• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Le 1er février 2019, au départ de Reims, trois Vespa 400 participeront au 22e rallye Monte-Carlo historique. François Durin et deux amis prendront chacun la route de Monaco au volant du petit bolide Italien, la plus petite voiture ayant participé au fameux rallye Monte-Carlo en 1959. 

Découvrez le Vespa 400 de François Durin

Trois Vespa 400 au départ de Reims

Avec son tout petit moteur bicylindre deux temps de 400 cm3, ses 12 chevaux et son poids plume de 380 kg, la Vespa 400 est-elle taillée pour le Rallye Monte-Carlo ?

C'est OUI pour le Marnais François Durin. Pour preuve, ce vendredi 1er février 2019, il prendra pour la troisième fois (2016, 2018 et 2019) le départ depuis Reims du Monte-Carlo historique au volant de cette puce italienne. Et il ne sera pas le seul.

Son fidèle acolyte Odilon de Varine et son ami Gilles Santarossa s’aligneront eux aussi sur la grille avec un véhicule identique. Le trio veut rendre hommage aux pionniers, aux trois équipages Vespa qui, en 1959, avaient atteint Monaco en classant l’une des voitures. « Pour ce 60e anniversaire, nous espérons faire encore mieux, pourquoi pas en classant les trois autos ! » s'enthousiasme François.

Une Italienne origine France

Les difficultés ? « Le manque de puissance, précise François, mais aussi la nécessité d’être accompagné d’une assistance". 

La Vespa a à peine une autonomie de 200 kilomètres et doit être fréquemment ravitaillée en carburant 2 temps (mélange essence et huile à 2,5%).

Son gabarit ne permet pas d’emmener le moindre bagage.

La Vespa 400 a été l’unique voiture fabriquée par Piaggio. À l’époque, le célèbre fabricant de scooter avait eu peur de la concurrence des micro-voitures telle que le Fiat 500. La fabrication des autos a été sous-traitée en France par la société Acma à Fourchambault (Nièvre).

Visitez la Vespa 400 en 360°

Et en plus elle est confortable !

François juge la Vespa 400 assez confortable malgré son tout petit gabarit (son copilote n’est autre que son épouse). Ses sièges, sa suspension et son comportement routier en font un véhicule fort agréable. Mais surtout, lui qui possède d’autres voitures anciennes prestigieuses, a un véritable coup de cœur pour la plus humble d’entre elles. Tout comme le public qu’il croise sur la route du rallye et qui la surnomme « Dinky Toys » ou « Majorette ». 

Pas de doutes que les trois Vespa bleue, blanche et rouge, les plus petites voitures homologuées de la compétition, rencontreront encore une belle cote de sympathie sur les routes enneigées du 22e rallye Monte-Carlo historique.

La Vespa 400 sous toutes les coutures

Vespa 400 en photos