En octobre 2023, 15 élèves ont inauguré la première section d'e-sport dans un Lycée de Nancy. Une formation gaming calquée sur le modèle des sections sport-études. Une première dans l'hexagone.

C'est un lycée qui accueille déjà plusieurs sections sportives. Football, volley, judo ou encore basket font partie des pratiques quotidiennes pour les élèves du bien nommé Lycée Pierre de Coubertin à Nancy (Meurthe-et-Moselle). Pour cette rentrée 2023-2024, l'établissement technologique et professionnel privé a franchi un cap. Il a mis en place, sur le modèle du sport études, une section e-sport, une grande première dans un lycée en France.

"C'est dans la logique des choses" avoue Alain Hénin, le directeur général du Lycée, "le e-sport vient en complément des autres sections sportives existantes. Pour rappel, Pierre de Coubertin est le lycée le plus sportif de l'Académie Nancy-Metz. Je crois même qu'il se situe parmi dans les deux ou trois premiers au niveau national. Le e-sport s'inscrit dans un projet pédagogique."

Une première promo de 15 élèves

Initié depuis trois ans, ce projet est désormais une réalité pour 15 élèves. Une salle de gaming avec postes de travail sans oublier les fauteuils adaptés et tout le matériel de gaming qui va avec, a été installée. "Ça fait plaisir d'avoir concrétiser" explique Julien Testart, chef de projet, "il y a pas mal d'excitation. Un engouement au niveau de l'équipe éducative, et même des jeunes. On le voit, ils sont contents d'être là."

Une formation e-sport, ce n'est pas que jouer

Julien Testart, chef de projet

Côté emploi du temps, deux à quatre heures de pratique chaque jour. Beaucoup d'entrainements mais aussi "des cours avec des encadrants spécifiques pour tout ce qui touche au milieu" précise Julien, "une formation e-sport, ce n'est pas que jouer. Il faut prendre en compte de nombreux autres aspects : le streaming, la gestion de communauté, la gestion des plannings d'entraînement... C'est une préparation complète tout au long de la saison." Dans le lycée, le e-sport reste pour l'instant une option en complément, que ces élèves de seconde ou de première mènent, en plus d'un diplôme type bac pro ou technologique.

Vivre du gaming, c'est le rêve avoué de nombreux lycéens. Comme Timéo, élève en première Systèmes numériques. "Il y a beaucoup d'intensité et de concentration nécessaires lors des cours. Pour moi, deux objectifs : les épreuves du bac et progresser dans le e-sport. La première étape, ce sera de participer aux championnats régionaux et pourquoi pas les les championnats de France."

L'eldorado du e-sport

Le e-sport, une pratique en pleine expansion en France et dans le monde entier. D'après le baromètre France Esports 2022 réalisé par Médiamétrie, six millions de Francais regardent des compétitions de jeux vidéo sans pratiquer l'esport eux-mêmes. 1,3 million de Français pratique l'esport sans regarder les compétitions. Et 3,5 millions de Français font les deux. En tout, le nombre de "fans" d'esport comme les appelle l'organisme France Esports s'élève donc à 10.800.000 en France. Un chiffre en constante augmentation depuis la création de ce baromètre il y a cinq ans.

Reconnu officiellement comme sport en 2017 par le CIO, l'e-sport, c'est-à-dire les compétitions de jeux vidéo, suscite depuis plusieurs années l'intérêt des instances olympiques. Le CIO a ainsi créé cette année à Singapour la première semaine olympique de l'e-sport, une compétition présentée comme un "premier pas" pour réunir la communauté des e-sports et la communauté sportive. L'instance se concentre pour l'instant sur les jeux de sport en réalité virtuelle ou de simulation, au détriment des jeux vidéos les plus populaires comme League of legends ou Counter-Strike.