Les stocks à des niveaux critiques, l’Etablissement français du sang tire la sonnette d'alarme

L’Établissement français du sang manque de donneurs. À l’approche des fêtes de fin d’année, le stock de niveau de sang est critique et la situation ne semble pas s’arranger. Vacances, conditions météorologiques ou épidémies saisonnières, autant de raisons qui entraînent une baisse de la fréquentation des lieux de don, notamment à Nancy, en Meurthe-et-Moselle.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Vous avez entre 18 et 70 ans révolus et vous pesez plus de 50 kilos ? Vous pouvez être éligible au don du sang. Chaque jour, 10 000 dons sont nécessaires pour répondre aux besoins de patients en attente de transfusion sanguine. Maladie génétique, cancer ou besoins vitaux ponctuels, des milliers de personnes sont concernées. Pourtant, les stocks sont au plus bas et les choses ne s’arrangent pas.

À un mois des fêtes de fin d’année, par manque de temps ou maladie, la fréquentation des lieux de don du sang est en baisse. Une situation préoccupante pour l’Établissement français du sang qui appelle l’ensemble de la population à donner son sang rapidement et à sensibiliser son entourage. Loubna Bracigliano, médecin au sein de l'établissement à Nancy, s'inquiète au micro de France 3 Lorraine du manque d’environ 20% de dons : “En général, nous avons besoin de 10 000 dons par jour. On est actuellement à peu près à 8 000 par jour. On a besoin de combler ces 20% de donneurs”.

L’établissement rappelle par ailleurs l’importance de donner son sang régulièrement. Les produits sanguins ont une durée de vie de 42 jours pour les globules rouges, sept jours pour les plaquettes et d’un à trois ans pour le plasma.