Reims : la débrouillardise d'Anne Jaouen, commerçante, qui réinvente son activité d'agence de voyages, en plein Covid-19

Depuis le second confinement, Anne Jaouen a décidé d'apporter un peu de voyage à ses clients dans son agence, située à Reims. Depuis la Covid-19, l'activité, étant affectée, elle propose un nouveau concept store. À l'honneur, des produits issus de l’artisanat du monde entier.

© @ Anne Jaouen

Venus du Maroc, du Japon ou encore de Bali, les produits proposés par Anne Jaouen, sont tous issus de l'artisanat. « L’idée est de faire entrer un peu de voyage chez soi, tout en venant en aide aux artisans locaux qui souffrent de ne plus voir de touristes chez eux » explique cette spécialiste du tourisme.

Depuis le second confinement, Anne Jaouen a décidé d'apporter un peu de voyage à ses clients dans son agence, située au centre-ville de Reims. Depuis la Covid-19, l'activité étant affectée, elle propose un concept store autour du voyage. À l'honneur, des produits issus de l’artisanat du monde entier : de la décoration, du linge de maison, des beaux livres ou encore de la musique.

Son agence, "Anne et ses voyages", a été beaucoup malmenée, depuis la Covid-19. Lors du premier confinement, comme tout le monde, elle a dû fermer boutique. Son unique salariée a été mise en chômage partielle et Anne a commencé à réfléchir à diversifier son activité. L'idée d'inviter au voyage autrement a commencé à germer. Mais en rouvrant début juin, son activité reprend, elle décide alors de mettre de côté ce projet.

"Je me rappelle, les gens venaient me voir pour partir, car le confinement leur a donné envie de quitter Reims. À l'époque, je leur recommandai de rester en Europe et il y a eu beaucoup de réservations pour les Baléares ou les Canaries ainsi que d'autres villes en Europe " raconte Anne. Aussi, de nouveau optimiste, elle met de côté, son projet de diversification. Seulement, fin septembre, l'ombre d'un second confinement planant, son idée ressurgit. Elle décide d'y réfléchir et met en place son "Travel Concept Store".

À 44 ans, pleine de son expérience, elle se lance vraiment et décide de mettre à l'honneur des objets de décorations du monde entier, mais aussi d'autres produits comme la découverte de beaux livres ou une sélection de disques vyniles de musique du monde. "Les clients fidèles ont été au rendez-vous et solidaires" se réjouit Anne "et la vitrine a également attiré des curieux qui ignoraient l'existence de cette agence de voyages et qui m'ont dit qu'ils reviendraient pour cette fois réserver et partir" enchaîne-t-elle.

" Les clients fidèles ont été au rendez-vous et solidaires" se réjouit Anne et la vitrine a également attiré des curieux qui ignoraient l'existence de cette agence de voyages et qui m'ont dit qu'ils reviendraient pour cette fois réserver et partir" enchaîne-t-elle.
" Les clients fidèles ont été au rendez-vous et solidaires" se réjouit Anne et la vitrine a également attiré des curieux qui ignoraient l'existence de cette agence de voyages et qui m'ont dit qu'ils reviendraient pour cette fois réserver et partir" enchaîne-t-elle. © @ Anne Jaouen

" Merci à mes clients" 

Le chiffre d'affaire d'Anne a chuté de 85 % depuis le début de la crise sanitaire. Après le second confinement, l'activité semblait vouloir reprendre. Dans son agence de voyage, la clientèle fidèle est toujours restée au rendez-vous. Les réservations pour les fêtes de fin d'année ont donc repris. " Je leur ai conseillé cette fois de partir, à l'étranger, mais sur des territoires français, comme La Réunion, la Guadeloupe ou la Martinique, pour éviter la complexité du rapatriement que nous avons connu lors du premier confinement" se souvient Anne.

Lors du premier confinement, nous avons eu des clients qui se sont retrouvés coincés à l'étranger, en Asie, en Amérique du Sud ... Une trentaine de personnes à rapatrier. "Ça nous a pris des semaines" se souvient Anne, qui s'est même retrouvée à recevoir des appels de personnes, qui n'étaient pas ses clients. " Ces personnes étaient coincées à l'étranger et comme elles avaient réservé par Internet, et qu'elles n'arrivaient pas à avoir des renseignements, elles nous demandaient des conseils pour savoir quoi faire" enchaîne-t-elle.

Des conseils, Anne en a trouvés, grâce au réseau d'experts du voyage, CEDIV, auquel elle est rattachée. En créant son agence de voyage indépendante, il y a cinq ans, Anne s'est rattachée à lui. Grâce à ce réseau, elle a pu être accompagnée dés le début de la crise. "Ils ont des assistances juridiques et des avocats spécialisés dans le droit du tourisme" précise Anne. Ainsi, elle a pu proposer à ses clients, un avoir de 18 mois sur leur réservation annulée et si au terme de cette durée, le voyage n'a pu être réalisée, un remboursement total.

"Cela a été bien accepté par mes clients et c'est heureux, car ainsi, je n'ai pas été prise à la gorge et j'ai pu tenir avec une trésorerie" explique-t-elle. Anne est consciente que ces clients l'ont beaucoup soutenue et continuent encore à le faire en venant dans sa nouvelle boutique. C'est en pensant à ses clients, que son projet est né. Anne ne voulait pas rompre le lien avec eux. Se diversifier, c'était une façon de rester en contact. Cela a permis aussi de faire de nouvelles rencontres, car sa boutique, chaleureuse et cosy se prêtait bien à accueillir cette initiative.

