À Reims, les centres aérés se préparent pour l’été : « On est pas mal bousculé par tous ces protocoles »

Dans les centres d’accueil et d’animation pour enfants, les mesures sanitaires s’adoucissent enfin. Avec les annonces récentes du Premier ministre Édouard Philippe, les établissements préparent activement leurs programmes pour l’été.

À la maison de quartier Cernay-Europe, on se prépare à accueillir plus de 130 enfants par jours.
À la maison de quartier Cernay-Europe, on se prépare à accueillir plus de 130 enfants par jours. © Document remis.

Dortoirs divisés par deux, équipements collectifs proscrits, interdiction des jeux de contact. Pendant plusieurs semaines, les pronostics allaient bon train sur les conditions dans lesquels les centres aérés pourraient organiser leurs activités estivales. Depuis l’allocution du Premier ministre Édouard Philippe, lundi 22 juin, la situation s’est éclaircie : il n’y aura pas de limitations sur le nombre d’enfants, et des restrictions se font plus discrètes. 

« On attendait que la nouvelle tombe depuis un moment, maintenant on peut enfin s’organiser », souffle Yassine Ramdani, directeur de la maison de quartier Wilson à Reims. Depuis les annonces de lundi, il enchaîne les réunions et les appels préparant le programme d’été, pour un début de saison prévu le 6 juillet. 


« Tous les jours, on multiplie les rencontres, pour construire le programme de l'été »


Jusqu’à présent, le nombre d’enfants pouvant être accueilli pour les activités de loisirs était limité à 10 maximum. Un effectif réduit, qui mobilise pourtant plus d’animateurs que de coutume. «On a été obligé de renforcer nos équipes, raconte Yassine Ramdani. Aujourd’hui pour faire respecter les consignes sanitaires, il nous faut au mois deux animateurs pour huit enfants.» 


Exit désormais la distanciation sociale restrictive entre les enfants. Pour la maison d’accueil de Cernay, le changement est significatif : pendant le déconfinement, elle n’accueillait que 30 jeunes par jours, contre 120 en temps normal. « On est pas mal bousculé par tous ces protocoles », lance Rachid Ramali, le directeur de la structure. Surpris par l’allégement soudain des mesures de protection sanitaire, il est lui aussi contraint de revoir sa copie pour les activités durant l’été. 

« Le nouveau protocole sanitaire est moins restrictif, notamment sur le port du masque, qui n’est plus aussi impératif qu'avant, raconte Rachid Ramali. Les sports collectifs reste en revanche bien encadrés. » Au fil des semaines, l’équipe pédagogique va continuer d’étudier le document, et adapter ses activités en conséquences. « Tous les jours, on multiplie les rencontres pour essayer de construire un programme pour l’été. »



Mêler apprentissage et loisir 

Parmi les zones d’ombres qu’ils restent à élucider, l’opération « vacances apprenantes » se précise aussi. Voulu par le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer, il s’agissait initialement d’un soutien scolaire donné sur la base du volontariat, pendant les vacances de printemps. Depuis, «l’opération » s’étend aux grandes vacances, dans un dispositif associant les écoles, les colonies de vacances et les centres aérés.


« Vraisemblablement, il s’agirait de mêler des leçons le matin dans un établissement scolaire à des activités de loisir chez nous l’après-midi. Même si ce n’est pas encore totalement défini, rajoute Rachid Ramali, ça me paraît important que notre maison de quartier prenne une place là dedans. »

En dehors des centre d’accueil et de loisir, d’autres structures s’organisent pour le début des vacances. Dans le groupe d’animateurs que dirige Erwan Le Gall – Les Savants fous – on passe en revue les ateliers qui seront proposés. « On a rouvert les inscriptions il y a deux semaines. Les dernières annonces nous ont rendus plus optimistes pour la saison qui arrive. »

Tournée vers l’apprentissage des sciences, la bande des « Savants fous » essaye de rendre ludique des activités austères comme la physique avec des expériences ludique. « On ne donne pas des cours, mais on fait pratiquer des expérimentations. Souvent, les gamins repartent avec plus de questions que de réponses. » 


Chaque jour de la semaine correspond à une discipline différente. « La chimie marche toujours du tonnerre de Dieu, jure Erwan Le Gall. C’est ce qui correspond le plus à l’image qu’on les enfants de la science : les flacons, les potions, et les explosions. » Les animations s'effectueront tout l'été par la structure dans différents lieux et écoles, parfois dans des centres aérés, du 6 juillet au 20 août. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
éducation société vacances sorties et loisirs déconfinement
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter