Reims : le traditionnel repas des seniors reporté à cause de la Covid 19

Chaque année, c'est un moment très attendu par les séniors à Reims. Mais compte-tenu du contexte sanitaire, le CCAS (Centre Communal d'Action Social) n'organisera pas le repas festif des plus de soixante ans, qui était prévu le 23 janvier. L'évènement devrait être reporté à décembre 2021.
L'an dernier, Dave avait enthousiasmé les seniors rassemblés au Parc de Expositions.
L'an dernier, Dave avait enthousiasmé les seniors rassemblés au Parc de Expositions. © Sophie Dumay Francetv
Les dames se pomponnent. Les messieurs ressortent leur cravate. Ceux qui participent au repas des seniors ont toujours à cœur de se faire beau pour cet évènement annuel. Mais au mois de janvier prochain, la fête n’aura pas lieu. Initialement prévu le samedi 23 janvier, le repas des seniors est repoussé au mois de décembre 2021.

« Nous ne pouvions pas mettre en danger des personnes fragiles », indique Kim Duntze, adjointe au maire de Reims, chargée de la petite enfance, de la famille, de la solidarité, de l’intergénérationnel et des seniors. « On sait qu’il y a de plus en plus de restrictions. On a essayé de trouver d’autres formules, mais il était préférable de reporter. »

Un évènement très attendu

Marie Dépaquy est adjointe déléguée au maire de Reims, chargée de la santé et des affaires sociales. Elle est aussi vice-présidente du CCAS. « On n’aurait peut-être pas eu beaucoup d’inscriptions, dans le contexte actuel », explique-t-elle. «  Chaque année, pourtant, on refuse du monde. L’an dernier trois mille trois cent quatre-vingts seniors avaient souhaité y participer. Comme on ne peut en recevoir que deux mille cinq cents, on donne la priorité à ceux qui ne sont pas venus deux ans avant. Instauré il y a plus de quarante ans, ce repas des seniors est devenu au fil du temps, une véritable institution. La ville y consacre 165.000 euros. »
Après le repas, on dansait...
Après le repas, on dansait... © Sophie Dumay Francetv

Monique Ottobon a 80 ans. Cette retraitée a eu l’occasion de participer au repas en 2018. « Cette année-là, c’était La Compagnie Créole qui animait la réunion. C’était génial ! » se souvient-elle. « Ca me plairait d’y retourner un jour. Cette année, compte-tenu de la situation, c’est raisonnable de reporter. C’est du bon sens. Quand on pense que dans les restaurants, ils ne peuvent pas installer plus de six personnes par table, ça n’aurait pas été possible de respecter la distanciation ».

Si les Rémois de plus de soixante ans peuvent s’inscrire tous les ans pour participer à ce grand moment de partage, la moyenne d’âge des convives tourne autour de soixante-dix ans. Sur les deux mille cinq cents participants, près de quatre cents viennent de maisons de retraite. Certains sont en fauteuil roulant. Il faut donc prévoir toute une logistique pour que cette journée se déroule sans difficulté. Les bénévoles de l’ORRPA (l’office des seniors du Grand Reims),  qui est partenaire du CCAS pour cette opération, apporte le soutien de ses bénévoles.
 

Lio, Michèle Torr, François Valéry

Le 23 janvier, Danièle Gilbert devait assurer la présentation du spectacle. Sur la scène, nos anciens auraient pu applaudir Lio, Michèle Torr et François Valéry. Les organisateurs espèrent qu’ils seront à nouveau disponibles en décembre 2021.
Au parc des expositions, chaque année, après le repas et le tour de chant, une tombola est organisée avant que l’on virevolte sur la piste. Mais pour pouvoir danser, les séniors devront se montrer patient encore quelques mois, COVID oblige.

Dans les prochaines semaines, il faut encore s’attendre à d’autres reports ou annulations. Noël approche. Compte tenu du nombre de résidents, et des recommandations sanitaires, l’organisation de repas de Noël pourrait être compliquée dans les maisons de retraite. La résidence Claude Truchet à Bétheny, dans la Marne, a d’ores et déjà renoncé à en préparer un. On y réfléchit à des goûters en petit nombre. Pas question de ne pas fêter Noël, d’une manière ou d’une autre.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
génération senior société covid-19 santé culture