Consommation : nos produits électroniques neufs sont-ils facilement réparables ? #OnVousRépond

Grace à l’indice de réparabilité, il est désormais possible de savoir si votre télé, ordinateur ou téléphone portable neufs sont faciles à réparer en cas de panne. Cette note sur 10, désormais obligatoire en ce mois d’avril 2022 dans nos rayons, nous aide à faire un choix.

Quelle est la durabilité de nos produits électroniques ? Pour répondre à cette question une nouvelle étiquette est apparue au rayon multimédia électroménager dans les enseignes.

A côté du prix, il est désormais possible de voir l’indice de réparabilité du produit. C’est une note sur 10, fournie par les fabricants, qui affiche la possibilité de faire dépanner un produit électronique. Cet indice est obligatoire pour un certain nombre de produits (lave-linge à hublot, smartphone, ordinateur portable, téléviseur, tondeuse à gazon électrique) depuis le 1er janvier 2021, comme l’indique le site du ministère.

Un dispositif de la loi anti-gaspillage 

Le but : dépanner plutôt que jeter, car nos poubelles aujourd’hui débordent d’appareils parfois étonnamment récents. Il suffit de faire un tour à la déchetterie municipale de Vandœuvre-lès-Nancy.

Petit électroménager, micro-ondes ou ordinateur portable, ce sont des appareils qui parfois nécessitent juste quelques réparations basiques, comme nous l’explique Daniel Fleischhauer, référent technique à la Métropole du Grand Nancy. 

"Les gens jettent trop facilement ! Sur cette micro-onde par exemple, il suffit de dévisser la plaque dedans et la nettoyer, car c’est à cause des graisses que ça peut faire des étincelles. Mais là, vous voyez, elle est mise à la poubelle sans chercher plus loin. Pour cet ordinateur qui a même son chargeur, c’est parfois juste un changement de batterie qui coûte moins de 30 €."

Inciter à moins jeter, c’est l’objectif de l’indice de réparabilité mis en place par la loi anti-gaspillage en janvier 2021.

Il est calculé selon plusieurs critères : la durée de disponibilité de la documentation technique, la facilité de démontage et les outils nécessaires, la durée de disponibilité des pièces détachées, le prix des pièces détachées.

C’est le fabricant lui-même qui doit calculer l’indice de réparabilité du produit vendu. Pour faciliter le choix, un code couleur, allant du rouge vif pour les produits non réparables au vert foncé pour les produits facilement réparables, est appliqué avec la note.

Lutter contre l’obsolescence programmée

Dorénavant, il est plus facile d’envisager de réparer un produit par soi-même ou de le faire faire par un professionnel ou par des bénévoles. Comme les bricoleurs des seize permanences "Repair Café" dans l’agglomération de Nancy.

En 2019, ils ont réussi à remettre en circulation trois tonnes de produits électroniques destinés à la déchetterie. Dans 60 % des cas, les produits sont réparables, selon les bénévoles. 

"Vous voyez ce balai-vapeur a été restauré en quelques minutes, il y avait juste un tuyau bouché. Ce n’est pas la peine de le jeter", nous explique Jean-Marie Chrétiens depann’acteur bénévole depuis un an, au Repair Café de Villers-lès-Nancy. 

Mais une partie des appareils est difficile à démonter, car certains éléments sont collés ou moulés. L’indice de réparabilité devrait permettre de combattre ce type d’attitude de la part des fabricants et ainsi lutter contre l’obsolescence programmée.

"Il faut savoir que sur les produits électriques et électronique, dès qu’on a dépassé le délai de garantie, seulement 10 % des produits sont réparés. On voit bien que 90 % des produits hors garantie finissent dans les bennes et ça c’est intolérable, d’abord pour le consommateur qui perd beaucoup en pouvoir d’achat mais aussi pour l’environnement ", précise Laëtitia Levasseur, déléguée générale de l’association Halte à l’obsolescence programmée (Hop).  

L’indice de réparabilité devrait bientôt inclure de nouveaux produits électroniques ou électroménager, avec une notation plus précise, qui mettra en avant les produits les plus robustes et les plus fiables. Car si chaque foyer français allongeait de trois ans l’utilisation de ses équipements, on estime que 15 millions de tonnes de CO2 pourraient être évitées.  

Pour l’instant, la France est le seul pays au monde à avoir instauré un indice de réparabilité pour aider les consommateurs à faire des choix écoresponsables. L’Europe pourrait bientôt l’appliquer aux fabricants de tablette et de téléphones portables.