• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Zoom sport : Les joueuses du Stade de Reims bien parties pour monter en 1ère division

© Paul-Antoine Boudet / France 3 Champagne-Ardenne
© Paul-Antoine Boudet / France 3 Champagne-Ardenne

Cette semaine, le zoom sport est consacré aux joueuses du Stade de Reims. Cette saison, elles dominent le championnat de D2. L'équipe est bien parti pour remonter en 1ère division. 

Par Odile Longueval

Passionnées et déterminées, depuis plusieurs mois, les joueuses du Stade de Reims portent haut les couleurs du club. En deux ans Amandine Miquel, ancienne footballeuse de haut niveau et coach de l'équipe, a su insuffler une nouvelle dynamique à une équipe de D2 qui se trouvait aux portes de la relégation.

Chloé Piere, une des joueuses, souligne : "Elle ne nous met pas la pression. Quand on a des matchs sérieux, on le sait, elle n'a pas besoin de nous le dire. Elle est dans la rigolade, ce qui fait qu'on est plus posées. Après, on n'a plus qu'à faire notre travail sur le terrain."

Un travail qu'elles font plutôt bien. En 14 journées, les Rémoises comptent 12 victoires et 2 matchs nuls. Des résultats révélateurs d'un collectif plus solidaire et plus fort, notamment avec l'arrivée de jeunes qui évoluent en Equipe de France espoir, et d'internationales venues du Costa Rica, des Etats-Unis ou encore d'Ukraine. Une équipe qu'Amandine Miquel qualifie de "très ambitieuse" et "très compétitrice".

Changement marquant : la mise en place de séances de musculations plus structurées. L'objectif est de prévenir les blessures et résister aux impacts lors des duels.

Seulement, ajouter des séances sans perdre de temps d'entrainement sur le terrain peut s'avérer compliqué. En effet, parmi les étudiantes, agents hospitaliers, assistantes d'éducation… l'effectif ne compte aucune joueuse professionnelle.

Seules quelques- unes sont rémunérées via un contrat fédéral. D'autres, ont fait le choix d'être éducatrices au sein de l'école de football du club. Parmi elles, Gwenaëlle dit apprécier "le fait d'être au contact de jeunes, de transmettre mon expérience et de leur transmettre les bases".

Une passion qui jamais ne les quitte et les pousse à tout donner à chaque entrainement. Un état d'esprit qui a agréablement surpris Jean-Pierre Bertolino, habitué à coacher des hommes. : "Il n'y a pas besoin d'aller les chercher, elles sont toujours là, présentes, attentives."

Prochain objectif, qu'elles touchent du bout des doigts : monter en 1ère division.

Nous sommes alllés à leur rencontre ...

 

Sur le même sujet

Charleville-Mézières : l'Institut international de la marionnette en difficultés financières

Les + Lus