Académie Goncourt : l’écrivain lorrain Philippe Claudel élu président, "au service des auteurs et des livres"

À 62 ans, Philippe Claudel prend la tête de l'Académie Goncourt. Cet auteur lorrain, traduit dans le monde entier, vient d’être nommé président de la prestigieuse institution.

Lundi 13 mai 2024 au soir, Philippe Claudel est devenu le nouveau président de l’Académie Goncourt. L'écrivain originaire de Dombasle-sur-Meurthe (Meurthe-et-Moselle) succède à Didier Decoin, après avoir récolté cinq voix contre quatre pour un autre membre de l'Académie, Pierre Assouline.

"Je suis honoré et heureux que la Lorraine accède à cette présidence. Les frères Goncourt étaient originaires de Nancy, Hervé Bazin a vécu dans les Vosges, François Nourissier avait des racines meusiennes. C’est une continuité qui me ravit", se réjouit l’écrivain traduit dans le monde entier, aussi cinéaste et dramaturge.

Depuis sa nomination, Philippe Claudel croule sous les demandes d'interviews. Nous avons pu le joindre par téléphone, pendant son trajet vers Quincié-en-Beaujolais (Rhône) pour assister jeudi 14 mai 2024 aux obsèques de Bernard Pivot, auteur et journaliste décédé le 6 mai à l'âge de 89 ans.

"Bernard Pivot était cher à mon cœur, c’était une belle personne. Lui aussi a présidé l'Académie Goncourt de 2013 à 2019. Cette concordance de temps m’émeut, il y a une forme de tendresse et de passation de pouvoir. S’il nous voit, de là où il est, j’espère qu’il est heureux", se livre l’auteur.

Un mandat "démocrate et serein"

Né en 1962, cet ancien professeur est l’auteur d'une quarantaine de livres, parmi lesquels Les Âmes grises ou Le Rapport de Brodeck. Jusque-là secrétaire général de l'Académie Goncourt, Philippe Claudel mesure le prestige d’une nomination à la tête de cette institution.

"Je suis conscient de cette charge. Je vais tâcher de l’honorer avec modestie et rigueur, en consacrant le plus de temps possible aux autres. La vie est un trajet sinueux et plein de surprises, à la fois bonnes et mauvaises. Le fait d’écrire était déjà magique pour moi et celui d’avoir intégré l'Académie, un honneur", confie avec simplicité l’écrivain.

Je veux faire en sorte de rendre le prix Goncourt le plus clair et indiscutable possible, après des années parfois mouvementées

Philippe Claudel, auteur et président de l'Académie Goncourt

La présidence de Philippe Claudel doit durer cinq ans. L’auteur imagine un mandat "démocrate et serein". S’il compte s'inscrire dans la continuité de ses prédécesseurs, l’homme de lettres veut aussi œuvrer pour l’honnêteté et la moralisation de l’Académie Goncourt.

"Je veux faire en sorte de rendre le prix Goncourt le plus clair et indiscutable possible, après des années parfois mouvementées. Je ne suis pas motivé par l’ambition, les médailles ne me fascinent pas. Ce qui me porte, c’est d’être au service des auteurs et des livres", insiste l’écrivain lorrain.

Le nouveau président de l’Académie Goncourt a d'ores et déjà fait savoir qu’il n'effectuera pas plus de cinq ans à son poste. "Au terme de mon mandat, cela fera dix-sept ans passés au service de l’Académie Goncourt. Je quitterai alors l’Académie Goncourt pour me consacrer à ma famille et mener à bien d’autres projets", conclut humblement Philippe Claudel.