Reprise scolaire du 22 juin en Champagne-Ardenne : faire et défaire... ce que dit le nouveau protocole

C’est une obligation a dit le chef de l’état. Tous les élèves, sauf les lycéens, doivent revenir en classe le 22 juin. Un protocole sanitaire allégé est arrivé mercredi en début de soirée. Personnels enseignants et municipalité sont à pied d'oeuvre pour que tout soit prêt.
 

A partir du 22 juin, les enseignants n'auront plus l'obligation de porter un masque s'ils peuvent garder une distance d'un mètre avec leurs élèves.
A partir du 22 juin, les enseignants n'auront plus l'obligation de porter un masque s'ils peuvent garder une distance d'un mètre avec leurs élèves. © F. Boileau/ La Montagne / Maxppp

Vous avez dit alléger… Huit pages au lieu de 56 c’est effectivement un « protocole sanitaire, guide relatif au fonctionnement des écoles et établissements scolaires dans le contexte du Covid 19 »  qui, sur le papier, est moins contraignant. L’allègement était une obligation pour accueillir l’ensemble des élèves. Adieu les 4 M2 obligatoires pour chaque enfant et bienvenue au un mètre latéral et face à face… Mais dans un contexte de 28-30 enfants par classe dans le 1er degré comme au collège, et dans l’impossibilité de pousser les murs ou au mieux de disposer de locaux vides… cette nouvelle distanciation ne pourra pas toujours être respectée. Cependant, le nom respect est autorisé ! "Dans les écoles élémentaires et les collèges, le principe est la distanciation physique d’au moins un mètre lorsqu’elle est matériellement possible", dit le nouveau protocole.

"L’ambiance dans les écoles rémoises était nettement plus détendue ce matin à la lecture du protocole officiel, explique Véronique Marchet, adjointe au maire de Reims en charge de l’éducation. Le risque avec le mètre de distanciation était que l’on ne tienne pas dans les classes. C’était un gros gros frein à la reprise".

 

Quand le mètre latéral peut être respecté, il est mis en place, sinon on fait différemment. Toutes les écoles rémoises ont la possibilité en terme de bâtiments d’accueillir les enfants dans leur classe.

Véronique Marchet, adjointe au maire de la ville de Reims, en charge de l'éducation

 

Si la distanciation d’un mètre est compliquée à mettre en place, le Ministère de l’éducation nationale a, malgré tout, des idées à soumettre aux enseignants des écoles et des collèges : "l’organisation de la classe à l’air libre est donc une possibilité encouragée. Tous les espaces de l’établissement peuvent être mobilisés (CDI, salles informatiques…), y compris pour proposer d’autres activités" (études et périscolaires autour des fameux 2S 2C, sport, santé, culture, civisme).

L’autre information à retenir est que cette distanciation est obligatoire dans un espace clos mais disparaît totalement en extérieur… sauf pour les lycéens. "Elle ne s’applique pas dans les espaces extérieurs entre élèves d’une même classe ou d’un même groupe, y compris pour les activités sportives", dit le protocole. Les enfants d’un même groupe n’auront pas le droit de s’approcher en classe mais pourront donc le faire en récréation. "En élémentaire, je pense que certains enseignants feront toujours respecter cette distanciation à l'extérieur", précise encore Véronique Marchet. Pour les enfants de maternelle, elle disparaît totalement. C’est aussi le grand retour des parents et intervenants extérieurs dans les locaux des établissements scolaires à condition de se désinfecter les mains et de porter un masque.

Gestes barrière et port du masque

Si le lavage des mains restent totalement d'actualité, il pourra se faire "aux lavabos (...) sans mesure de distance physique entre les élèves d’une même classe ou d’un même groupe", précise toujours le protocole. Les établissements scolaires peuvent donc enlever tout le matériel installé il y a un mois qui permettait de bloquer les accès aux robinets et aux sanitaires.

Le port du masque, lui, reste obligatoire pour  les enseignants s’ils ne peuvent pas maintenir la distanciation d’un mètre avec leurs élèves. Ils pourront s’en passer si la distance est respectée. Toutefois le masque doit rester à porter de main comme l’indique le ministère : "lorsque le masque n’est pas utilisé, il peut être soit suspendu à une accroche isolée, soit replié sans contacts extérieur/intérieur (ne pas le rouler) et stocké dans une pochette individuelle".

Pour les élèves de plus de 11 ans en collège et lycée, le port du masque reste obligatoire en espace clos. Les lycéens devront, eux le porter en permanence.

