Nancy: deux des 85 co-organisateurs de la marche pour le climat interdite en décembre, convoqués par la justice

Comme Denys Crolotte du Mouvement pour une Alternative Non-violente, Florent Compain, président des Amis de la Terre France, a appris ce jeudi 9 mai qu'il était convoqué devant le tribunal correctionnel de Nancy le 19 novembre prochain pour une procédure de plaider coupable, qu'ils rejetteront.

Près de 1500 personnes ont arpenté les rues nancéiennes lors de la marche pour le climat.
Près de 1500 personnes ont arpenté les rues nancéiennes lors de la marche pour le climat. © Dominique Petitcolas / France 3 Lorraine
C'est par un communiqué que Florent Compain, président des Amis de la Terre France, a indiqué ce jeudi 9 mai 2019 qu'il était convoqué le 19 novembre 2019 devant le tribunal correctionnel de Nancy pour une procédure de plaider coupable. La même procédure à la même date a été signifiée à Denys Crolotte du Mouvement pour une Alternative Non-violente.

Ces deux convocations font suite à la marche pour le climat qui a rassemblé 1.500 personnes à Nancy le samedi 8 décembre 2018.
Or cette manifestation, comme d'autres ce jour là, avait été interdite par le préfet de Meurthe-et-Moselle qui craignait dans le même temps une action des gilets jaunes dans la cité ducale. Mais alors qu'en soixantaine de personnes avaient indiqué vouloir braver l'arrêté préfectoral, ce sont au final 1.500 personnes qui ce jour-là ont marché, dans le calme, pour le climat.
Parmi elles se trouvaient Florent Compain et Denys Crolotte co-organisateurs de l'événement. tous deux ont été interpellés et placés plusieurs heures en garde à vue.

Rejet du plaider coupable

A l'issue de l'enquête menée par les policiers, le parquet a décidé de renvoyer les deux hommes devant le tribunal, leur proposant, explique Florent Compain, "de « bénéficier » de la procédure de comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité au motif : « qui a reconnu lors de ses précédentes auditions les dits faits qui lui sont reprochés »." Or le militant précise qu'il n'a jamais rien reconnu lors de son audition, tout comme Denys Crolotte.

Les deux hommes, par la voix de Florent Compain, annonce d'ores et déjà qu'ils refuseront de plaider coupable "car c’est bien sur le fondement de cet arrêté préfectoral qu’il faut revenir et qui constitue une atteinte grave à la liberté de manifester."

Ils donnent rendez-vous à leur soutien le 27 février 2020 à 8h30, à l'occasion du procès qui suivra le rejet de l'audience de novembre, afin de débattre sur le fond.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
climat environnement société réchauffement climatique justice polémique faits divers