Vitry-le-François pourrait attaquer Total en justice pour lutter contre le réchauffement climatique

Publié le Mis à jour le
Écrit par Céline Lang

Vitry-le-François, comme 13 autres collectivités françaises, s'attaque à Total pour lutter contre le réchauffement climatique. Déçue du plan d'action présenté par le géant pétrolier comme le prévoit la loi, la commune marnaise lui demande plus d'ambition, sous peine d'attaquer le groupe en justice. 

Insuffisantes. C'est ainsi que sont jugées, par 14 collectivités françaises, les mesures de Total pour lutter contre le réchauffement climatique. Soutenues par des associations environnementales, elles ont décidé de pousser le géant pétrolier à faire mieux, sous peine d'aller en justice. Parmi ces David s'attaquant à Goliath, il y a la commune de Vitry-le-François. Pour elle, comme pour les autres collectivités, le groupe Total ne va pas assez loin dans son plan d'action environnementale.

Il s'agit pourtant d'une obligation légale. Depuis 2017 en effet, la loi française demande aux groupes industriels de plus de 5.000 salariés d'établir un "plan de vigilance" pour lutter contre le réchauffement climatique. Total a présenté le sien en mars 2019. Insuffisant, donc, pour les 14 collectivités qui jugent qu'il ne permettra pas de respecter les Accords de Paris, soit une limitation à 2°C de la hausse des températures au niveau mondial. 

Sans efforts supplémentaires de la part du groupe français, les 14 collectivités se disent donc prêtes à aller en justice, comme l'ont déjà fait, par exemple, des associations de défense de l'environnement à l'encontre de l'Etat.

Les efforts que doivent fournir les industriels sont inscrits dans la loi française, mais cela n'a jamais été jugé. L'idée, ce n'est pas d'aller contre Total mais de travailler avec le groupe pétrolier afin qu'il prenne conscience de l'importance des risques réglementaires, juridiques et financiers qu'il prend s'il ne respecte pas ses obligations.
- Jean-Pierre Bouquet, maire PS de Vitry-le-François et président délégué de l'association des éco-maires -

Vitry-le-François, l'écologie en étendard

La présence de Vitry-le-François dans la liste des collectivités engagées dans cette démarche est loin d'être un hasard. La commune marnaise prend depuis plusieurs années le virage de la transition énergétique, considérant qu'il existe là un moyen de faire revivre ce territoire qui a beaucoup souffert de la désindustrialisation. Lorsque l'industrie s'est retirée, en effet, le constat a été alarmant tant les infrastructures laissées sur place et leur réhabilitation ont été gourmandes en énergie. De quoi faciliter une prise de conscience politique et tenter de développer une logique d'"écologie industrielle". L'idée est de rendre les process industriels plus vertueux et le secteur moins consommateur d'énergies fossiles. 

Prendre ce virage environnemental nous permet d'entrer dans une logique d'économie verte, de créer de nouvelles activités, de se diriger vers une nouvelle spécialité économique et donc de créer des emplois dans le bassin de vie. Cela nous permet enfin de former nos jeunes aux métiers de la transition énergétique. 
- Jean-Pierre Bouquet, maire PS de Vitry-le-François et président délégué des éco-maires -

La construction d'éco-quartiers ou l'installation de chaufferies bio-masse d'envergure sont aussi quelques-uns des exemples concrets des moyens mis en place pour lutter contre le réchauffement climatique à Vitry. La ville est aussi depuis peu labélisée Territoire hydrogène, une énergie développée sur place et considérée comme plus propre que les énergies fossiles. 
 

Plan de déploiement de l'hydrogène pour la transition énergétique


L'engagement de Vitry-le François dans cette action à l'encontre de Total entre donc en cohérence avec le projet de territoire porté par l'agglomération. Si d'ici le 19 septembre 2019, les efforts du géant pétrolier sont toujours jugés insuffisants, les 14 collectivités iront en justice afin de mettre le groupe français face à ses responsabilités environnementales. 
La réponse de Total
Pour sa part, si le groupe Total n'a pris aucun engagement concret pour améliorer son plan de vigilance, son PDG a tout de même précisé dans un communiqué cité par nos confrères de l'AFP qu'il était "ouvert au dialogue". Une première réunion a d'ailleurs déjà eu lieu avec l'association des éco-maires à laquelle a participé le maire PS de Vitry-le-François. 

Le groupe pétrolier se dit aussi prêt à "engager des initiatives concrètes avec les collectivités locales qui le souhaitent" tout en rappelant que l'entreprise française est déjà dans une démarche pour développer la production de gaz naturel et de l'électricité bas carbone, "de façon à contribuer positivement à la mise en œuvre de l'Accord de Paris".