La musicienne rémoise hYrtis dépoussière le Theremin, 1er instrument électro de l'histoire

© Hyrtis
© Hyrtis

Bach, Bizet au Theremin. L'artiste de Reims, Gladys Hulot, reprend les titres de ces illustres compositeurs avec cet instrument centenaire. Le résultat est remarquable.

Par L.L

On connaissait Gladys Hulot pour sa virtuosité à manier la lame sonore et sa reprise notamment de Life on Mars de David Bowie. On la découvre, toujours aussi époustouflante, devant un Theremin. Ce boîtier fascinant -qui émet des sons sans qu'on ne le touche- serait l'un des tous premiers instruments de musique électroniques de l'histoire.

Originaire de Reims, hYrtis (son nom de scène) tente sans cesse de nouvelles expériences, de nouveaux défis. 

Gladys débute l'apprentissage du Theremin en 2016 sous l'influence du théréministe iranien : Armen RA.

Plus que des concerts, ses représentations sont des performances.

  • Elle jouera le 23 mai à Paris en soirée privée.
  • Le 13 juin sur la Rai5 en Italie à 21h15 pour Bowienext. 
  • Le 29 novembre à la Villa Douce à 19h, à Reims. 


Le Theremin : un instrument de musique atypique


Le theremin est constitué d'un boîtier contenant un circuit électrique relié à deux antennes. Du point de vue du musicien, l'antenne droite est verticale. Elle gère la hauteur de la note et le trémolo par le mouvement de la main droite. L'antenne gauche est horizontale et forme une boucle.

Associée au souffle et à la respiration, elle gère l'intensité du volume par le mouvement de la main gauche et donne au jeu toute son expressivité. Le theremin est le seul instrument dont l'absence de contact physique est requise pour créer la mélodie. La modulation de la phrase musicale se produit par le mouvement d'un corps dans l'espace invisible du courant créé par le theremin sous tension.

De l'espionnage à la musique électro


1919 : alors que le chercheur et scientifique russe, Léon Theremin, travaille sur l'élaboration de dispositifs d’espionnage et d’alarme pour les services secrets sous Lénine, il observe une variation de fréquence sonore à mesure que sa main s'approche ou s'éloigne du dispositif. Il part ensuite en tournée pour présenter son instrument dans le monde entier. 

En Amérique, Theremin rencontre Clara Rockmore, violoniste virtuose alors contrainte de mettre un terme à sa carrière en raison de soucis de santé. Le theremin s'imposa à elle comme une alternative salvatrice à sa vie. Ses connaissances musicales lui permirent de suggérer à Léon Theremin d'apporter certaines améliorations à son invention. Elle devint la première ambassadrice de cet instrument de musique dont elle enseigna l'art après avoir inventé une rigoureuse technique de doigtés.

En 1954, Robert Moog améliora les capacités de l’instrument en y ajoutant plusieurs octaves.


 

 

Sur le même sujet

toute l'actu musique

récolte des mirabelles à Rozelieures

Les + Lus