Covid-19. Les conséquences du dépassement du seuil d'alerte en Meurthe-et-Moselle

Le département pourrait passer en zone active de circulation ("zone rouge") du coronavirus ce dimanche 20 septembre au soir. Le préfet aurait à sa disposition un arsenal de mesures supplémentaires pour ralentir la progression épidémique, notamment la limitation des événements publics ou privés.

Avec plus de 50 nouveaux cas de Covid-19 pour 100.000 habitants, la Meurthe-et-Moselle a dépassé le seuil d'alerte.
Avec plus de 50 nouveaux cas de Covid-19 pour 100.000 habitants, la Meurthe-et-Moselle a dépassé le seuil d'alerte. © Valérie Odile. FTV
Dès dimanche 20 septembre 2020 au soir, la Meurthe-et-Moselle pourrait passer en Zone de circulation active (ZCA) du coronavirus. C'est ce qu'a annoncé le préfet Arnaud Cochet mercredi 16 septembre sur France Bleu. La décision doit être prise par décret du Premier ministre.
C'est la conséquence d'une reprise épidémique, constatée dans le département. Mercredi, le nombre de nouveaux cas de Covid-19 recensés en une semaine pour 100.000 habitants a atteint 54,2. Il dépasse le seuil d'alerte fixé à 50.
Ce taux d'incidence augmente rapidement. Fin août, il était de 33 pour 100.000 habitants.

La Meurthe-et-Moselle rejoindrait alors les 40 autres départements classés en rouge. Le préfet aura la possibilité de prendre une série de mesures pour freiner la circulation du virus, plus ou moins contraignante pour la population.

Limitation des manifestations et événements

Les mesures prises par les services de l'Etat concerneront principalement les regroupements de personnes, publics ou privés. 
Le préfet insiste notamment sur la limitation prochaine des fêtes de mariages ou grands rassemblements familiaux. "Les clusters du département sont liés à ces rassemblements festifs ou familiaux. il convient de casser cette chaîne de contaminations", explique Arnaud Cochet. Dans un courrier adressé le 15 septembre, il recommande aux maires de louer avec parcimonie les salles des fêtes pour des manifestations privées. Les grands événements, type bal ou soirées dansantes, sont interdits.
Les grandes manifestations seront limitées ou annulées, comme c'est la cas par exemple pour la Saint-Nicolas à Nancy, qui se fera sans défilé cette année. Une décision "sage" pour le préfet : "Dans le contexte actuel, il n'aurait pas été raisonnable de réunir plusieurs dizaines de milliers de personnes pour le défilé".

Ni restriction des déplacements, ni reconfinement local

Avec le passage en zone rouge, le préfet pourra restreindre les déplacements. Mais ces mesures ne sont "pas du tout d'actualité", assure Arnaud Cochet. Un reconfinement local serait aujourd'hui "inutile". L'interdiction des déplacements à plus de 100km de son domicile, comme pendant le déconfinement, est également exclue pour l'instant. 

Pas de changements pour les cafés et restaurants

Contrairement aux mesures prises dans les Bouches-du-Rhône, les cafés et restaurants ne seront pas contraints à une fermeture plus tôt dans la soirée. Le préfet ne "veut pas pénaliser une profession déjà durement touchée" et préfère poursuivre les contrôles de respect des gestes barrières.

Situation dans le Grand Est

Au 17 septembre 2020, seul un département du Grand Est est décrété comme Zone de circulation active (ZCA) du virus : le Bas-Rhin, depuis le 6 septembre. Les 10 départements ont franchi le seuil de vigilance, établi à 10 nouveaux cas pour 100.000 habitants en une semaine.

En plus du Bas-Rhin, déjà déclaré en ZCA, et de la Meurthe-et-Moselle, deux autres départements ont dépassé le seuil d'alerte (50) : la Marne (60,8) et la Haute-Marne (58,5).
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société