Le Stade de Reims éliminé par le PSG de la Coupe Gambardella, match de gala au centre de vie Raymond-Kopa

Devant 400 spectateurs, les jeunes du Stade de Reims se sont inclinés 2-0 face au PSG. Ils jouaient les 16èmes de finale de la Coupe Gambardella, la "petite" Coupe de France. Familles et amis étaient venus les encourager. Ambiance survoltée ce dimanche après-midi au centre de vie Raymond-Kopa.

Les moins de 19 ans du Stade de Reims s'inclinent 2-0 face au PSG, ce dimanche 2 février après-midi au centre de vie Raymond-Kopa, devant plus de 400 spectateurs.
Les moins de 19 ans du Stade de Reims s'inclinent 2-0 face au PSG, ce dimanche 2 février après-midi au centre de vie Raymond-Kopa, devant plus de 400 spectateurs. © L.L/ France Televisions
Au bord des stades de football, tous les dimanches ne se ressemblent pas. Ce 2 février après-midi, il y avait foule au centre de vie Raymond-Kopa, à Bétheny. Il faut dire que sur le terrain des stars parisiennes étaient présentes. Pas Neymar ni Mbappé mais de jeunes joueurs qui ont de l'avenir. Les U19, les moins de 19 ans, du Stade de Reims recevaient pour ses 16èmes de finale de la Coupe Gambardella, la "Coupe de France" des jeunes. Dans le public, leurs amis et familles étaient venus les supporter.

 

Je viens au stade depuis six ans, c'est la 1ère fois qu'il y a autant de monde au centre de vie du Stade de Reims
- Christian Gassmann, père de Victor, gardien de but de Reims


Installé en tribune, Christian Gassmann a les yeux rivés sur les cages. Son fils, Victor, est le gardien de but de Reims. A 17 ans, comme dit son père "il mange sa vie d'ado pour le foot. Il aime ça donc ça va, il y en a qui lâchent avant." En classe de Terminale au lycée Saint-Michel, à Reims, le matin, Victor va en cours, il se lève à 6h et rentre à 19h pour faire ses devoirs et préparer son sac pour le lendemain. Entre les deux, il a entraînement cinq jours par semaine. "Reims est un très bon centre de formation avec de très bonnes conditions" reconnaît son papa. "Il arrive à tout mener de front." Christian parle d'une affluence record ce dimanche après-midi "Je viens au stade depuis six ans, c'est la 1ère fois qu'il y a autant de monde au centre de vie du Stade de Reims." 


La Gambardella, c'est le moment ou jamais de montrer ce que l'on sait faire, c'est un championnat très médiatisé
- Joël Leya, frère de Daniel Labila, joueur parisien


Les supporters de Paris aussi ont fait le déplacement. Le PSG part favori. Une division au-dessus de Reims. Joël Leya attend avec impatience que Daniel Labila fasse son entrée sur la pelouse. Daniel, c'est son frère. A 16 ans, il a été surclassé pour jouer ce 16ème de finale de Gambardella. L'avant-centre parisien a été élu meilleur buteur de son groupe (les moins de 17 ans) avec 18 buts inscrits en 17 matches. "C'est son premier match avec les U19, j'espère qu'il va jouer en 2ème période. Mon pronostic ? 3-1 pour Paris, Reims joue à domicile et peut marquer un but" analyse Joël. "La Gambardella, c'est le moment ou jamais de montrer ce que l'on sait faire, c'est un championnat très médiatisé". 
 

Paris mène 2-0 à la 51ème minute


Marquer pour se faire remarquer. Et le premier à inscrire un but est le joueur parisien, Jonathan Mutombo. Il ouvre le score à la 44ème minute. "Le PSG, ce n'est pas n'importe qui mais on peut gagner, avec les jeunes du Stade de Reims, la relève est assurée, cette coupe, c'est important pour eux", Blessing Idiakce y croit mais reste lucide. "Paris a de très bons joueurs comme le numéro 11, Xavi Simons". Blessing serait-il extralucide ? Le milieu de terrain néerlandais de 16 ans convertit un pénalty à la 51ème minute. Paris prend une longueur d'avance et mène désormais 2-0.
 

Joan a 14 ans et est venue assister au match avec son père et un ami de celui-ci. Ils ont fait deux heures de route depuis Paris. "Le fils de l'ami de mon père joue à Reims chez les moins de 17 ans, j'aime bien regarder le football au stade, il y a de l'ambiance. Avec mon père et mon frère qui sont fans, je baigne dedans depuis toute petite. Je pense que Paris va gagner 2-1"
 
Plus de 400 spectateurs sont venus assister au match Reims/PSG lors de ces 16èmes de finale de la Coupe Gambardella, au centre de vie Raymond Kopa, à Bétheny.
Plus de 400 spectateurs sont venus assister au match Reims/PSG lors de ces 16èmes de finale de la Coupe Gambardella, au centre de vie Raymond Kopa, à Bétheny. © L.L/ France Televisions


"Nous n'avons pas à rougir face au PSG"


Malheureusement, l'exploit n'arrivera pas. "Plus haut, plus incisif", "allez, allez chercher", les entraîneurs des deux clubs respectifs poussent leurs joueurs. "Même si on joue bien, techniquement, le PSG est un cran au-dessus", Benoît supporte Reims depuis toujours, l'équipe de Ligue 1 mais aussi les jeunes. "Je suis venu soutenir les moins de 18 ans, il n'y a pas que l'équipe première, c'est un beau match, on a de bons joueurs. La nouvelle génération promet. Ils ont bien travaillé au niveau du recrutement. Nous n'avons pas à rougir face à Paris." 

Et si certains ont regretté le peu d'ambiance côté rémois, lors du match Reims/ PSG le 22 janvier dernier à Delaune en demi-finale de la Coupe de la Ligue, ce dimanche le public était bien réveillé, des applaudissements, des huées lorsque le Rouge et Blanc, Noa Cervantes, rate un pénalty. Il sort quelques minutes plus tard sous les encouragements de son père, Olivier, qui a la gorge serrée "ce pénalty aurait relancé le match", " il s'en veut, il est déçu". Le sport est parfois cruel surtout quand on a seulement 16 ans.

Le "bébé" ogre parisien n'aura laissé aucune chance aux jeunes Rémois. Score finale 2-0 et fin de l'aventure Gambardella pour les Rouge et Blanc. "Ils ont très bien joué, c'est dommage" concède Christian, le père du gardien de Reims. "Ce sera pour l'année prochaine" nous glisse-t-il en souriant. Le temps que les Rémois "grandissent" encore un peu. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
stade de reims football sport psg