Révolution culturelle à Reims (Marne). L'accès à ses musées devient gratuit du 2 janvier au 2 avril. Une manière d'attirer un public renouvelé et plus nombreux.

"Si vous trouvez que la culture coûte cher, essayez donc l'ignorance." Cette citation est attribuée à Abraham Lincoln.
La municipalité de Reims (Marne) a choisi une autre option, quitte à mettre la main au porte-monnaie. Depuis le lundi 2 janvier 2023, et ce pendant tout le premier trimestre de la nouvelle année, il ne sera plus nécessaire de payer pour visiter les musées.
Une manière d'ouvrir, d'offrir la culture à un public plus large. La mairie ambitionne ainsi de donner un coup de fouet à la fréquentation (voir la carte des lieux concernés ci-dessous).


Les bibliothèques ont gagné près de 15% d'usagères et usagers en plus lorsqu'elles sont devenues gratuites en 2020. Bien sûr, le tout-gratuit ne suffit pas (même si l'exemple est très parlant pour les bus de Dunkerque, dans le Nord). Jean-Marc Laithier, responsable de la médiathèque Falala, le confirme à Marie-Line Fournier, journaliste à France 3 Champagne-Ardenne.
"Pour que les gens viennent, il faut parfois aller les chercher quand ils sont éloignés de la culture. La gratuité ne suffit pas à les intéresser, c'est très clair. Par ailleurs, il faut que les espaces et services proposés soient satisfaisants. On doit avoir des collections à jour, des animations qui séduisent le public."
La mairie peut aussi se targuer d'avoir vu la fréquentation bondir d'un tiers lorsqu'elle a rendu les musées gratuits durant les étés 2020 et 2021. Et veut reproduire cette "effervescence culturelle" pendant l'hiver, une période beaucoup plus creuse et qui rapporte bien moins aux caisses muséales. 

L'hiver sera culturel ou ne sera pas

"On est en période basse de fréquentation, explique Pascal Labelle, l'adjoint au maire et "monsieur culture" de la ville. Donc en terme de perte de recettes, c'est assez marginal. L'idée, c'est de voir comment on peut booster cette période."
Cette gratuité limitée dans le temps peut constituer - la mairie ne s'en cache pas - un argument pour le dossier rémois de candidature à la capitale européenne de la culture. "Ouvrir la culture à tous peut être un atout", souligne l'adjoint. "Mais parmi d'autres : nous en avons, bien sûr, beaucoup." Point trop n'en faut : ce sera en 2028, il y a encore un peu de temps d'ici-là. 
À noter que le palais du Tau, les musées de l'automobile et de l'aéronautique ainsi que l'hôtel de La Salle ne dépendent pas de la municipalité. La mesure de gratuité ne les concerne donc pas (mais cela ne vous empêche pas d'aller y faire un tour quand même).

L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité