Reims : ils veulent que l'ancien garage Beccue ne soit pas démoli, le maire leur répond

Publié le
Écrit par Matti Faye
L'ancien garage Beccue est situé à l'angle de l'avenue Brébant et du boulevard Charles Arnould.
L'ancien garage Beccue est situé à l'angle de l'avenue Brébant et du boulevard Charles Arnould. © Google Street View

Une pétition demande que l'ancien garage Beccue ne soit pas démoli dans le cadre de la réhabilitation du quartier Port Colbert, à Reims dans la Marne. Le maire Arnaud Robinet a répondu à nos questions sur cette revendication.

"À Reims le 'petit patrimoine', bâti ou naturel ne compte pas et se trouve livré aux promoteurs […] Nous sommes favorables au renouvellement de la ville mais nous voulons également sauvegarder ce 'petit patrimoine" négligé par nos élus". Une pétition lancée depuis un mois sur le site Change.org veut obtenir la conservation d'un ancien bâtiment industriel situé dans le nord de la ville, l'ancien garage Beccue.

Le bâtiment, installé à l'angle de l'avenue Brébant et du boulevard Charles Arnould doit disparaître dans le cadre du projet de réaménagement du secteur Port Colbert. Le texte signé par l'association "SOS Reims urbanisme et nature" a recueilli au 12 novembre un peu plus de 200 signatures. 

Un permis "conforme aux règles d'urbanisme"

Nous avons interrogé le maire divers droite de Reims sur cette pétition. "Cet ancien garage, que l'on appelle le garage Beccue, est sur l'emprise de la future école de commerce Neoma, qui a d'ailleurs été confirmée dans la presse pour un montant de 100 millions d'euros. Aujourd'hui, le permis de démolir est conforme aux règles d'urbanisme en vigueur. Il respecte les règles de publicité", précise Arnaud Robinet. L'ancien garage doit donc bien disparaître. Mais ce n'est pas pour autant que le patrimoine industriel de Reims va totalement disparaître, selon l'élu.

"Les deux collectivités ville de Reims et Grand Reims sont attachées à la préservation du patrimoine, ajoute-t-il. C'est la raison pour laquelle j'ai fait le choix de la conservation du bâtiment totem du site, qui est situé sur le site des magasins généraux. Cela marque une volonté bien sûr de conserver une part de l'histoire industrielle rémoise."

Ce bâtiment, plus imposant et plus emblématique que l'ancien garage Beccue, "sera rénové de manière importante", indique Arnaud Robinet.

La parcelle où se situe l'ancien garage a été cédée au promoteur Kaufman & Broad. C'est lui qui doit décider de son aménagement. "Kaufmann a essayé à de multiples reprises de contacter l'association SOS Reims urbanisme et nature pour pouvoir échanger. Il n'a jamais eu retour", affirme  le maire.

L'association ne pourra pas déposer de recours auprès du tribunal administratif à propos du projet prévu sur la parcelle qui doit accueillir l'école de commerce, selon l'élu. L'affichage obligatoire a eu lieu sur place le 29 juin 2021, "le seul courrier reçu par Kaufmann a été reçu le 4 octobre. Donc le courrier a été reçu hors délai" pour prétendre à un recours.

Le secteur amené à être totalement réaménagé

L'ensemble du secteur dit Port Colbert va être transformé dans les années à venir. Outre le nouveau campus de l'école de commerce Neoma, l'école de design Esad doit également s'y installer. Les deux projets sont prévus pour aboutir d'ici 2025, tout comme la réhabilitation des magasins généraux, pour accueillir un tiers-lieu culturel.

Des logements doivent aussi sortir de terre. "Aujourd'hui, des études urbanistiques et d'aménagement sur la totalité de Port Colbert sont réalisées par un cabinet d'urbanisme", précise Arnaud Robinet.

"À plus long terme, il y aussi le réaménagement de l'ensemble des berges du canal. L'objectif est qu'il n'y ait plus de circulation automobile au niveau de ces berges et qu'on redonne tout cet espace aux citoyens". Le renouveau des berges du canal est programmé à plus long terme. "Cela va au-delà du mandat qui est le mien aujourd'hui", ajoute le maire.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.