorte d'institution, explique le jeune homme de 33 ans. Le second degré est toujours présent, pour que l'on puisse rire facilement et, en même temps, il y a une forme de profondeur qui est absolument admirable. Finalement, c'est l'histoire d'un homme très intelligent qui essaie d'élever des gens complètement idiots au-delà de leurs capacités, c'est l'histoire d'un homme qui essaie de rendre des idiots meilleurs." Et si en plus, Arnaud Klein pouvait ravir le record du monde à Ramiro Alanis avec un film 100% made in France, ce serait la cerise sur le gâteau. 
 


Pour aller au bout du défi, il va falloir faire preuve d'abnégation, de patience, mais aussi de rigueur afin que le record soit bien validé par le Guinness Book. Arnaud conservera donc religieusement chaque ticket de cinéma qu'il réserve grâce à son abonnement illimité dans une salle de l'agglomération rémoise. Mais il ira encore plus loin, et pour prouver qu'il reste bien à chaque fois assis dans son fauteuil rouge, il fera des vidéos en direct de chaque séance sur le réseau social Twitch. Alors tiendra-t-il le coup ? La lassitude ne pointera-t-elle pas le bout de son nez au bout 5, 10, 20, 134 séances ? "Si, un peu, répond Arnaud Klein, lucide. Mais il s'agit d'une performance. Si je me lasse, je garde mon objectif en vue : battre le record du monde. Et puis cela fait 10 ans que j'attends cette sortie en salle, c'est un film qui mérite tout ce que je m'apprête à faire". Il n'y a plus qu'une seule chose pour laquelle Arnaud Klein croise les doigts, c'est que le cinéma ne déprogramme pas trop vite le film, et que le nombre de séances journalières ne chute pas trop. "Si c'est le cas, j'irai à Paris pour trouver un cinéma qui le programme de manière plus intensive". 


"Un projet bien à moi"

La motivation est donc bien présente, et il vaut mieux, parce que cette petite aventure va coûter un peu d'argent à Arnaud Klein, ne serait-ce que pour l'homologation officielle de son record. Alors une question fondamentale se pose : pourquoi ? Pourquoi ce pari répétitif, chronophage, solitaire, voire complètement fou ? Pour l'amour de l'univers de Kaamelott, bien sûr, mais pas seulement. Arnaud Klein est en train de changer de vie. Après avoir été commercial pendant 6 ans dans l'électronique et les nouvelles technologies, le Rémois a décidé de quitter son boulot pour se consacrer à quelque chose qui le passionne vraiment : la vidéo. Il s'est donc lancé dans une école de cinéma pour devenir monteur audiovisuel. Mais c'était avant la pandémie : "Avec le covid, c'est très compliqué de décrocher un contrat ou ne serait-ce que de rencontrer des gens. J'ai donc décidé de faire quelque chose pour moi." Le jeune homme a alors lancé sa chaîne Youtube, avec l'espoir de créer un engouement autour de ses vidéos. "Pour percer sur ce réseau, je me suis dit : "à quoi suis-je bon ?" Réponse : "regarder des films". Tout est parti de là. Je ne sais pas du tout ce qu'il y aura après."
 


Néanmoins, Arnaud Klein ne court pas après la notoriété. Ce qu'il veut, c'est faire plaisir et se faire plaisir, avec comme seule ligne de conduite, l'humour et l'autodérision : "Je voudrais que les gens se disent, en regardant mes vidéos : "ce mec est complètement idiot, mais pourquoi pas ! Il fait des choses, et je trouve ça marrant". Je n'ai pas envie d'avoir de la notoriété pour en avoir. J'aimerais surtout construire une communauté de gens qui se disent : "ce mec-là, il fait des trucs fun et j'aime bien".

Et puis, si par miracle, ce projet un peu fou pouvait arriver jusqu'aux oreilles d'Alexandre Astier, créateur de Kaameloot et réalisateur du film, et qu'en plus, le comédien trouve l'idée accrocheuse, Arnaud Klein serait aux anges ! "Quitte à rêver, autant rêver jusqu'au bout ! Vous imaginez, si je pouvais faire la 200e séance avec lui ? Ce serait dingue !"

Le marathon cinématographique d'Arnaud Klein commencera le 20 juillet prochain avec deux avant-première de "Kaamelott : 1er volet", projetées au cinéma Gaumont Millesime de Thillois, dans la Marne.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
insolite cinéma culture télévision économie médias