• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Menaces sur les récoltes de mirabelles après la vague de froid du week-end dernier

A Hoéville, une fleur sur cinq à peu près étaient gelées ce lundi matin.
A Hoéville, une fleur sur cinq à peu près étaient gelées ce lundi matin.

Le froid prolongé dans la nuit de samedi 13 à dimanche 14 avril a gelé les fleurs des mirabelliers laissant présager une perte de 10 à 15% dans les récoltes selon Luc Barbier, président de la FDSEA Meurthe-et-Moselle.

Par Mayeul Aldebert

Le thermomètre est descendu jusqu’à -4°C pendant huit heures dans la nuit du samedi 13 au dimanche 14 avril 2019. De 10 à 15% des récoltes en moyenne pourrait être perdues à la suite de cette épisode de froid selon Luc Barbier, président de la FDSEA Meurthe-et-Moselle.

C'est à Hoéville ce lundi matin qu'étaient constatés les dégâts sur les fleurs jaunies des mirabelliers. On parle ici de gelée blanche. Plus fréquemment au printemps ou en automne, elle provient de la vapeur d’eau dans l’air qui subit une condensation solide : elle passe directement de la phase gazeuse à la phase solide. Elle prend la forme d’un dépôt de glace.

En fonction de l’exposition et de la situation des vergers, les dégâts varient. Les pertes pourraient atteindre 80% des récoltes dans les vergers situés en fonds de vallée par exemple.

Il y a des endroits dans des fonds, [...] où l'impact peut être très sévère avec des vergers touchés de 70 à 80%

Luc Barbier

Le phénomène de gel tardif ne touche pas seulement la Lorraine ni les mirabelles puisqu’en Bourgogne, certains viticulteurs ont allumé des feux dans des braseros pour gagner quelques degrés dans leurs vignes. Des images impressionnantes attestent de cette lutte engagée contre le phénomène du gel d’avril qui concerne de plus en plus de régions.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Interview du doyen de la faculté des sciences de Nancy

Les + Lus