Voyages et découvertes 

Anne a toujours aimé relever les défis, elle qui travaille dans le voyage depuis l'âge de 25 ans. Originaire des Ardennes, plus précisément de Charleville-Mézières, avec son BTS Tourisme en poche, elle monte à Paris pour apprendre le métier. Elle débutera en intégrant l'aérien et travaille quelque temps pour Royal Air Maroc. Forte de cette expérience, elle décide d'intégrer les Galeries Lafayette Voyages. Ces derniers décident de s'agrandir et ouvrir des antennes en province dont une à Reims. Anne se propose d'ouvrir cette antenne d'autant qu'elle souhaite revenir dans Le Grand Est. De 2005 à 2015, elle y sera aux commandes jusqu'à l'annonce d'une restructuration de la part du groupe, qui décide de fermer certains sites dont celui à Reims.Anne réalise qu'elle sait gérer une agence de voyage et lance sa propre activité.

« L’idée est de faire entrer un peu de voyage chez soi, tout en venant en aide aux artisans locaux qui souffrent de ne plus voir de touristes chez eux » explique Anne Jaouen.
« L’idée est de faire entrer un peu de voyage chez soi, tout en venant en aide aux artisans locaux qui souffrent de ne plus voir de touristes chez eux » explique Anne Jaouen. © @ Anne Jaouen

 Avec un tel parcours, Anne ne pouvait se résoudre à ne pas essayer de s'en sortir durant cette crise. Elle réorganise sa boutique autour de cinq grands thèmes. Une partie est réservée aux décorations des quatre coins du monde : du bougeoir, à la théière en passant par les arts de la table venus de Marrakech, mais aussi du linge de maison comme des coussins fabriqués à Bali. 

Bougeoir fabriqué par des artisans de Marrakech au Maroc
Bougeoir fabriqué par des artisans de Marrakech au Maroc © @ Anne Jaouen
Service à thé de Marrakech
Service à thé de Marrakech © @ Anne Jaouen
Des coussins confectionnés à Bali par des artisans locaux.
Des coussins confectionnés à Bali par des artisans locaux. © @ Anne Jaouen

Une seconde partie est dédiée aux voyages via les senteurs et les parfums d'intérieurs. Une troisième partie est consacrée aux thés venus du Sri Lanka, d'Inde ou du Maroc. La quatrième partie est réservée aux musiques du monde avec une sélection de disques vinyle. La musique cubaine ou andalouse est à découvrir.

Découverte des musiques du monde avec une sélection de disques vinyle.
Découverte des musiques du monde avec une sélection de disques vinyle. © @ Anne Jaouen

Et pour sa cinquième partie, baptisée " La bibliothèque du globe-trotter", Anne propose la découverte de guides de voyages ou encore de beaux ouvrages avec des visuels époustouflants et qui invitent à découvrir d'autres contrées. Les prix s'affichent à partir de 16 € pour une bougie à une trentaine d'euros pour un bougeoir "entièrement confectionné sur place et à la main " rappelle Anne.

Un projet pérenne 

Même si ce succès ne permet pas de rattraper le chiffre d’affaires, souligne Anne, "il m'a permis de tenir moralement et de faire connaître mon agence de voyages autrement." Ce projet a tellement été bien perçu par ses clients qu'Anne envisage de le poursuivre après cette crise sanitaire. " Bon an, mal an, on résiste et il faut rester optimiste même si les dernières annonces du gouvernement plombent encore notre secteur" avoue Anne.

Lors de la prise de parole du 15 janvier, le Premier ministre Jean Castex, le Quai d’Orsay a mis à jour ses recommandations, qui déconseillent “totalement et strictement” les déplacements internationaux. “Une stricte limitation des déplacements s’impose pour ralentir la progression de l’épidémie dans le monde, du fait de la circulation très active du virus de Covid-19 et de ses variants, indique le Quai d’Orsay sur son site. (…) Dès lors, tout déplacement international – depuis l’étranger vers la France et de France vers l’étranger – est totalement et strictement déconseillé jusqu’à nouvel ordre. » « Lorsqu’un déplacement pour motif impérieux est malgré tout nécessaire, il convient de respecter les mesures contraignantes mises en place à l’entrée sur le territoire français dans l’objectif de limiter la propagation du virus », souligne également le Quai d’Orsay.

Dans ce contexte, le gouvernement a décidé d’imposer une septaine à certains voyageurs.« A compter du 18 janvier 2021, les voyageurs souhaitant venir en France en provenance d’un pays extérieur à l’espace européen (union européenne, espace Schengen, Andorre, Vatican, Saint-Marin, Monaco) devront présenter un test PCR négatif à la Covid-19 réalisé avant leur départ. Ces personnes devront également s’engager sur l’honneur à s’isoler pendant sept jours une fois arrivées en France, puis à refaire un deuxième test PCR à l’issue de cette période de sept jours », explique le ministère des Affaires étrangères.

Anne envisage déjà d'annuler les réservations de février, compte tenu de la situation sanitaire préoccupante." Je m'y attends et je peux le comprendre. Personne n'a envie de subir autant de contrôles et l'idée de rester une semaine dans une chambre d'hôtel n'est pas réjouissante. Même moi, je déconseille, aujourd'hui de réserver. Il va falloir encore un peu patienter pour pouvoir voyager à nouveau normalement" reconnaît Anne.

En attendant, c'est aussi l'occasion d'aller à la découverte de son nouveau concept, et d'écouter ses précieux conseils pour bien préparer son voyage et découvrir de nouvelles destinations, via sa boutique et les artisans du monde.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
carnets de voyages sorties et loisirs crise économique économie confinement santé société coronavirus/covid-19 coronavirus - confinement : envie d'évasion déconfinement artisanat international