Crise énergétique : ces particuliers passionnés qui s'adaptent et qui ne renoncent pas aux illuminations de Noël

Publié le

Chaque année, plusieurs maisons lorraines se parent de milliers d'ampoules et de guirlandes pour faire rêver petits et grands. Avec la hausse des prix de l'énergie, ces illuminations brilleront (un peu) moins cet hiver en Meurthe-et-Moselle. Mais elles ne disparaitront pas.

Face à la hausse des prix de l’énergie et au risque de coupures d’électricité, les passionnés d’illuminations de Noël en Meurthe-et-Moselle réduisent la voilure. Ils adaptent leur consommation pour continuer de faire briller le ciel lorrain coûte que coûte.

À 3.000 kilomètres de la Laponie, au 44b rue de Verdun à Lantéfontaine (Meurthe-et-Moselle), les illuminations de la maison de la famille Przybylski attirent chaque année jusqu’à 20.000 personnes personnes. Cette tradition de Noël, qui réchauffe le cœur des visiteurs depuis bientôt 25 ans, revient cette année sous le signe des économies d'énergie.

Les mordus de fêtes de fin d’année ont revu leurs ambitions à la baisse et réduit drastiquement leur consommation électrique. "Nous avons failli tout annuler car nous ne souhaitons pas consommer trop d’électricité par rapport aux autres habitants, on ne veut pas créer de polémique dans ce contexte de crise énergétique“, explique Mathieu Przybylski, 31 ans. 

On veut avant tout faire rêver les gens mais on a drastiquement revu notre organisation et on est passé de 70.000 à 50.000 LED

Mathieu Przybylski, Maison illuminée de Lantéfontaine (Meurthe-et-Moselle)

Pour maintenir la coutume, la famille a finalement décidé de faire plus “sobre” cette année. “On veut avant tout faire rêver les gens mais on a drastiquement revu notre organisation et on est passé de 70.000 à 50.000 LED. D’habitude, on allume tous les soirs entre 17 et 21 heures mais cette année on a réduit au samedi et dimanche uniquement, de 17h45 à 19h45”, argumente le trentenaire. 

Au programme, jusqu’au 31 décembre inclus, six week-ends aux couleurs de la plus célèbre des écoles de sorcellerie, Poudlard, et un spectacle de sons et lumières en hommage à Harry Potter.

“Un Noël sans guirlandes, c'est morose”

Côté factures, la famille Przybylski fera même des économies par rapport à l’an dernier. Le coût global des illuminations sur le mois de décembre passera d’une trentaine d’euros en 2021 à moins de dix euros cette fois-ci.

“Le tarif n’est pas vraiment le problème, notre objectif est surtout de faire des économies d’énergie. En tout, ça va nous coûter seulement entre 7 et 10 euros d'électricité sur tout le mois de décembre car les LED ça consomme peu”, insiste Mathieu Przybylski.

Mes 10 kilomètres de guirlandes de LED illuminées chaque soir, c’est comme allumer un four pendant une heure en termes de consommation électrique

Jérémie Pellenz, Monde féérique de Noël de Pont-à-Mousson (Meurthe-et-Moselle)

Même son de cloche du côté des fous de Noël mussipontains. Voilà 18 ans que Jérémie Pellenz décore la maison de ses parents pour la période des fêtes, chemin de la Corderie à Pont-à-Mousson (Meurthe-et-Moselle).

“Un Noël sans guirlandes, c'est morose. Les fêtes doivent rester féériques, même si je vais essayer d’éteindre une demi-heure plus tôt chaque jour, c’est toujours ça de gagné. Mes 10km de guirlandes de LED illuminées chaque soir, c’est comme allumer un four pendant une heure en termes de consommation électrique. C’est un choix, on fera moins de gâteaux!” ironise Jérémie.

Au menu pour l’édition 2022, 10 kilomètres de guirlandes lumineuses tous les jours de 17h à 20h30 jusqu’au 8 janvier, des décorations sur le thème des poissons, des crêpes, du vin chaud et des distributions de bonbons.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité