INSOLITE. Un distributeur de miel en gare, à la descente du TGV ou du TER

Un distributeur de miel local champardennais se trouve dans le hall des gares SNCF de Reims (Marne) et de Champagne TGV, à Bezannes (Marne). Ils y ont été installés respectivement en juillet et octobre 2022. Le concept semble séduire.

Bezannes (Marne) est une petite ville pour le moins étonnante. La venue du Père Noël y fait l'objet d'un arrêté officiel du maire, maire qui se bat pour obtenir un bureau de poste dans sa commune pourtant dotée d'une gare accueillant le train à grande vitesse (TGV).
Parlons-en, de cette gare. Celle-ci est dotée d'une caractéristique fort inhabituelle. On y trouve un distributeur. Non pas de billets, de bonbons et boissons, ou de café infâme pris rapidement avant d'aller travailler le matin.
Enfin si, mais pas que. Il s'agit d'un distributeur de miel. Pas banal. On y trouve des pots produits par Api Compagnie, un apiculteur local faisant butiner ses abeilles jusqu'à 80 kilomètres autour de Reims (Marne, voir sur la carte ci-dessous).

France 3 Champagne-Ardenne a contacté Nicolas Noirot, apiculteur de son état.  "Avec Benjamin Corpelet, on est deux anciens pompiers de Paris, 20 ans de brigade, reconvertis en apiculteurs. Moi je suis issu d'une famille d'apiculteurs et j'ai monté mon affaire en 2011 - Benjamin m'a rejoint dans l'apiculture en 2020 - et on bosse ensemble. On va monter un Gaec cette année." Pour le profane, il s'agit d'un groupement agricole d'exploitation en commun

Le hasard fait bien les choses

"On cherche différents moyens de vente. Et j'ai trouvé que cette idée de distributeur était excellente. Ça a été assez fabuleux, car c'est très compliqué d'avoir les coordonnées de la personne qui dirige la gare. J'ai mis huit mois à les trouver. Et en fait, il est passé par pur hasard sur un marché que je faisais à Bezannes. Il avait sa petite valise SNCF [Gares & Connexions; ndlr] : je lui demande s'il ne connaît pas la personne qui gère la gare, et il me dit que c'est lui..,"
"Quand je lui ai expliqué ce que je souhaitais faire dans les deux gares..." Oui, l'apiculteur a aussi jeté son dévolu sur la gare SNCF de Reims, en centre-ville. "Il m'a dit que ça l'intéresserait. On en a même profité pour installer un rucher pédagogique à la gare de Champagne-Ardenne TGV [voir la publication Facebook ci-dessous; ndlr]."

Des trains en gare, des ruches aussi 

Le journaliste à l'origine de cet article n'est guère connaisseur des choses de la nature, et s'inquiète que les abeilles souffrent du passage (pour le moins désagréable pour les oreilles) d'une multitude de rames lancées à pleine vitesse, juste à côté des ruches. "La vingtaine de ruches n'est pas embêtée du tout par le bruit. On en a aussi dans la petite couronne parisienne, en pleine ville, constamment dans le bruit, et tout va bien [ce miel francilien n'est pas vendu en Champagne-Ardenne; ndlr]."
Le distributeur bezannais a été installé entre fin avril et début mai 2022. Quant à celui en gare de Reims, il n'est là que depuis octobre. "On n'a pas trop communiqué dessus... Ça a mis six mois à vraiment se mettre en place, et maintenant, c'est parti. On a une clientèle de touristes, énormément, qui passe par Bezannes. Et on a les habitués, qui prennent le train tous les jours.  Je m'y attendais."


"Au début, ils ne voyaient pas la machine. Ensuite, ils l'ont vue. Ensuite, ils se sont arrêtés pour la regarder. Maintenant, ils achètent." Et le bouche à oreilles fut. "On nous en parle énormément au marché." Et chaque semaine, il faut réapprovisionner la machine. 
"Tout ce qu'on vend vient de chez nous. Vous ne trouverez pas de miel de lavande, d'eucalyptus, ou de thym [pas de la région; ndlr]." Et surtout pas du faux-miel au sirop de fructose (celui qui vaut pas cher au supermarché). Les miels présentés ici viennent donc de variétés locales. "Le miel de printemps vient du colza, de l'aubépine, et du pissenlit. On va avoir du miel de tilleul, de châtaignier. Du miel de luzerne..."

En pot ou en sucette

Compter entre six et huit euros (par carte bancaire) selon le pot (de 500 grammes). Et 2,50 euros la sucette (il faut viser tous les publics) Cela fait un souvenir comme un goûter plutôt appréciable.
Terminons par deux anecdotes. Nicolas Noirot se targue que son frère soit le premier apiculteur à avoir proposé son miel en distributeur en gare, dans les Ardennes. Et ailleurs, par exemple dans la gare centrale de Strasbourg, on trouve d'autres produits locaux en distributeur... comme de la choucroute. Il en faut pour tous les goûts.