Nancy : 5 questions à Albert Cartier, l'entraîneur de l'ASNL, "un vrai défi nous attend"

Publié le Mis à jour le
Écrit par Thierry Pernin

Après sa descente en national, l’AS Nancy-Lorraine a repris l’entraînement en forêt de Haye, ce lundi 4 juillet 2022. Relégué, le club ambitionne de retrouver au plus vite la ligue 2. La saison s'annonce disputée selon Albert Cartier, l'entraîneur du club. L'ASNL sera une des équipes à battre.

Les joueurs de l’ASNL ont repris l’entraînement ce lundi 4 juillet avec leur coach, Albert Cartier. La saison dernière, une relégation en National a sanctionné un fiasco sportif pour le club, qui joue désormais en troisième division. En 2022-2023, l’ASNL voyagera dans un monde qu’elle ne connaît pas du tout. Avec quelles craintes et quelles ambitions : les réponses d'Albert Cartier.

Comment s’est passée cette reprise ?

Qualité, intensité, sérieux et investissement. Des choses normales, mais bon, c’est une première et c’est tout à fait normal. Entre l’arrivée des nouveaux joueurs, la prise de contact, la petite introduction : on est resté focus sur la séance et on est très concentré. C’est bien. Il faut que l'on continue à mettre cette même envie et cette spontanéité dans ce qu’on fait.

Ce championnat, je dirais presque que c'est un groupe de la mort

Albert Cartier, entraîneur de l'ASNL

Qu’est-ce que vous leur avez dit, à vos joueurs, ce matin ? C’est une saison un peu particulière, le club se retrouve en National.

On n’en parle pas forcément. Nous, c’est bon, on est en train de repartir vers l’avant. On n’est pas en train de refaire la saison dernière. Surtout qu’il y a 80% de l’effectif qui est nouveau. On ne va donc pas leur parler de ce qui s’est passé l’an dernier, ça ne les intéresse pas. On leur parle de ce qu’on veut mettre en place avec eux. Aujourd’hui, on a un vrai défi qui nous attend et ça, c’est quelque chose d’important. Les mots qu’on a mis en avant, c’est humilité, travail, sacrifice et don de soi. Ce championnat, je dirais presque que c'est un groupe de la mort, ça va être très compliqué car il va falloir exister. Il y a beaucoup d'adversaires qui ont certainement la même envie que nous.

Dans le groupe, il y a un certain nombre de joueurs que vous connaissez déjà.

C’est important effectivement que je puisse retrouver certains garçons avec des profils qui correspondaient bien avec les méthodes que l’on veut mettre en place et surtout au championnat qu’on va trouver cette année.

Physiquement, on connait les équipes qui visent le haut de tableau. Et Nancy sera une équipe très attendue ?

On sait qu’il y a trois périodes qui sont essentielles : la période août-septembre, celle de novembre et décembre et puis celle de janvier-février. Il faut qu’on soit bien dans ces périodes là parce que ça va être des périodes très importantes, mais nous, il faut qu’on soit bien toute la saison parce qu’on va être très attendu, certainement une des équipes les plus attendues du championnat et ça va être aussi dans les interventions que je vais faire : préparer nos joueurs à ça, préparer notre effectif à ces matchs là, à cette atmosphères, à ces ambiances qu’on va retrouver.

Vous aimez ces périodes de prépa ?  En tout cas, ces matchs amicaux qui arrivent.

Ce ne sont plus des matchs amicaux. Ce sont plus des matchs de préparation avec l’envie de les gagner. Maintenant, tous les matchs que l’on fait pour se préparer n'ont plus grand chose d'amical. Moi, j’aime faire mon travail et c’est surtout ça qui m’importe quelques soit les conditions. J’aime ce travail là. On a maintenant à disposition, nous le staff, un groupe d’hommes : à nous d’en faire une équipe, d’en faire un groupe pour être compétitif. Cette saison, nous avons besoin de reconquérir notre public, d'avoir une vraie reconnexion avec lui.