Les arbres et les champignons ont créé le plus grand réseau au monde, ce chercheur explique pourquoi

Dans l’humus ou sous la terre, invisible à nos yeux, arbres, champignons et autres organismes des bois tissent des liens secrets. Ils sont dévoilés dans un livre, "La forêt hyperconnectée" (La Salamandre) écrit par un chercheur pionnier de sa discipline.

Le plus grand réseau au monde n’a pas été inventé par l’Homme, mais par la forêt et les champignons, il y a plusieurs millions d’années. Saviez-vous que quand vous vous promenez en forêt, sous chacun de vos pas se trouve tout un monde, un réseau de plusieurs kilomètres qui permet aux arbres d’interagir entre eux, mais aussi avec d'autres d’organismes ?

Francis Martin est directeur de recherche émérite à l’INRAe Grand Est. Référence internationale sur les mécanismes symbiotiques entre les champignons et les arbres, il est aussi un pionnier dans sa discipline. Il a récemment publié un ouvrage intitulé "la forêt hyperconnectée" aux éditions La salamandre. "Cela fait plus de 40 ans que je travaille sur la société des arbres et le peuple des champignons. "La forêt hyperconnectée" est un abécédaire, un passeport pour vous faire découvrir les 1000 secrets des forêts. Vous allez comprendre comment les arbres vivent, comment les arbres communiquent et comment ils interagissent avec le monde mystérieux des microbes et des champignons. Ils sont hyperconnectés."

A comme Arbre 

Si c’est tout naturellement que la première lettre de l’alphabet par laquelle s’ouvre cet abécédaire nous mène aux arbres, malicieusement Francis Martin prend aussi le chemin du conte. A comme Alice… Alice au pays des merveilles. Et c’est pour lui le moment de faire entrer sur la scène les champignons. "Une bonne partie du livre est consacrée à ce peuple souterrain. L'essentiel du monde des champignons est invisible à l’Homme. C'est un réseau de filaments qui s’insinue sous les feuilles, qui se déroule dans l'humus et le sol et qui connecte les arbres les uns aux autres."

Le bolet est un excellent exemple de ces champignons qui chaque automne se développe en forêt : "Les fins gourmets le connaissent parfaitement bien. Il a un délicieux petit parfum de noisette. Je ne connais rien de meilleur qu’un émincé de bolets avec un petit verre de Chardonnay. En réalité, le bolet que l’on ramasse est l'organe sexuel du champignon. C'est ce qui est utilisé par le réseau souterrain des champignons pour produire les spores qui vont disséminer le patrimoine génétique à travers la forêt." Vous ne regarderez plus jamais un bolet comme avant.

F comme Forêt 

Pour Francis Martin qui a fait le tour du monde des forêts, elle est un bien précieux qu’il faut comprendre. "Environ dix milliards d’arbres ont été dénombrés sur le territoire métropolitain. Une très large proportion peuple les forêts. Mais qu’est-ce qu’une forêt ? Pour un botaniste, une forêt est une formation où la végétation prédominante est constituée d’arbres et d’arbustes, présentant le plus souvent des étages multiples, du sous-bois à la canopée."

"L’écologue insistera sur la complexité de cette architecture stratifiée qui filtre la lumière, favorisant ainsi la multiplicité des habitats et, de ce fait, la biodiversité. Une multitude de niches, mais aussi des interactions complexes entre les arbres, les plantes des sous-bois, les plantes épiphytes, et un large cortège d’animaux et de microbes dépendant de la présence des arbres. La forêt ne peut donc pas être réduite à ses ligneux, mais doit être perçue comme un assemblage d’êtres vivants interdépendants."

M comme Mycélien

Même si à la lettre M ce n'est pas le mot retenu par Francis Martin, le réseau mycélien est présent partout dans son ouvrage. On découvre peu à peu ce réseau extraordinaire qui connecte les arbres aux champignons.

L'auteur écrit : " Les filaments, interconnectés et entremêlés, projettent leurs ramifications dans la moindre anfractuosité du sol, de l’humus et de la litière. Ils assurent un rôle essentiel d’exploration et d’absorption (jusqu’à 1000 m de mycélium par mètre de racine). La symbiose mycorhizienne n’est pas seulement formée de la petite racine de l’arbre prolongée par son immense réseau de filaments mycéliens. Au cours de leur partenariat immémorial, racine et champignon ont développé un organe chimérique très complexe." 

"La forêt hyperconnectée" est plus qu’un livre, c’est un passeport pour un monde invisible sous nos pieds. Ici ou à l’autre bout du monde, il vous invite à mettre vos pas dans les siens. "Quand vous entrerez dans une forêt, vous serez toujours époustouflé par la beauté des grands arbres. Mais il faut réaliser que plus de la moitié de la matière vivante dans cette forêt est sous vos pieds. Il faut absolument gratter le sol, écarter les feuilles mortes et là, vous découvrirez un monde incroyable avec des petits insectes, des petits crustacés, des champignons, des vers de terre qui construisent le sol sur lequel se tiennent les arbres et la forêt."

Vous découvrirez que les arbres qui vivent bien plus longtemps que les hommes sont connectés bien mieux que nous le sommes grâce au réseau mycélien. Ils n’ont pas attendu Internet pour créer des échanges et des coopérations harmonieuses.