Une course de dromadaires organisée à l'hippodrome de Reims : la "vache du désert" débarque au pays du Champagne

Le 15 juin prochain, des chameaux et dromadaires vont remplacer les chevaux sur l'hippodrome de Reims. Une course est organisée pour faire découvrir la discipline, et ses adeptes, avec une présentation des camélidés.

Ce ne sera pas un mirage, mais la réalité. Le 15 juin, une course de dromadaires aura lieu à l'hippodrome de Reims (Marne). La "vache du désert" foulera le sol champenois. C'est une rencontre entre la fédération française des camélidés et l'hippodrome qui a donné lieu à cette opération inédite. Et 2024 étant l'année internationale des camélidés, portée par l'Organisation des Nations Unies, la course ne pouvait pas mieux tomber alors que l'hippodrome termine sa saison.

Les spectateurs verront ainsi des duels de dromadaires en parallèle des courses de chevaux, accompagnées d'une démonstration avec un "robot jockey". Une sorte d'humanoïde robotisé, en lien avec chaque propriétaire qui peut dicter des consignes à sa monture et gérer ainsi sa course. Le bras droit du jockey peut effectuer ce qu’on appelle le “raali”, un coup de ­cravache porté près de la tête, afin de booster l’animal. Le bras gauche sert à régler la tension des rênes. 

Côté hippodrome, Emmanuelle Fournier coordonne la journée. "J'en avais entendu parler à Montluçon (Allier), on nous a soufflé l’idée, car on est en pause estivale, et en faisant le tour des hippodromes, j’ai trouvé ça intéressant". 

Des chameaux qui parcourent l'Histoire

Les dromadaires viennent de Picardie, dans un élevage situé à Thenailles, à 70 kilomètres seulement de la cité des sacres. Le 15 juin, il y aura quatre spécimens. C'est Olivier Philipponneau qui est le responsable de cet élevage. "Chacun peut venir, l’idée, c'est de faire une démonstration de cette discipline, en parallèle on présente la Mauritanie, avec l’office national du tourisme de ce pays. Des stands d’artisanat..."

Aussi original que cela puisse paraître, les chameaux et les dromadaires ont déjà été utilisés sur le sol de la Champagne. "Il y en a toujours eu, aux 1ᵉʳ et 4ᵉ siècle, explique Olivier Philipponneau, des chameaux parcouraient les vignes, les Romains les utilisaient, car cet animal tracte bien. On en retrouve dans les icônes des églises. Le dromadaire a toujours existé dans nos secteurs. Il y en avait dans les bestiaires, les gens revenaient avec eux des croisades, c’est la vache du désert. On l’utilise pour sa viande, son lait. Le dromadaire est présent depuis longtemps, mais de façon anecdotique". Il y aurait entre 1000 et 1500 spécimens en France aujourd’hui selon l’IFE. 

La course ressemblera à une épreuve hippique, "par rapport aux chevaux, c'est dans le même style, confirme l'hippodrome, les dromadaires courent à la même vitesse que les chevaux, entre 50 et 70 km". La course est organisée avec la fédération française des chameaux, ils viennent de Vervins, où se trouve l'élevage des dromadaires de Picardie. L'association Dromas développe des courses depuis 20 ans, en France, mais ce sera une première à Reims. 

"On va courir sur l’hippodrome, confie l'organisateur, avec deux cavalières. Moi j’entraîne et je porte la course. Il y aura une démonstration avec un robot jockey. La discipline est de plus en plus visible. Mais en Europe ça commence juste à voir le jour, on fait plus de démonstrations qu'avant". Une exposition sur le bien-être des animaux accompagnera cet événement.  "Dans les hippodromes, on fait ça depuis 20 ans, là, ce sera la première fois dans la Marne, même en Champagne-Ardenne". 

L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Grand Est
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité