Baccalauréat : c’est parti pour les épreuves inédites de spécialité, " il aurait été sans doute plus logique de faire toutes les épreuves en juin"

Publié le

Pour la première fois, les candidats au baccalauréat vont passer, du 11 au 13 mai 2022, les épreuves écrites de leurs deux spécialités. Reportées de mars à mai en raison du Covid-19, elles ne sont pas prises en compte dans Parcoursup. Un calendrier pas toujours facile à gérer pour les élèves et les professeurs.

C'est la toute première fois que ces épreuves de spécialité sont organisées. Les lycéens de terminale vont passer les épreuves écrites de leurs deux matières majeures, choisies en début d’année scolaire, entre le mercredi 11 et le vendredi 13 mai 2022. Prévues d’abord en mars, elles ont été décalées de deux mois pour cause de pandémie. Ces changements de calendrier inquiètent et impactent la motivation de certains élèves.

Retour à la normale… ou presque

Antoine, 17 ans, est élève en terminale technologique STI2D au lycée Henri Loritz à Nancy (Meurthe-et-Moselle). Dans moins de 24 heures, il va passer ses deux épreuves de spécialité, de quatre heures chacune, une des nouveautés de la réforme du bac. “C’est assez intense car on a eu cours jusqu’à deux jours avant les épreuves de spécialité et les épreuves ont lieu en plein milieu de l’année scolaire”, explique le jeune homme.

C’était nécessaire de repousser ces épreuves, mais ça chamboule un peu tout et on navigue à vue

Antoine, 17 ans, élève en terminale technologique STI2D au lycée Henri Loritz à Nancy

L'an passé, alors que le nouveau baccalauréat né de la réforme de Jean-Michel Blanquer devait entrer en vigueur, elles avaient été annulées pour cause de pandémie. 2022 se veut synonyme de retour à la normalité pour le bac, à quelques points près. Les épreuves de spécialité ont été reportées de deux mois, de mars à mai. “Au mois de mars, ça aurait été compliqué car on était dans une vraie galère avec le retard accumulé avec la pandémie. C’était nécessaire de repousser ces épreuves, mais ça chamboule un peu tout et on navigue à vue”, constate Antoine, lycéen en classe de terminale.

Les lycées deviennent des salles d’examen en plein mois de mai, cela provoque une désorganisation des établissements et on rogne sur le temps sur le temps de cours imparti

Thierry, professeur d’histoire-géographie en lycée

Ces changements inquiètent aussi certains professeurs. “Je trouve que cette réforme du baccalauréat rend le lycée très stressant, on travaille dans l’urgence et les épreuves ont lieu trop tôt. Les lycées deviennent des salles d’examen en plein mois de mai, cela provoque une désorganisation des établissements et on rogne sur le temps sur le temps de cours imparti”, déplore Thierry, professeur d’histoire-géographie en lycée.

Quid des notes ?

Depuis la réforme de 2019, la note du baccalauréat est basée à 40% sur du contrôle continu et à 60% sur des épreuves terminales. Le français d’abord, que les lycéens passent en classe de première, puis la philosophie, les épreuves de spécialité et le grand oral, que les élèves passent en terminale. Ces épreuves de spécialité représentent un fort coefficient dans la note finale du baccalauréat (coefficient 8). “Je vise une mention très bien, pour faire mieux que mon père qui avait eu mention bien au bac, mais je n’y crois pas des masses non plus”, s’amuse Antoine.

Le fait que les épreuves anticipées ne comptent pas dans Parcoursup, tout comme les notes du troisième trimestre, c’est vraiment dommage

Antoine, 17 ans, élève en terminale technologique STI2D au lycée Henri Loritz à Nancy

Autre source d’incompréhension, les notes des épreuves anticipées, qui ne seront pas connues avant le mois de juillet, c'est-à-dire en même temps que les résultats des autres épreuves et qui ne seront donc pas prises en compte dans la plateforme Parcoursup. “Je postule à des BTS en alternance, pour devenir technico-commercial. Le fait que les épreuves anticipées ne comptent pas dans Parcoursup, tout comme les notes du troisième trimestre, c’est vraiment dommage”, ajoute Antoine, qui révise pour ses deux épreuves de mathématiques physique-chimie et de système d’information et numérique (SIN).

Les élèves et les professeurs étaient plutôt favorables au report des épreuves anticipées avec le contexte sanitaire mais il aurait été sans doute plus logique de faire toutes les épreuves en même temps en juin

Thierry, professeur d’histoire-géographie en lycée

L’organisation des épreuves de spécialité et la réforme du baccalauréat fait grincer des dents certains. “On a assez peu d’explications, c’est très directif et vertical. Les élèves et les professeurs étaient plutôt favorables au report des épreuves anticipées avec le contexte sanitaire mais il aurait été sans doute plus logique de faire toutes les épreuves en même temps en juin”, estime Thierry, professeur d’histoire-géographie.

Prochaine étape pour les élèves de terminale, l’épreuve de philosophie le 15 juin. Les résultats du baccalauréat 2022 sont attendus pour le 5 juillet.