Déconfinement : à Nancy pour l'instant, seul un restaurant sur deux ouvrira ses portes

Mardi 2 juin, les restaurants sont autorisés à rouvrir. Un énorme soulagement après plus de deux mois de fermeture imposée. Pourtant, tous ne pourront pas rouvrir dans un premier temps. Exemple à Nancy, la 2ème ville de France à compter le plus de restaurants par habitants avec 761 établissements.

Certains bars et restaurants vont attendre la troisième phase de déconfinement annoncée pour le 22 juin pour relancer leurs activités.
Certains bars et restaurants vont attendre la troisième phase de déconfinement annoncée pour le 22 juin pour relancer leurs activités. © Arnaud Journois/MAXPPP

Flâner enfin en terrasse, donner rendez-vous à ses amis au restaurant, sans avoir à se préoccuper de la confection des repas parfois synonyme de casse-tête. La réouverture des bars et des restaurants programmée ce mardi 2 juin 2020 est attendue avec impatience par tous ceux qui souhaitent retrouver une vie sociale. Et que dire des restaurateurs, ils respirent enfin depuis qu'ils sont fixés sur une date !

Ils espèrent reprendre rapidement leur activité malgré les contraintes sanitaires après deux mois de vaches maigres. 
Enfin... une partie des restaurateurs seulement car tous ne pourront pas rouvrir leurs portes pour l'instant.

50 % des restaurants resteront fermés à Nancy le 2 juin
- Thierry Vincent, président des restaurateurs de Meurthe-et-Moselle.

Pour certains établissements, impossible de respecter la distanciation sociale. C'est le cas chez Mamie Branchée, un bar-restaurant de Nancy où les clients se mélangent dans une ambiance festive lors de soirées dansantes.

" On est à la fois un restaurant, bar de nuit, discothèque, les gens viennent ici pour danser, ça n'est pas compatible avec l'obligation de rester assis du protocole sanitaire"! nous explique Michaël Viard alias Mike propriétaire de trois établissements concept à Nancy et Metz.

Et le cas Mamie Branché est loin d'être isolé. Plusieurs établissements de la rue des maréchaux et de la rue des ponts à Nancy afficheront portes closes le 2 juin. Les messages sur les réseaux sociaux se multiplient dans ce sens.

D'après Thierry Vincent, le président des restaurateurs de Meurthe-et-Moselle au sein de l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie, et patron de la crêperie La Bolée à Nancy, ils sont environ 50% à Nancy à ne pas rouvrir le 2 juin. Pourtant, environ 30% des restaurants pourraient faire faillite dans l'hexagone après le confinement. Une situation paradoxale : "L'annonce a été faite jeudi 28 mai à la veille d'un long week-end, certains ne sont tout simplement pas prêts à rouvrir car ils n'ont pas encore le matériel pour respecter le protocole sanitaire. Il y a aussi le problème de la matière première que les restaurateurs n'ont pas pu se procurer à temps, la plupart des établissements devraient néanmoins rouvrir le week-end prochain", nous explique Thierry Vincent qui accueillera quant à lui les clients dés le 2 juin.

"Pour certains petits restaurants, rouvrir ne sera pas forcément rentable, certains vont continuer la vente à emporter pendant un temps". Ils sont aujourd'hui une petite centaine à le faire, contre 27 avant le confinement, ces établissements se sont adaptés à la demande pour ne pas mettre la clé sous la porte.

Certains restaurants vont également attendre quelques jour pour voir si la clientèle est de retour. Pour ceux qui n'ont pas de terrasse et de petites surfaces, les calculs vont aller bon train en fonction du nombre de clients et de personnel pour évaluer la rentabilité d'une réouverture.

Le Brunch garçon de Mickaël Viard installé au Passage bleu ne pourra par exemple pas réouvrir. "C'est un petit espace de 30 m2 avec 30 places. Les gens mangent tout près des autres et le brunch, c'est un grand buffet, impossible dans ces conditions de rouvrir "!

Il faut ajouter à cela le coût supplémentaire du matériel sanitaire que le patron de la Bollée estime pour sa part à 300 euros par mois.
Le marquage au sol est désormais obligatoire dans les restaurants.
Le marquage au sol est désormais obligatoire dans les restaurants. © Arnauld Salvini
 

Des dérogations pour s'installer sur le domaine public 

Pour répondre au manque de place des restaurateurs, les établissements qui ont déjà l'autorisation d'avoir une terrasse ont obtenu un accord avec la mairie de Nancy pour s'installer sur le domaine public. L'emplacement sera offert jusque fin août et il passera à 50% jusqu'à fin décembre. Les terrasses seront donc plus présentes côté rue, ce sera également le cas place Stanislas où les terrasses vont s'étendre. Certaines rues seront fermées à la circulation comme en été. Ce sera le cas par exemple de la rue Gustave Simon en vieille ville mais en revanche impossible dans l'emblématique rue des Maréchaux, surnommée rue gourmande à cause du passage obligatoire des pompiers.

Le 22 juin en ligne de mire 

Les bars-restaurants attendent surtout la troisième phase de déconfinement annoncée pour le 22 juin. Le plus contraignant pour eux c'est l'obligation de rester assis pour consommer. Ces établissements attendent le feu vert pour que les clients puissent rester debout au bar et éviter de faire la police.

"En attendant, rouvrir pour moins de 90 couverts, sans personne sur la piste de danse, sans circulation libre et une perte assurée de 50% du chiffre d'affaire, pour nous ça ne vaut pas le coup", confirme Mickaël Viard, qui se désole de ne pouvoir faire vivre le deuxième Mamie branché ouvert à Metz il y a tout juste un an. "Beaucoup de gens disent que rien ne sera comme avant mais pour nous il le faudra sinon ça sera difficile".

 
Le protocole sanitaire dans les restaurants
Le port du masque sera obligatoire pour le personnel des restaurants ainsi que pour les clients à l'entrée de l'établissement et lorsqu'ils se déplaceront pour aller aux toilettes et pour payer l'addition, pas d'obligation à table. Le personnel de cuisine devra également porter une charlotte.
Une distance d'un mètre sera maintenue entre les tables et non pas quatre mètres comme cela avait été prévu initialement.
Cette distance pourra être raccourcie si des plexiglas sont installés.
Les tables de plus de dix convives sont interdites.
Les cartes en papier seront remplacées par des ardoises à regarder à distance ou un lien pour une page web, les menus plastifiés seront nettoyés après chaque usage.
Les buffets seront revus.
Une signalétique sera installée au sol.
Du gel hydroalcoolique sera distribué à l'entrée.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie déconfinement société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter