Reims : abus sexuels sur de jeunes scouts, de nouvelles pièces ajoutées et un dossier "complexe" selon le procureur

Publié le Mis à jour le
Écrit par Carla Loridan
Abus sexuels sur des jeunes scouts : de nouvelles pièces constatées et un dossier "complexe" selon le procureur de Reims
Abus sexuels sur des jeunes scouts : de nouvelles pièces constatées et un dossier "complexe" selon le procureur de Reims © Carla Loridan/France Télévisions

Depuis le 21 octobre, les témoignages se multiplient à l'encontre d'un ancien aumônier rémois accusé d'avoir abusé de jeunes scouts dans les années 90 sans être inquiété. L'enquête est ouverte et de nouvelles pièces provenant des archives de l'Archevêque de Reims viennent compléter le dossier.

Après deux témoignages d'anciens scouts indiquant avoir subi des attouchements sexuels dans les années 90 de la part d'un ancien aumônier de Reims, Matthieu Bourrette, procureur de la République de Reims, s’est exprimé lors d’une conférence de presse ce lundi 25 octobre.

Prudent quant à la véracité des premières informations qu'il a reçues, Matthieu Bourrette a néanmoins confirmé avoir réceptionné le 21 octobre en milieu de matinée un premier courriel de la part d'un ancien jeune scout de Reims. Dans celui-ci, l’homme alors mineur au moment des faits, mentionne des attouchements sexuels non consentis exercés sur lui et sur plusieurs autres anciens scouts, par un ancien aumônier de Reims qui ne "serait plus en activité aujourd'hui", selon le procureur. Dans ce même courriel, le plaignant affirme que d’autres victimes étaient prêtes à être entendues.

Dans la soirée, vers 22h, Matthieu Bourrette réceptionne également un second courriel provenant d’un deuxième plaignant qui atteste avoir été victime de ce même prêtre entre 1996 et 1999 alors qu’il était lui aussi scout et mineur.
 

Un dossier « complexe »

Dès la réception des deux courriels, une enquête pénale a été ouverte des chefs d’agression sexuelle sur mineurs de plus de 15 ans par une personne ayant autorité, non dénonciation et non assistance et la division territoriale de la police judiciaire de Reims a été saisie du dossier.

Matthieu Bourrette a sollicité que les plaignants et leur entourage, ainsi que le mis en cause, soient entendus au plus vite afin d’éclaircir rapidement ce dossier qu'il estime "complexe à plusieurs titres, tant sur le plan factuel que juridique". Ces éléments pourront permettre au Parquet de pouvoir qualifier au mieux les faits et apprécier leur ampleur mais surtout de vérifier si "au regard de la date de commission des faits, et de l’état de minorité à l’époque des faits, ces faits sont ou non prescrits", précise le procureur.

Si pour le moment la prescription est fixée à 20 ans au vu de la nature des faits reprochés qualifiés "d’attouchements" par les victimes, cette prescription pourrait s’élever à 30 ans si d’autres faits de l’ordre du crime (viol…) sont constatés.

 

De nouvelles pièces ajoutées à l'enquête 

Pendant la conférence de presse, Matthieu Bourrette a également attesté avoir échangé le 21 octobre, puis sollicité une rencontre le 22, avec l’archevêque de Reims. Ce dernier lui aurait communiqué, lors de leur rencontre, un nombre conséquent de documents écrits issus des archives de l'Archevêché. L’ensemble des pièces ont été versées à l’enquête ouverte mais elles "doivent toutes faire l’objet de recoupements approfondis", a ajouté le procureur.

Les premières auditions et investigations ont commencé ce lundi 25 octobre. Les proches des plaignants, le mis en cause et son entourage ainsi que les responsables du mouvement de scout devraient être entendus rapidement afin d’identifier au plus vite d’autres victimes éventuelles.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.