Le confinement vu par le dessinateur Rémi Malingrëy : "je vis au jour le jour"

Toute cette semaine nous vous proposons "réflexions de confinés", avec des écrivains, des dessinateurs, des artistes. Rémi Malingrëy est un auteur de bande dessinée et dessinateur de presse. A Nancy, il vit sereinement son confinement lié à l'épidémie du Covid-19. 

Marque-page version covid19
Marque-page version covid19 © Remi Malingrëy pour France Télévisions (ne pas reproduire)
Rémi Malingrëy est né à Commercy (Meuse). Il vit et travaille à Nancy. Ses dessins sont régulièrement publiés dans le Nouvel Observateur, Libération, Okapi, Le Monde ou Science et Vie Junior. C'est ce mardi 24 mars 2020, jour de la disparition du père d’Astérix, Uderzo, que nous nous sommes donné rendez-vous. Par téléphone, confinement oblige.

"Uderzo, c'est toute mon enfance. Rarement un dessinateur aura autant marqué ma génération. L'album de mon enfance restera Astérix gladiateur.Puis la discussion arrive très vite sur l'épidémie. Le Covid-19"Moi je fais ce que l'on me dit. Il faut rester à la maison, je reste chez moi, dit Rémi Malingrëy. Je suis comme un enfant qui écoute ses parents".


Le covid-19 nous impose le confinement

Et depuis dix jours Rémi vit le confinement avec une grande sérénité. "J'ai compris qu'en ce moment il vaut mieux se mettre en mode doux".

J'ai une grande confiance en la vie.
- Rémi Malingrëy

Entre deux pages de son livre du moment, au titre prémonitoire, C'est ainsi que les hommes vivent de Pierre Pélot, Rémi nous livre sa réflexion sur le confinement. "Sincèrement je vais bien. Psychologiquement et physiquement. Il faut faire confiance aux médecins, aux infirmières. Ils et elles sont là."

Il faut être patient. Je vis au jour le jour.
-Rémi Malingrëy  


Rémi est marié et père de quatre enfants. "Même si en ce moment on ne se voit pas, avec les enfants rien n'est jamais rompu. Je ne me fais pas de mouron pour moi, pour ma femme, pour mes enfants. Le lien est là avec eux. Indéfectible. Ils sont là". Son fils François est à Paris. Quentin est à Bruxelles. Eux aussi confinés. "Et puis il y a Skype". 

Et même s'il essaye toujours de vivre au présent, Rémi Malingrëy veut penser à l’après-crise. "Je pense qu'après tout cette crise, il y aura des changements, pour le meilleur et pour le pire. On verra bien, mais économiquement tout va changer. Nous devrons repenser notre rapport au travail." 
Rémi Malingrëy par Yann Lindingre. Réalisation : Quentin Malingrëy ©Quentin Malingrëy

Ce mardi soir, par Skype, vers 18 heures, Rémi Malingrëy a prévu un apéro avec ses potes. "C'est drôle mais c'est comme ça". Le dessin d'illustration de cet article est de Rémi Malingrëy, pour France 3 Lorraine. Il est non libre de droit. 

Les conseils “culture”  de Rémi Malingrëy pour mieux vivre le confinement :
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société culture