Reims, réouverture du cinéma Opéraims : « Depuis mercredi, c’est le 3e film que je viens voir »

Mercredi 9 mai dernier, les cinémas ont rouvert leurs portes. A Reims, la salle d’art et d’essai, Opéraims, a retrouvé son public et a fait le plein… en jauge limitée.

Le cinéma, place d'Erlon à Reims, a rouvert ses portes le 9 mai dernier et accueille 35% de son public.
Le cinéma, place d'Erlon à Reims, a rouvert ses portes le 9 mai dernier et accueille 35% de son public. © Céline Lang / France 3 Champagne-Ardenne

Elles ont manqué ces salles obscures. Terriblement manqué. "J’attendais plus cette réouverture-là que celle des bars, explique Olivier, installé en famille dans une des 11 salles du cinéma Opéraims. Surtout avec le temps qu’il fait, on est beaucoup mieux au cinéma qu’en terrasse !"

La météo de ces derniers jours est effectivement propice à aller se faire une toile, mais le cinéma d’art et d’essai de Reims renoue surtout avec sa fidèle clientèle. Depuis mercredi, les clients reprennent le chemin de la place d’Erlon à Reims et l’atmosphère était plutôt aux sourires… persceptibles même derrière les masques ! "J’y venais toutes les semaines, se souvient Françoise. J’ai regardé (pendant le confinement), bien sûr, des films à la télévision, mais être dans une salle avec un grand écran c’est tout de même mieux. Je reprends mes habitudes""On y allait deux à trois fois par mois, reprend Hakan venu avec sa fille et sa maman. Cela fait quelques mois que l’on ne pouvait plus sortir, c’était frustrant mais on a pris notre mal en patience. Dès que l’on a pu, on a réservé les places sur internet. J’ai eu peur qu’il y ait du monde… mais ça fait super plaisir".

 

Les clients fidèles ont retrouvé les salles obscures dès le réouverture le 9 mai dernier.
Les clients fidèles ont retrouvé les salles obscures dès le réouverture le 9 mai dernier. © France Télévisions

 

35% du public reçus seulement

Depuis mercredi 9 mai, le cinéma Opéraims accueille à nouveau les spectateurs. "Le public a retrouvé la salle. C’était une journée assez émouvante pour les collègues, de reprendre le travail et de croiser le public, explique le directeur Stéphane Rezki. Même si on a jamais complètement arrêté, car on venait régulièrement sur place toutes les semaines pour des tâches administratives et surtout pour faire tourner le matériel pour éviter qu’il ne s’abime".

 

Mercredi le public a témoigné sa satisfaction à nous retrouver. Il y a vraiment cette interaction avec nos spectateurs. Ils nous ont fait part de leur émotion. C’était une journée assez particulière.

Stéphane Rezki, directeur du cinéma Opéraims

 

La joie de cette réouverture contraste avec un protocole sanitaire très contraint. "Pendant trois semaines, nous ne pouvons accueillir que 35% de notre public, explique encore le directeur d’Opéraims. A partir du 9 juin, on sera à 65% et fin juin, ce sera le retour en jauge complète". Mais pas un retour à la normale, puisque le port du masque restera obligatoire et le protocole sanitaire sera toujours très drastique.

 

Retour à une vie sociale

La culture à nouveau au rendez-vous… certains continuent à avoir du mal à comprendre pourquoi les salles de cinéma, notamment, sont restées fermées aussi longtemps. "On était plusieurs amies à se dire, mais pourquoi ne rouvrent-ils pas, raconte Chantal. Les films que l’on vient voir ici sont d’art et d’essai, et il n’y a pas énormément de public. Ils auraient très bien pu laisser les cinémas ouverts comme les théâtres". Chantal est très heureuse de renouer avec les salles obscures. "J’attendais cela depuis très longtemps et depuis mercredi, c’est le 3e film que je viens voir. Pour moi c’est très très important. Ca permet de rencontrer des personnes. Ca m’a énormément manqué".

"Nous espérons qu’il n’y aura pas trop de gens à  faire demi-tour parce que les jauges sont atteintes, précise encore Stéphane Rezki, le directeur du cinéma Opéraims. Nous savons que pour un certain nombre de séances ce sera le cas. Mais il faut bien redémarrer et c’est un vrai plaisir". 

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cinéma culture covid-19 santé société déconfinement art