Protocole Sanitaire 22 Juin 68625 0 by Isabelle Forboteaux on Scribd

 

Limitation du brassage et nettoyage des locaux et du matériel

Le respect de l’isolement des classes est essentiel dans ce nouveau protocole et c’est le point d’achoppement pour l’ensemble des établissements scolaires. Comment s’organiser pour que les 400, 500 élèves, voire plus, ne se rencontrent pas dans les locaux ?

Pour le Ministère il s’agit-là de limiter le brassage des élèves et donc "une éventuelle circulation du virus". Le verbe "limiter" est utilisé, il ne s’agit donc pas d’une interdiction formelle mais, "cette limitation est d’autant plus nécessaire lorsque la distanciation entre élèves d’un même groupe est réduite", dit encore le protocole. A la cantine ces mêmes limitations de brassage devront être respectées. "Limiter le brassage permet en cas de problèmes de prévenir tout le groupe en contact avec l’élève ou la personne contaminée, explique l’adjointe au maire. Mais quand il y aura 200 élèves ou plus dans l’école ce sera difficile d’éviter les croisements".

Les personnels assurant le nettoyage des locaux et des matériels seront toujours sollicités. Les nettoyages des sols, des tables et des bureaux sont préconisés une fois par jour minimum. Tout comme la désinfection des surfaces les plus souvent touchées par les élèves. "Là aussi le protocole est allégé mais nous avons décidé d’être vigilants. Nous allons garder, comme depuis le 18 mai (date de reprise des premiers élèves) une personne par jour et par école pour assurer le ménage", signale Véronique Marchet .

Concernant l’extérieur "l’accès aux jeux, aux bancs et espaces collectifs extérieurs est autorisé si un nettoyage quotidien est assuré (ou après une période sans utilisation d’environ 12 heures). La mise à disposition d’objets partagés au sein d’une même classe ou d’un même groupe constitué est permise à l’intérieur des locaux lorsque qu’une désinfection au minimum quotidienne est assurée ou que les objets sont isolés 24 h avant réutilisation", précise encore le protocole.

Retour à temps plein en présentiel

Tout est en place ou presque pour une reprise à temps plein pour l’ensemble des élèves lundi 22 juin. Les horaires mis en place  à Reims le 18 mai ne changeront pas. "8h30-11h30 et 14h-17h cela permet le midi aux parents qui le souhaitent de reprendre les enfants pour le repas". Véronique Marchet précise également que la cantine scolaire est prête à servir plus d’enfants. "En terme d’approvisionnements, on est bon. Nous sommes montés en puissance au niveau des commandes et nous aurons suffisamment de denrées. Habituellement, nous servons 8300 repas. Pour le 22 juin, nous allons en produire 6000". Sans véritablement savoir si cela sera suffisant ou trop. "S’il manque 12-15 repas dans une école, nous serons en capacité de faire des livraisons supplémentaires. C’est l’avantage d’avoir notre propre unité centrale".

Petits bémols

A Reims, le périscolaire du matin ne reprendra pas. "Nous sommes beaucoup trop juste en terme de personnel pour l’assurer, poursuit l’adjointe au maire en charge de l’éducation. Pour le périscolaire du soir entre 17h et 17h45, tout est prêt. "En temps normal nous avons besoin de 700 personnes par jour. Pour la reprise, on aura le vivier nécessaire. On sera très attentif à l’encadrement des enfants".

Aujourd’hui 40% des élèves sont revenus en classe à Reims et certaines écoles affichent presque complet. "Là où cela peut être encore tendu, c’est dans les écoles où il manquera des enseignants. Les personnels vulnérables ne reprendront peut-être pas et cela peut se comprendre", explique enfin l'adjointe au maire de Reims.

 

Mais les parents, s’ils remettent leurs enfants à l’école c’est pour qu’il y ait de l’enseignement et pas de la garderie.

Véronique Marchet, adjointe au maire de Reims en charge de l'éducation

 

Si les classes à 12 élèves des zones prioritaires pourront en accueillir un peu plus, ce sera plus compliqué dans les classes qui afficheront complet. "Sur les 104 écoles de Reims, ce qui sera bon pour l’une ne le sera pas forcément pour l’autre. Nous ferons lundi et mardi un bilan avec les inspecteurs de l’éducation nationale et nous nous adapterons".

Pandémie quand tu nous tiens… Les personnels concernés ont donc jusqu’à ce vendredi 19 juin pour que tout soit opérationnel pour les deux dernières semaines d’école avant les vacances. En espérant que tout cela serve pour la rentrée de septembre.

 

1er Protocole Covid19 Pour-la Reprise Du 11 Mai by Isabelle Forboteaux on Scribd

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
éducation société coronavirus santé
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter