Coronavirus : les premiers masques désormais disponibles dans les hypermarchés

Le grand public les attendait de pied ferme et ce lundi 4 mai les masques commencent à faire leur apparition dans les hypermarchés. Exemple dans l'agglomération du Grand Nancy où leur distribution se fait au compte-goutte, avec un protocole globalement strict, pour éviter les débordements.

La vente de masque a commencé dans les supermarchés en France.
La vente de masque a commencé dans les supermarchés en France. © MaxPPP. Jean-François FREY
Pour tous ceux qui n'ont aucun goût pour la couture et qui se méfient du système D pour se créer un écran anti-postillons, ils sont attendus comme le graal.
Après de longues semaines de pénurie pour les soignants et une absence totale de ces protections pour le grand public les masques arrivent enfin sur le marché.
Pour en trouver il faut néanmoins s'armer de patience. Après avoir contacté plusieurs hypermarchés de l'agglomération nancéienne, nous en trouvons d'abord au magasin Cora d'Houdemont disponibles à la vente depuis 11h ce lundi 4 mai 2020,  le premier jour d'autorisation pour la grande distribution.

Une distribution encadrée

Pour les récupérer il faut se rendre à l'accueil et montrer patte blanche : carte d'identité et livret de famille pour ceux qui ont des enfants. En fonction de la composition familiale, le client obtient le nombre de lots correspondants. Exemple si vous êtes quatre, vous aurez droit à quatre lots de dix masques. Tous les lots sont composés de dix masques à usage unique vendus 6,50 euros, soit 65 centimes par masques. Le seuil maximal a été fixé par la Direction Générale de la Concurrence et de la Répression des Fraudes à 95 centimes par masque vendu.
Une fois la demande faite, le client obtient un coupon avec lequel il peut retirer ses lots, uniquement à l'accueil, le paiement se fait ensuite en caisse normalement.
Les masques ne sont absolument pas en libre accès dans le magasin pour éviter la folie des achats de pâtes et de papier toilette du début du confinement.
Quand nous avons appelé il y a avait déjà la queue à l'accueil avec une bande au sol pour baliser l'espace et permettre le respect de la distanciation sociale.

Nous n'avons pas pu connaître la quantité des masques disponibles à la vente mais il semble qu'ils soient très limités et probablement rapidement en rupture de stock. Ces masques ne seraient arrivés en magasin que samedi et non pas depuis des semaines comme c'est le cas dans certaines enseignes de la grande distribution, ce qui avait provoqué la colère des professionnels de santé. Ils avaient rédigé un communiqué commun le 30 avril dernier pour dire toute leur indignation et leur colère alors  qu'ils sont en première ligne face au Covid-19 et qu'ils sont rationnés en masques depuis des semaines.

Fidélité récompensée

D'autres enseignes de la grande distribution avaient annoncé un nombre de masques en stock exorbitant, comme Carrefour avec 225 millions de masques en vente dès le 4 mai et 170 millions pour le groupe Leclerc.

Du côté d'Intermarché c'est le chiffre de 90 millions qui a été avancé. A Ludres depuis ce lundi matin, les clients se pressent pour récupérer leur lot de masques. L'enseigne a choisi de miser sur la fidélité. Ce week-end les porteurs de carte de tous les magasins au logo de mousquetaire ont ainsi reçu un mail avec un bon de réservation à imprimer si besoin. Chaque client fidèle pouvant ensuite retirer une boîte de cinquante masques au prix de 29,54 euros. Là aussi, le stock de masques semblait insuffisant pour durer plusieurs jours.
Politique radicalement différente chez Monoprix. Dans ses magasins, les masques sont accessibles en caisse ou en magasin en libre accès. C'est le cas dans celui d'un centre commercial du centre-ville de Nancy. A 15h, il n'y avait déjà plus aucun masque à la vente, là encore impossible d'obtenir des chiffres sur le nombre de masques prévu initialement. Ces masques étaient réutilisables et vendus 6 euros les deux. D'autres masques lavables et jetables devraient être de nouveau en vente à partir de demain dans ce magasin.


 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société consommation économie
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter