Droits des femmes et égalité : un festival réunit toutes les initiatives en Lorraine pendant une semaine

Après une première édition de "Toutes nos voix" en 2023, la journaliste Anne Gintzburger propose près de cinquante événements gratuits en Lorraine pour "mettre en lumière toutes celles et tous ceux qui oeuvrent pour les droits des femmes et interrogent leur place dans la société". Ce tour de force, Anne Gintzburger l'a puisé dans son travail de documentariste qui met en avant les combats des femmes depuis trente ans.

Elle a découvert la Lorraine à l'automne 1991. Alors journaliste à France 2, elle vient tourner un magazine pour Envoyé Spécial sur la lutte des sidérurgistes d'Uckange pour sauver leur usine à fonte. Elle n'en est jamais vraiment repartie, multipliant ensuite les documentaires, les rencontres et les amitiés : en 2018 elle diffuse "Du fil à retordre" sur le sort des ouvrières du textile, notamment vosgiennes. 

En 2023, c'est tout naturellement qu'elle se tourne vers la Lorraine pour y développer son nouveau projet : un festival pour les droits des femmes, fruit de ses rencontres sur toute la planète. Elle met les activités de sa boîte de production en sommeil pour quelque temps et se lance dans une organisation marathon : "c'était une idée un peu folle. Je réalise des films donc j'ai beaucoup travaillé sur le droit des femmes, et heureusement j'ai pu réunir en Lorraine une équipe de bénévoles pour m'aider à monter le festival".

Pour "celles qui n'ont pas de voix", Anne Gintzburger propose du 13 au 19 avril 2024 un programme varié, dans les quatre départements lorrains. La projection de films et de documentaires prend une bonne place, mais elle y mêle également de nombreux spectacles de danse, de slam, de théâtre.

"Je n'étais pas sûre que cette deuxième édition puisse exister, je suis ravie qu'on y soit tous arrivés" explique la journaliste lors de la conférence de presse au lycée Prouvé de Nancy mardi 9 avril 2024, devant un parterre d'élus et d'institutionnels. Sans égard pour le protocole, qu'elle avoue mal maîtriser, elle réaffirme sa conviction : "tout passe par l'éducation, c'est pour ça que les 2/3 du programme sont à destination des scolaires". Le programme complet est disponible ici.