Reims : un site antique monumental mis au jour au Boulingrin

Des fouilles archéologiques entreprises dans le cadre d'un chantier de construction de logements dans le quartier du Boulingrin à Reims (Marne) ont permis de découvrir un site antique monumental datant du IIe et IIIe siècles.

À Reims, le quartier Sernam-Boulingrin poursuit sa mue. Face aux halles du Boulingrin, un chantier de construction de logements est entamé dans une zone qui jouxte le cimetière du Nord et qui s'étend jusqu'à la nouvelle piscine UCPA Sport Station.

Mais avant que les murs en béton ne s'élèvent dans le secteur, une équipe d'archéologues de l'Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) réalise des fouilles préventives depuis plusieurs mois. Leur travail doit s'achever en juin prochain, mais ils ont déjà fait des découvertes importantes, comme l'explique l'institut dans un communiqué transmis ce mardi 14 mars.

Les vestiges les plus anciens datent du Ier siècle. Il s'agit d'un "habitat aux maçonneries légères constituées pour l’essentiel en murs de carreaux de terre crue", précise l'Inrap. "Une importante quantité de fragments d’enduits peints représentant des grappes de raisin ont été découverts et témoignent d’un habitat relativement aisé."

Des constructions "très élaborées"

Les archéologues ont également découvert un site monumental datant des IIe et IIIe siècles, dont l'étude se poursuit. "Il se caractérise par deux grandes galeries à portique de 20 mètres de côté formant un U en plan. Ces galeries ceinturent deux grands massifs maçonnés rectangulaires qui prennent place dans un espace ouvert, très probablement un jardin. L’un des deux, équipé de deux canalisations d’eau sous pression, correspond à un bassin ou à une fontaine", détaille le communiqué.

Au total, un peu plus de vingt pièces ont été répertoriées. "Neuf pièces aux constructions très élaborées correspondent probablement à un espace thermal de bains antiques. Cinq d’entre elles, très grandes, disposent d’un système de chauffage par le sol (hypocauste)".

L'Inrap fait deux hypothèses sur ces vestiges. Ils pourraient correspondre à la domus (maison) d’une personnalité extrêmement aisée, ou alors à un ensemble thermal qui aurait pu être public.

Les fouilles ont également permis de découvrir des enduits peints "richement décorés de motifs floraux". "Certains pigments utilisés, dont un bleu proche du 'bleu égyptien', sont rares", explique l'Inrap.

Le secteur qui fait actuellement l'objet de fouilles est situé à quelques centaines de mètres de la Porte de Mars, le plus grand arc conservé du monde romain. D'autres grandes domus avaient déjà été découvertes plus au nord lors de fouilles archéologiques précédentes.

L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité