Lunéville : Rave party sauvage sur l'ancien site Trailor

Le rassemblement festif sur fond de (forte) sonorisation musicale électronique a débuté ce dimanche 31 décembre et devrait s'arrêter lundi dans l'après-midi. Il se déroule sur le site de l'ancienne usine à Moncel-lès-Luneville. 700 personnes sont déjà sur place, 3.000 jeunes sont attendus. 

© Lodoïs Gravel. France 3 Lorraine

Samedi 30 décembre 2017 en fin de soirée, quelques 300 individus ont forcé l'accès et pénétré sans autorisation sur le site industriel de l'ancienne usine Trailor à Moncel-lès-Lunéville. Les forces de l'ordre sont intervenues mais ont rapidement été débordées par le nombre.
Les organisateur de la Rave party clandestine ont installés leurs moyens de puissante sonorisation et lancé les décibels dès trois heures du matin, à l'assaut du réveil des riverains, un peu déboussolés par cette inhabituelle musique alternative.

3.000 raveurs attendus

Plusieurs milliers de jeunes qui ont pris la route dès samedi, de partout en France et en Europe : Belges, Hollandais, Nééerlandais ou encore Suisses et Italiens, sont arrivés au cours de la matinée.
D'ici ce soir il devraient être près de 3.000 à célébrer à leur façon la Saint-Sylvestre 2017, grâce à quatre murs de sons, destinés à répondre aux choix musicaux des participants.

Morgan Tanguy, le directeur de cabinet du préfet de Meurthe-et-Moselle, présent sur place, a précisé, depuis la cellule de sécurité installée en mairie de Moncel-lès-Lunéville, que :

Cette manifestation est illégale, elle ne durera pas trois jours (comme annoncée par les raveurs, NDLR) mais s'arrêtera ce lundi à 16h.

"D'ici là, nous mettons en place les moyens nécessaires pour permettre d'assurer la sécurité des participants."

Une difficulté inattendue pour les représentants de l'Etat qui mobilisent déjà beaucoup de monde pour cette soirée du réveillon. De nouveaux personnels de santé et des forces de l'ordres ont donc dû être appelés.

Pour les raveurs, le message est simple : vivre leur passion librement, en dérangeant le moins possible, d'où le choix de sites de rassemblement à l'écart des populations.

Un maire pas content

Le moins que l'on puisse dire c'est que le maire de Lunéville n'est pas ravi d'avoir été mis devant le fait accompli !

Jacques Lamblin l'explique sur sa page Facebook :

Des services de l'Etat mobilisés

Dans un communiqué envoyé en fin d'après-midi, la préfecture de la meurthe-et-Moselle annonce la "mise en place d'une cellule de coordination à Moncel-les-Lunéville" qui sera "activée à compter de 18h30, réunissant l’ensemble des forces de sécurité civile et intérieures et sera maintenue autant que nécessaire."

Des contrôles renforcés de Police et de Gendarmerie sont effectués sur le secteur depuis la mijournée et jusqu’au terme de l’événement.


 Localisation :

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
musique culture